Aller au contenu principal

Coopérateurs : capitaliser sur un horizon plus serein

Après deux années chahutées par l'inflation, les aléas climatiques... l'union de coopératives Altitude escompte un retour à une certaine normalité pour les productions animales.

À gauche, Clément Raymond (Volcalis), Jean-Yves Sancony (Centraliment) et les techniciens des coopératives qui accompagnent le Gaec Rouquet-Vignes (à droite).
À gauche, Clément Raymond (Volcalis), Jean-Yves Sancony (Centraliment) et les techniciens des coopératives qui accompagnent le Gaec Rouquet-Vignes (à droite).
© P. O.

Il en va des agriculteurs comme des navigateurs qui ont pris le 7 janvier la mer à Brest pour un tour du monde en solitaire à bord de leur trimaran. Certains millésimes s'avèrent bien plus périlleux que d'autres avec des embarcations prises dans les 40e rugissants, ces vents violents de l'extrême sud proche de l'Antarctique qui mettent à mal hommes et navires. En élevage, le début de l'exercice 2022-2023 des coopérateurs du groupe
Altitude a lui pris des allures de 50e hurlants, avec une flambée inédite de tous les postes d'intrants, faisant craindre une nouvelle année  horribilis. À la veille de leurs assemblées générales de section, les responsables des coopératives Volcalis, Centraliment et EPV, ont dressé vendredi au Gaec Rouquet-Vignes (lire p.5)  un bilan moins pessimiste avec des signaux et des latitudes qui s'annoncent plus favorables pour la période de navigation à venir.

Volcalis : endiguer la baisse de collecte
Ainsi, président de Volcalis, Clément Raymond retient avant tout comme inflation... celle du prix du lait conventionnel : + 100 EUR/1 000 l en deux ans, une hausse de 33 % qui a conduit à un prix A payé de 464 EUR/t. "Le prix AOP s'est lui aussi sacrément redressé, on approche les 500 EUR en base même s'il faut tenir compte du taux de transformation", relève-t-il. Ces hausses, nécessaires, ont permis de tamponner l'explosion des charges et de restaurer les trésoreries. "On revient de loin, rappelle le producteur de Ladinhac, tout en pointant la situation toujours très tendue en bio. Même si en zone de montagne, les objectifs Egalim ne sont pas totalement atteints, on a franchi un cap qui doit nous permettre d'envisager l'avenir de nos exploitations avec plus de sérénité."
Plus de sérénité et de motivation à produire. Car une nouvelle fois, les volumes (120 Ml) ne sont pas au rendez-vous avec une collecte en repli de 3 % sur 2022-2023 et qui ne semble pas se redresser depuis. En cause : des fourrages de qualité médiocres récoltés en 2023, la canicule de fin août, une FCO qui a sévèrement affecté les bovins adultes et des départs en retraite nombreux non compensés quand bien même la coopérative accueille chaque année une dizaine de jeunes producteurs récents installés. Le renouvellement des générations reste de fait le fil rouge de Volcalis, au même titre que le prix du lait et l'accompagnement des producteurs. À ce titre, outre la collecte de colostrum déjà effective, la coopérative souhaite rallier des producteurs à son plan d'engraissement des veaux laitiers pour pallier la piètre valorisation des veaux naissants. "C'est quelque chose qu'on a encore besoin de structurer mais on pense que c'est pertinent, il y a un marché", appuie Jean-Luc Doneys, directeur de la branche agrodistribution du groupe.

Décapitalisation et déconsommation à l'oeuvre
Fixer la valeur ajoutée sur le territoire en favorisant les filières locales de finition : c'est aussi la priorité des Éleveurs du pays vert (EPV), groupement qui évoque un exercice 2022-2023 de transition "après la folle année 2022". Côté pile, des cours des bovins qui se sont globalement maintenus après la hausse de + 20 % sur l'exercice précédent. "Les vaches allaitantes n'ont jamais été aussi bien payées qu'en 2023, les broutards aussi, ce qui est moins vrai pour la marchandise "industrielle" (réformes laitières...)", constate Xavier Bel, directeur des productions animales. Pour ce dernier, ces revalorisations conjuguées à une certaine détente sur les charges à partir du second semestre 2023 se traduisent par un léger mieux sur les revenus des éleveurs. "On peut considérer le verre d'Egalim à moitié plein avec des coûts de production qui ont été inscrits dans le marbre, poursuit-il. On peut reprocher aux OP, aux abatteurs, d'être frileux mais ce sont au final les consommateurs et donc les distributeurs et la restauration qui ont la clé."
Côté face, une décapitalisation dont l'impact se fait désormais sentir de manière sensible avec un recul de 7 % des volumes collectés par EPV. "On est vraiment dans le dur, surtout dans les animaux gras (- 10 % vs - 1,5 % sur les broutards), ce qui est d'autant plus frustrant pour nous qui sommes positionnés avec nos outils (Covial(1), Lubersac) sur le marché des animaux de boucherie", déplore Xavier Bel.
Pour la première fois aussi, cette décapitalisation à l'amont s'accompagne d'une moindre consommation. Celle-ci avait résisté jusqu'en 2022 en France, notamment grâce à l'appétit des consommateurs pour le haché et les burgers. L'inflation a mis un coup d'arrêt à cette tendance et détourné les clients des produits premium vers des viandes premier prix, "ce qui pose une vraie question à nos filières animales", avance Xavier Bel, pour qui adhérents et responsables coopératifs doivent plus que jamais être attentifs à ces signaux de marché. EPV a aussi réaffirmé sa volonté de développer sa filière TJB primeurs, dont les contrats vont être élargis aux veaux laitiers naissants. Objectif : 600 à 700 TJB contractualisés en 2024.
Moins d'IA, plus de conseils
L'activité génétique du groupement a elle connu une année contrastée avec un recul de 2 % du nombre d'inséminations réalisées (tendance nationale à - 2,5 %), conséquente directe de la décapitalisation des cheptels bovins laitier comme allaitant mais également d'une professionnalisation des éleveurs de plus en plus nombreux à inséminer eux-mêmes. D'où les formations continues proposées désormais par la coopérative, et, en parallèle, l'évolution de l'appui des inséminateurs vers du conseil et du suivi reproduction, évolution qui se traduit par une hausse de 12,5 % des synchronisations de chaleurs, + 13 % pour le génotypage, + 2,5 % pour les échographies. Ces chiffres devraient encore progresser avec les effets redoutés et déjà constatés de la FCO sur la fertilité et la reproduction des animaux, épizootie qui a conduit EPV à mettre en place un suivi spécifique, rappelle Dominique Ego, responsable de la branche génétique et à la tête d'une équipe renforcée par la titularisation de cinq inséminateurs et le recrutement de six nouveaux collaborateurs.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière