Aller au contenu principal

Conseil départemental - La barre est maintenue, mais la voilure diminue

Les élus cantaliens ont "débattu" des orientations budgétaires de 2024 avec une baisse de 10 MEUR du budget consacré aux investissements.

Malgré une baisse de 10 MEUR dans le budget investissement, les grands projets structurants du Département seront poursuivi, à l'image du 
développement de la station du Lioran et de la modernisation de ses équipements.
Malgré une baisse de 10 MEUR dans le budget investissement, les grands projets structurants du Département seront poursuivi, à l'image du
développement de la station du Lioran et de la modernisation de ses équipements.
© J.-M. A.

Le vaisseau Cantal navigue dans des eaux tumultueuses mais le capitaine et son équipage tiennent la barre. C'est ce qu'il ressort du débat d'orientations budgétaires qui a réuni les élus vendredi matin, dans un hôtel-du-Département en phase de rénovation. Le temps n'est en effet plus au beau fixe et c'est plutôt la tempête qui menace. Pour établir ce budget 2024, il faudra donc faire contre vents et marées. "Soyez assurés de notre engagement entier et déterminé malgré les circonstances", a affiché fermement Bruno Faure, en rappelant des événements contraires : une baisse de la fraction de TVA d'un million d'euros ; autant sur les recettes des barrages sans concessions, et le double sur les droits de mutation (DMTO), soit "4 MEUR qui disparaîtront de notre panier de recettes". Alors, pour garder le cap, "nous ne dépenserons pas ce que n'aurons pas", prévient le chef de l'exécutif, qui présente un budget d'investissements de 54 MEUR pour mener à bien "des orientations ambitieuses mais prudentes", autour de trois thèmes : le développement de l'attractivité, la transition climatique et l'innovation au service des Cantaliens. "Une zone de turbulences était annoncée, nous y sommes."
La direction prise par le Département est donc contrainte par des charges, notamment sociales, qui vont augmenter(1) et des recettes qui "au mieux, vont stagner". La voilure va donc être réduite en investissement, et passer de 64 à 54 MEUR. Mais Bruno Faure a rassuré : "Les projets importants, on les poursuivra." Et de citer le développement de la fibre, le pôle d'excellence microbiologique, la rénovation des collèges, le soutien à l'agriculture, le contournement ouest d'Aurillac... Mais il a aussi prévenu : "Toute nouvelle politique publique nécessitera d'imaginer qu'elle remplacera une autre action pour respecter nos contraintes budgétaires."

Opposition : des routes différentes
Une obligation qui n'a pas fait réagir l'opposition, consciente des "grandes turbulences à monter un budget, concédait Stéphane Fréchou. Nous partageons une grande part de ce qui a été dit, notamment sur les investissements que nous soutenons, comme la ligne aérienne". Mais le drapeau blanc n'a pas été hissé pour autant : l'élu écologiste émettait quelques "doutes" sur le taux d'endettement du Département et la politique routière, tout comme Pierre Mathonier : "Nous n'avons pas le même ordre des priorités, notamment sur les routes, avec un réseau routier très dense par rapport au nombre d'habitants." "Les routes, c'est quelque chose qui nous sépare", relevait le président Faure, qui restait campé sur sa position : "Nous ne sommes pas 100 % routes mais nous sommes dans une logique d'axes structurants que l'on veut améliorer. Quant à l'endettement, la collectivité a un encours de 170 MEUR, plutôt stable, on peut même noter un léger effritement. Et nous n'irons pas au-delà en 2024."
Les choix seront donc très cornéliens et Gilles Combelle le rappelait : "Le Département est très attendu sur les routes, l'enseignement, le social,..." Et pour Philippe Fabre, il faudra être à la hauteur : "Ce n'est pas une nouveauté, le Département n'est pas très riche. Nous sommes habitués à évoluer dans un environnement peu favorable depuis longtemps. Mais la barre est bien tenue." Allusion à un passé pas si lointain, à l'époque où Vincent Descoeur était le capitaine du navire : "Nous avions aussi rencontré des difficultés qui nous avaient amenés à faire des arbitrages pas faciles. Mais nous avions su les traverser. Nous ne devons pas nous défaire de notre optimisme mesuré et continuer à porter des projets pour l'enseignement supérieur, le Lioran,... Fixons un cap et faisons preuve d'audace."

(1) Hausse du chômage donc plus de demandeurs au RSA, accueil croissant des mineurs non accompagnés (MNA),...

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière