Aller au contenu principal

FNO
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"

Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim II.
Retour sur la table ronde du 75ème congrès de la FNO.

 La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
© © HLP

L'un des grands temps forts de ce congrès fut la table ronde qui s'intéressait aux enjeux et perspectives de l'application de la contractualisation obligatoire en ovins lait et viande. La FNO avait invité Alexandre Saunier, membre du bureau FNO, Jean-François Cazottes de France Brebis Laitière, François Monge de la coopération agricole, Emmanuel Fontaine des OPNC (Organisation de Producteurs Non Commerciales) et deux experts techniques (Théo Gning et Vincent Bellet). Un intervenant manquait, celui qui représentait la distribution... Une absence remarquée et jugée peu surprenante en cette période d'application de la loi Egalim 2... Rappelons que la loi s'applique dès le 1er octobre 2022 en lait de brebis et dès le 1er janvier 2023 en viande ovine
Alexandre Saunier a rappelé toute l'importance de cette loi qui vise "une amélioration du revenu et de la qualité de vie des éleveurs". Alors certes, "le changement fait peur, aux éleveurs comme aux opérateurs d'ailleurs. Car c'est un gros changement dans les habitudes de commerce". Du côté de la coopération agricole, la loi Egalim 2 va dans le sens du travail des coopératives : "il nous suffira d'intégrer les indicateurs dans les contrats dont disposent déjà les agriculteurs et de faire évoluer le règlement intérieur des coop" explique François Monge. Quant aux OPNC, Emmanuel Fontaine signale une certaine crainte à l'égard des contrats "mais le contrat existe déjà dans certaines filières. Ce sera donc une simple formalisation".
En ovins lait, la contractualisation existe déjà à hauteur de 70%. "La loi a donc été accueillie plutôt favorablement. A l'heure actuelle nos coûts de production explosent (+150€/1000 L), il est donc capital de pouvoir bénéficier de cette loi !" affirme Jean-François Cazottes qui annonce la préparation d'un guide des bonnes pratiques contractuelles pour accompagner les acteurs de la filière dans sa mise en œuvre.

Dérogations
La FNO entend par ailleurs demander quelques dérogations à la contractualisation obligatoire pour certaines catégories d'ovins (plus de 12 mois (réformes), pour les chiffres d'affaires inférieur à 200 000 €, pour les ovins de moins de 12 mois qui partent pour la boucherie/engraissement, pour les petits lots d'agneau dont le chiffre d'affaires est inférieur à 5000 €). Sur ce point Yannick Fialip, membre du bureau de la FNSEA et grand témoin de cette table-ronde, a conseillé "de ne pas trop déroger à la contractualisation sinon tout fonctionnera comme avant !".
La contractualisation qui prévoit la fixation d'un prix en marche avant en intégrant les coûts de production permettra de mieux rémunérer l'éleveur. Et en la matière, la FNO défend un revenu atteignant 3 SMIG.
Egalim 2 rend le contrat obligatoire mais ceux qui passent outre seront-ils sanctionnés ? Un jugement récent intervenu en bovins lait montre que les sanctions pourraient tomber "à l'image du groupe Savencia condamné à 26 millions d'€ de pénalités pour non respect de la loi" explique Yannick Fialip. D'autre part dans le cadre d'un contrat, le prix de la matière première agricole ne pourra pas faire l'objet d'une négociation entre industriels et distributeurs ; une forme de sécurité pour l'amont. Enfin, la FNO a confié sa volonté de pouvoir établir  à terme des contrats tripartites, jusqu'au distributeur.

Le contrat : un outil à saisir
Tous les intervenants se sont accordés sur la nécessité de contractualiser et ont encouragé les éleveurs à saisir cet outil à disposition. "Dépêchez-vous de contractualiser car, demain, je suis sûr que l'on va vivre une pénurie de viande !" a confié le grand témoin.
"Notre métier a un prix. Si on veut pérenniser la filière ovine, on aura besoin des nouvelles générations d'éleveurs, de perspectives et de stabilité. Or la contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier" a conclu la présidente de la FNO, Michèle Boudoin.
 

 

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière