Aller au contenu principal

Confédération paysanne : un "avenir pour tous"

La Confédération paysanne a présenté mercredi ses candidats dans les collèges exploitants et retraités.

Michel Lacoste, tête de liste : "Cette liste est tout à fait capable de gérer la Chambre d'agriculture".
Michel Lacoste, tête de liste : "Cette liste est tout à fait capable de gérer la Chambre d'agriculture".
© P.Olivieri
C'est sous ce slogan que la Confédération paysanne a présenté mercredi au Centre des congrès d'Aurillac la liste de ses 23 candidats (21titulaires, deux suppléants) dans le collège des exploitants agricoles et des quatreanciens exploitants (deux titulaires, deux suppléants) postulants dans le collège des retraités. Des paysans qui "croient à un projet d'agriculture alternatif au productivisme, assurant un vrai revenu à des paysans nombreux" et qui veulent être "présents à un moment où l'agriculture va devoir faire des choix avec les discussions de la Pac de 2014-2015", a exposé Michel Lacoste, éleveur de vaches laitières en bio, déjà élu Chambre, et qui conduit cette liste. "Cette élection c'est un moment important aussi pour les syndicats qui, chacun, vont pouvoir exprimer leur vision de l'agriculture, c'est aussi un moyen de voir les forces en présence", a-t-il poursuivi.

Maîtriser l'offre

 

Une vision mais aussi un programme, celui de l'agriculture paysanne : "L'agriculture paysanne, c'est très simple, c'est fait par des paysans d'abord en opposition à une agriculture de plus en plus industrielle, chimique, qui se dit scientifique, a traduit Michel Lacoste. Mais est-ce bien de la science ces grandes exploitations qui polluent ?" La Conf' entend au contraire faire valoir une agriculture articulée autour de la notion de cadre de vie, de revenu, de prise en compte "de ses désirs pour sa production", de production durable et de qualité, de respect des consommateurs... "Une vie non subie par des paysans fiers de faire ce métier et de répondre aux attentes de la société", a-t-il résumé. Son cadet et deuxième sur la liste, Stéphane Malroux, également producteur laitier en conversion bio, s'est voulu lui plus incisif quant aux conséquences des politiques mises en oeuvre ces dernières années et qui selon lui "ne mènent nulle part". Et de lister un système de production de broutards à ses yeux"encoredépendantde l'Italie, avec des cours qui font le yoyo", ne permettant plus de différer les ventes et un agrandissement qui "augmente le volume de travail sur des fermes qui deviennent invivables...", a-t-il condamné, la Confédération se félicitant par ailleurs d'avoir obtenu la fin de l'aide à l'engraissement. Sa solution? Maîtriser l'offre et aller vers plus d'autosuffisance: "80%des fermes allaitantes gagneraient à avoir moins de vaches et plus d'autonomie",faitvaloir Stéphane Malroux. Sur la question laitière, la Confédération paysanne estime que la contractualisation a donné tout pouvoir aux entreprises et elle déplore que les coûts de production ne soient pas pris en compte dans le prix du lait. Elle milite là aussi pour une maîtrise des volumes pour éviter les crises. Concernant les AOP fromagères, et notamment l'AOPcantal, le syndicat juge que le cahier des charges "n'est pas assez solide pour garantir plus de valeur", d'autant moins avec la prime entreprise qui a succédé à la CVO. La Conf' plaide pour "de vraies démarches qualité (AOP, laitmontagne...)"sansen préciser les modalités. Enfin, elle s'est positionnée en matière de transmission et d'installation pour un parcours à l'installation plus pluraliste, la reconnaissance de la diversité des projets d'installation et des modèles agricoles dans la formation initiale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière