Aller au contenu principal

Comment les éleveurs s’adaptent déjà aujourd’hui ?

En Saône-et-Loire, plusieurs éleveurs expérimentent le report d’herbe sur pied pour s’adapter à la sécheresse. Ici chez Pierre-Etienne Fuet à Ciry-le-Noble.
En Saône-et-Loire, plusieurs éleveurs expérimentent le report d’herbe sur pied pour s’adapter à la sécheresse. Ici chez Pierre-Etienne Fuet à Ciry-le-Noble.
© L’Exploitant Agricole de Saône-et-Loire

Dans le cadre d’une étude de l’Idèle, 163 éleveurs du Massif Central toutes filières confondues témoignent de leur ressenti face au changement climatique. Ils précisent les leviers mis en place, envisagés ou exclus sur leurs exploitations au niveau du système fourrager et du troupeau.
L’enquête a été réalisée au long cours, sur un pas de temps suffisamment significatif pour faire l’objet d’une analyse qu’ont détaillé dernièrement à Clermont-Ferrand, Marie Miquel et Yannick Pechuzal de l’Idèle¹. Entre 2014 et 2020, un peu plus de 160 éleveurs impliqués dans les dispositifs Inosys Réseau d’Élevage et Bioréférences Massif central ont répondu régulièrement à des questions portant sur les conséquences du réchauffement climatique sur leur exploitation. Des exploitations orientées bovins lait (62 %), bovins viande (22 %), ovins lait (18 %) et ovins viande (5 %).

Quelles conséquences  ?
99 % des éleveurs déclarent avoir subi au moins un aléa climatique sur la période 2014-2020, les plus impactant étant les sécheresses estivales pour 88 % d’entre eux et les canicules pour 73 % des éleveurs. « Ces aléas ont généré en moyenne 14 000 euros de dépenses supplémentaires par exploitation dont deux tiers en achats d’alimentation », précise Marie Miquel. Au niveau du système fourrager, pour 78 % des éleveurs, les aléas climatiques pénalisent la production des prairies et augmentent de fait la complémentation à la pâture. Sont également soulignés par 44 % des éleveurs des mauvaises conditions de semis et d’implantation, et une mise à l’herbe plus précoce des animaux (43 %). Enfin sur le troupeau, les répercussions sont majeures : 57 % des enquêtés déplorent une surcharge de travail, 37 % une nécessaire adaptation de la composition des rations, 68 % une dégradation de la reproduction, et 68 % une baisse de la production laitière, et 30 % une altération de la qualité du lait.

Optimiser le parcellaire et sortir les animaux improductifs
Pour face aux aléas de plus en plus intenses et réguliers, la majorité des éleveurs jouent sur les deux tableaux : fourrages et troupeau. Côté prairies, 78 % d’entre eux diversifient les espèces, 69 % introduisent des légumineuses, 62 % implantent des cultures dérobées et rénovent l’existant, tandis que 37 % des éleveurs envisagent d’agrandir la SAU. Le recours à l’irrigation est pour le moment exclu par 69 % des répondants. À l’échelle du cheptel, là-aussi, les éleveurs ne sont pas restés les deux pieds dans le même sabot. 83 % des agriculteurs indiquent ainsi avoir éliminer les animaux improductifs, 75 % ont adapté la conduite du pâturage (pâturage tournant, pâturage de nuit, agrandissement de la surface…), 42 % ont installé un réseau d’abreuvement au pâturage. Si l’aménagement des bâtiments est envisagé comme une piste par près de la moitié des éleveurs, en revanche, la majorité d’entre eux ne souhaitent pas « sous-traiter » le renouvellement par quelqu’un d’autre, ni changer de race. « Globalement, les éleveurs ont réagi rapidement au changement climatique en mettant en place des leviers d’adaptation sur leur exploitation. Ces leviers concernent en grande partie le système fourrager. Cependant, l’enchaînement des aléas sur les dernières années pousse les éleveurs à mettre en place des leviers sur leur troupeau à moyen terme », résume Marie Miquel.

1. Ont également pris part à cette enquête : Philippe Dimon, Catherine de Boissieu et Bastien Usclade de l’Idèle dans le cadre des projets AP3C et LiveAdapt.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Jeune sur un simulateur de conduite d'engin agricole
Quel est ce nouvel outil pédagogique qui va entrer à la MFR de Marcolès ?

Vu à Aurillac, lors du Forum de l’orientation et des métiers, le simulateur d’engins agricoles a fait l’unanimité. La MFR de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière