Aller au contenu principal

Emploi
Comment employer des mineurs saisonniers ?

De nombreux maïsiculteurs recherchent actuellement la main-d'oeuvre nécessaire à la castration du maïs semence. Cette mission est ouverte aux mineurs dès 14 ans révolus (à la date d’embauche), avec autorisation parentale.

Jeunes saisonniers en cours de castration des maïs semences Puy-de-Dôme
Jeunes saisonniers en cours de castration des maïs
© MélodieComte

Vous avez entre 14 et 18 ans, ou êtes parent d'un ado, à la recherche d'un job d'été ou d’un complément de revenu ? De nombreux maïsiculteurs recherchent actuellement la main-d'oeuvre nécessaire à la castration du maïs semence. Cette mission est notamment ouverte aux mineurs dès 14 ans révolus (à la date d’embauche), avec autorisation parentale. L’occasion pour les jeunes d’avoir une première expérience professionnelle et d’acquérir un peu d’autonomie !

Dans le Puy-de-Dôme, le groupement d'employeurs Agri Emploi63 embauche 500 salariés pour répondre aux besoins d'une trentaine d'exploitations. Héléna Reboisson d'Agri Emploi a répondu à nos questions sur la nature du job et la marche à suivre pour postuler. 

1) En quoi consiste la castration du maïs ?

Les maïs semence servent à créer de nouvelles variétés à partir de croisements (exemple : le croisement d'une femelle X avec un mâle Y permet de créer la variété Z). La mission des castreurs consiste donc à ôter à la main l’ensemble des fleurs mâles dans les rangs de maïs femelles, afin que le pollen des rangs mâles puisse féconder leurs soies*.

2) Combien de temps dure cette mission ?

Le nombre de jours de travail dépend de la surface à castrer et du nombre de salariés en place (entre 3 et 50 personnes). La durée de la mission peut donc varier de deux jours à trois semaines. Le travail peut s’effectuer en journées ou demi journées, selon la météo et les besoins de l'exploitation. Les dates sont elles aussi variables en fonction de la météo. La castration s’effectue généralement durant le mois de juillet, mais en cette année pluvieuse, les chantiers seront certainement décalés à fin juillet, pour s'achever début août.

À lire aussi : Maïs et tournesol à la peine, recrudescence de maladies sur blé

3) Combien est-ce rémunéré ?

Au sein des exploitations qui embauchent en direct, le salaire des mineurs est minoré en fonction de l’âge. 

En revanche, Agri emploi 63 rémunère tous ses castreurs au même taux horaire : le SMIC (11.65 € brut de l’heure), considérant que tous font le même travail. Il s'agit donc d'une rémunération au nombre d’heure de travail effective. Agri Emploi 63 se charge de fournir les bulletins de salaire et chèques adressés au nom des salariés embauchés.

4) Quelles pièces fournir pour postuler en tant que mineur ?

Pour postuler, les candidats devront fournir une autorisation parentale (modèle fourni par Agri Emploi 63), une carte d’identité, et une attestation de sécurité sociale. Ils devront également indiquer une adresse postale, une adresse mail, un numéro de téléphone, ainsi que leurs dates de disponibilité, moyen de locomotion et secteur géographique souhaité.

Les jeunes embauchés devront signer un contrat de travail et seront déclarés auprès de la MSA.

5) Des solutions de transport et de logement sont-elles proposées ?

À ce jour, il n’existe pas de possibilité de logement, et les campements ne sont malheureusement plus autorisés sur les parcelles. Les jeunes doivent se déplacer par leur propre moyens. L’inscription des jeunes en groupe est encouragée pour simplifier la mobilité via le covoiturage.

6) Faut-il une expérience ou une formation particulière ?

Toute personne motivée peut apprendre la castration de maïs. Nous n’attendons pas d’expérience particulière, sauf pour les chefs d’équipe. 

7) Comment se déroule une journée type ?

Les castreurs se retrouvent le matin sur le lieu de rendez-vous indiqué au préalable par l’agriculteur ou nos services. Les instructions sont données par l’exploitation et le travail débute. Les salariés peuvent prendre de courtes pauses pour boire ou manger. En fin de matinée, en fonction de l'avancement du chantier, les saisonniers rentrent chez eux ou prennent leur pause de midi (il leur est demandé d'amener leur casse-croûte) avant de reprendre le travail en début d'après-midi. En réalité, il n’existe pas de "journée type", car chaque exploitation fonctionne différemment.

8) Comment bien s'équiper ? 

Il faut porter des chaussures fermées, une veste imperméable (même s’il fait beau car le matin les champs sont irrigués et recouverts de rosée), des gants, une casquette et une gourde. Il est également recommandé de mettre de la crème solaire.

Agri emploi 63 fournit une casquette et un t-shirt manche longue à tous ses castreurs.

9) Est-il possible d’être castreur sur plusieurs exploitations ?

Si le début de castration est décalé d’une exploitation à l’autre, Agri emploi 63 propose des missions successives aux castreurs qui pourront aller sur plusieurs exploitations pour allonger la période de travail et donc augmenter leur rémunération.

Si la période de castration se passe bien et qu’ils sont motivés et disponibles, certains salariés pourront continuer à travailler le reste des vacances d’été sur d’autres missions saisonnières telles que la récolte, le tri et le conditionnement des oignons, pommes de terre, ails, échalotes, vignes….

Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes et se font par mail à saisonniers@agriemploi63.fr

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière