Aller au contenu principal

Colloque souveraineté : la profession agricole attend « un cap à 30 ans »

Un « rebond » et des perspectives à long terme. C'est l'objectif des organisateurs du « Grand rendez-vous » sur la souveraineté alimentaire, qui se tiendra le 18 mai en présence d'Emmanuel Macron.

Christiane Lambert : « il y a des enjeux très politiques derrière cet événement ».
Christiane Lambert : « il y a des enjeux très politiques derrière cet événement ».
© Franck Beloncle/Illustration

Quel but pour le colloque sur la souveraineté alimentaire organisé le 18 mai dans le cadre de la Semaine de l'agriculture ? « Fixer tous ensemble un cap, redonner des projets aux agriculteurs, une visibilité à horizon 25, 30 ans », explique Samuel Vandaele, président des Jeunes agriculteurs, lors d'un point presse le 11 mai.
« Si rien n'est fait, la souveraineté est en danger », prévient de son côté la présidente de la FNSEA Christiane Lambert, rappelant la dégradation de la balance commerciale agroalimentaire. Une souveraineté que la profession envisage à trois niveaux : local, national et européen. « Nous appelons à un rebond qui passe par une prise de conscience des décideurs », martèle celle qui préside aussi le Caf (conseil de l'agriculture française), co-organisateur du colloque.
D'après Christiane Lambert, « il y a des enjeux très politiques derrière cet événement ». La présidente de la FNSEA se félicite « d'entendre une petite musique » en faveur du secteur agricole : « On parle de clauses miroirs, de changer le droit de la concurrence européen, de ne pas laisser entrer des produits qui ne respectent pas nos normes, etc. »
De son côté, le président de la Coopération agricole Dominique Chargé prévoit d'« interpeller les décideurs publics et régionaux autour de la question extrêmement importante de la restauration de notre capacité de production. Au-delà des annonces "one shot", nous avons besoin de lisibilité et de cohérence dans la décision publique », abonde ce producteur laitier de Loire-Atlantique.

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière