Aller au contenu principal

EAU
À Chastreix, les producteurs de Saint-nectaire forcés d'être à l'arrêt

Chastreix a connu la semaine dernière une contamination bactériologique de son eau potable suspendant sa consommation et la transformation fromagère pour une dizaine de producteurs.

En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
En raison d'une contamination bactériologique du réseau d'eau potable, la dizaine de producteurs de Chastreix a été contrainte de suspendre la transformation fromagère.
© M. Comte

Les habitants de la commune de Chastreix ont été privés d'eau la semaine dernière.
En raison d'une contamination bactériologique (E.coli), la consommation de l'eau du réseau communal a été interdite par arrêté municipal. Une distribution de packs d'eau avait été mise en place pour assurer à minima un approvisionnement aux habitants. Cet épisode a contraint la dizaine de producteurs de fromages de Chastreix, tous en Saint-nectaire, à suspendre également la transformation. « Une catastrophe » pour Michel Babut, le maire de la commune, qui ne comprend toujours pas les raisons de cette contamination.

Principe de précaution

Au Gaec de Rimat, la transformation du Saint-nectaire a repris samedi dernier après plus d'une semaine d'arrêt. « Un soulagement » pour Évelyne Maruel qui d'ordinaire fabrique plus de 180 Saint-nectaire par jour.
Ils étaient neuf producteurs sur la commune de Chastreix à devoir suspendre leur activité avant un retour à la normale. « La DDPP a demandé des analyses d'eau dans la salle de transformation et la salle de traite et a suspendu la fabrication par principe de précaution » explique Evelyne Maruel, associée du Gaec.  Les fromages en cours d'affinage ont également été analysés pour identifier toute contamination. « En lait cru, il faut montrer patte blanche » explique l'éleveuse qui dit comprendre les mesures mises en place « il en va de la santé humaine ». Toutefois, la perte économique, si elle est difficile à estimer pour l'heure, sera non négligeable. Le lait non transformé a été vendu aux laiteries alentours mais le prix d'achat n'est pas équivalent à celui d'un fromage en blanc « à 8€/kg » et encore moins d'un fromage affiné. D'ailleurs, en raison de cet arrêt, Évelyne Maruel estime : « dans quatre semaines, je n'aurai plus de saint-nectaire à vendre et mes collègues non plus ». Si la productrice relativise maintenant, elle avoue avoir été très inquiète. « Nous nous sommes sentis un peu démunis face à des informations souvent contradictoires. Et surtout, nous craignions que cela ne dure plus longtemps...»

La gestion du réseau réévaluée

À la mairie de Chastreix, gestionnaire du réseau, les raisons de cette contamination restent inexpliquées. « Nous avons fait intervenir une entreprise spécialisée. Elle a nettoyé l'intégralité des équipements, sans rien trouver. Le périmètre de captage est récent... On ne comprend pas. » L'expérience suffit à Michel Babut qui a pris la décision d'intégrer son réseau au sein du syndicat intercommunal d'alimentation en eau. « Le prix de l'eau ne sera certes pas le même pour les usagers mais le réseau de Chastreix bénéficiera ainsi d'une expertise plus approfondie » assure le maire qui va devoir gérer désormais l'après crise auprès des producteurs de Saint-nectaire.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière