Aller au contenu principal

Changements climatiques et apiculture : des bouleversements à prévoir

La onzième journée apicole de Lozère, organisée dans la salle du château à Florac, s'est déroulée le 4 février. L'occasion pour les participants de revenir sur les actualités apicoles du département et d'écouter Étienne Bruneau parler des conséquences du changement climatique sur l'apiculture.

Étienne Bruneau, ingénieur agronome de formation, est diplômé de l'UCLouvain. Il est administrateur délégué du Cari, association pour laquelle il est engagé depuis l'origine. Il remplit également des fonctions à l'international pour assurer un avenir aux abeilles et aux apiculteurs. Le Cari est une association belge tournée vers le monde créé en 1983 par une équipe de chercheurs du Laboratoire d'écologie de l'UCLouvain. Un laboratoire reconnu, spécialisé dans les analyses de miels (identification et qualité), et d'autres produits (propolis, gelée royale, etc.) lui est accolé. Étienne Bruneau est aussi le président de la filière miel au sein de la Copa-Cogeca.
Son intervention, très attendue par la profession, n'a pas laissé le moindre doute à l'assemblée : le changement climatique touche directement ces sentinelles de la biodiversité, qui ont besoin de temps pour s'adapter au changement. Temps qu'elles ne semblent plus avoir...

Inquiétant changement climatique
Préserver les écosystèmes, la résilience des pollinisateurs et des abeilles et adapter les pratiques apicoles deviennent les enjeux principaux de l'apiculture actuelle et de celle de demain. Un simple glissement au niveau de la génétique des abeilles et
au niveau du climat entraîne des modifications qui peuvent avoir de très forts impacts. Ce qui est certain, c'est que l'impact du climat, et plus particulièrement la température est essentielle pour la production. Donc, ce n'est pas vraiment la flore en elle-même qui est le facteur dominant. C'est la possibilité d'exploitation de la flore qui change ou éventuellement la capacité des plantes de produire du nectar. Le tout étant lié à la température. « Le changement climatique a un effet direct sur les colonies et les miellées », a rappelé Étienne Bruneau. « L'impact du climat demande une plus grande technicité de la part des apiculteurs pour continuer à produire », a détaillé l'ingénieur agronome. Sur les zones au nord du Tropique, on observe une évolution des températures qui s'accompagne d'une augmentation rapide avec une accélération marquée ces dernières années. Toutes les saisons sont touchées par ce phénomène, notamment sur le continent européen. Problème : tous ces éléments conjugués (décalage de saisons, sécheresses, épisodes climatiques plus intenses) ont une influence sur la biodiversité. Biodiversité, qui, au cours de l'évolution, a su s'adapter aux changements. Mais l'intensité et la rapidité nouvelle des changements ne laissent plus le temps de s'acclimater. Concrètement, la flore locale aura du mal à se maintenir à son niveau actuel : les abeilles devront se battre pour une ressource moindre à partager. Le changement climatique en cours entraîne des stress nouveaux pour les plantes et fleurs, ce qui impacte les ressources alimentaires des abeilles, et modifie les calendriers apicoles traditionnels. D'où la remarque d'Étienne Bruneau sur la technicité vers laquelle les apiculteurs doivent tendre. Ils devront surveiller d'autant les floraisons, réagir rapidement s'ils s'aperçoivent que les colonies dépérissent et les déplacer à des endroits où la ressource est plus abondante, etc. Quant à la production de miel en elle-même, Étienne Bruneau ne croit pas du tout en la vente en grande quantité en coopératives. Pour ce dernier, « les circuits courts et la diversification seront l'un des moyens pour les apiculteurs de s'en sortir ». « La biodiversité est fondamentale, elle est la solution et l'outil essentiel de résilience dans le futur », a conclu Étienne Bruneau.
Cette conférence a été suivie de celle de Mathieu Descombes, qui a présenté la démarche Natur'Adapt, un projet lancé à l'occasion des 50 ans du PNC, dans une logique d'adaptation au changement climatique. « Les Cévennes seront fortement touchées, et l'agriculture est vulnérable » a averti Mathieu Descombes, délégué territorial vallées cévenoles au PNC, dans sa présentation. Ce projet Natur'Adapt, lancé en 2020, a déjà esquissé des pistes de solution, dont celle de favoriser l'augmentation et la diversification de la ressource mellifère. Dont acte, en engageant des actions de plantations de haies mellifères sur le territoire du parc, en lien avec des écoles et des agriculteurs, notamment.

Initiation à la dégustation des miels

Vendredi 3 février, Étienne Bruneau a mené une journée de formation sur la dégustation des miels, à destination des apiculteurs et organisée par le syndicat apicole du département. Les apiculteurs qui ont joint la formation ont appris, tout comme en oenologie, à goûter la composition des miels. Y-a-t-il plutôt des notes sucrées, amères ? Le miel est-il fade ? Quels reflets à travers le pot ? Doit-il cristalliser ou, au contraire, rester liquide ? Les critères utilisés pour déterminer si un miel est de qualité ou non ne doit pas simplement se baser sur de la subjectivité, mais utiliser ses cinq sens. Les consommateurs s'arrêtent à l'aspect du miel dans un pot (notamment s'il est cristallisé ou non), « c'est un problème », selon Étienne Bruneau, qui a rappelé que certains miels cristallisent naturellement, plus ou moins rapidement, et que cela n'altère en rien leur qualité.
Une journée fort appréciée des participants, et qui de leur aveu, va les aider à juger plus finement les miels qu'ils peuvent croiser en concours. Et leur a aussi donné des indications pour apprendre à mieux connaître leurs propres produits - qu'ils seront ensuite capable d'expliquer avec plus de précisions aux consommateurs.
Le syndicat apicole départemental a organisé pour la première fois cette formation, à la demande des apiculteurs. « Nous espérons que cela va aussi aider à améliorer la tenue des prochains concours », a pointé Michel Martin, le secrétaire du syndicat, qui a lui-même participé à cette journée.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière