Aller au contenu principal

Chambre régionale d'agriculture, le climat au cœur des enjeux pour 2023

À l’occasion des traditionnels vœux à la presse, Luc Servant, président de la chambre régionale d’agriculture, accompagné de Tony Cornelissen, président de la chambre d’agriculture de Corrèze, est revenu sur l’année singulière écoulée et sur les défis qui attendent l’agriculture néo-aquitaine en 2023.

Tony Cornelissen et Luc Servant.
Tony Cornelissen et Luc Servant.
© P. Dumont

Les exploitations agricoles ont été fortement éprouvées en 2022. Entre les aléas climatiques (gel, sécheresse,…) et économiques, l’année a été rude et 2023 débute sous les mêmes auspices. Avant d’évoquer les chantiers à venir, Luc Servant est revenu sur les faits marquants de 2022, rappelant qu’ils mettent à mal la souveraineté alimentaire du pays. « La production régionale a été très faible et les résultats économiques ne sont pas bons, a-t-il rappelé. Les agriculteurs doivent s’adapter au changement climatique, l’anticiper et la Chambre régionale doit les accompagner. » La chambre régionale cherche aussi à développer son action dans l’atténuation du changement climatique. Elle vient pour cela de rejoindre l’association régionale Aquitaine Carbone (NDLR – devenue l’ACCLENA : Association Carbone CLimat Environnement Nouvelle-Aquitaine) pour œuvrer de concert sur la question de la compensation des émissions de gaz à effet de serre et de sa valorisation économique. Sur la question de l’élevage, Tony Cornelissen a manifesté son inquiétude, rappelant que sur les 5 dernières années, le cheptel bovin a chuté de près de 10 %. « Entre le dérèglement climatique, le détournement vers les grandes cultures et les attaques incessantes contre l’élevage qui finissent d’écœurer ceux qui voudraient s’installer, on assiste à un lent arrêt de la production, résume-t-il. Et ce sont les productions à haute valeur ajoutée qui trinquent le plus ». Même si les cours de la viande ont augmenté, ils ne suffisent pas à compenser la hausse des charges. « On a demandé à l’élevage bovin de monter en gamme, rappelle Luc Servant. Or, aujourd’hui les débouchés ne sont pas au rendez-vous y compris en bio car le consommateur voit son pouvoir d’achat baisser ». Autre sujet d’inquiétude, la hausse des charges qui se poursuit. Si celle de l’énergie reste encore contenue, l’agriculture faisant partie des dernières catégories qui seraient touchées, elle est plus inquiétante pour le secteur de l’agroalimentaire, gros consom­ma­teur. La hausse du prix des aliments ou de l’engrais est aussi préoccupante. « Quand le consommateur ne pourra plus payer plus cher et que les intermédiaires chercheront à limiter leurs pertes, cela aura forcément des répercussions sur le producteur, indique Tony Cornelissen. Face à ces constats, de nombreuses interrogations se posent sur l’avenir. Si les installations sont plutôt en hausse (hormis pour l’élevage), elles concernent surtout des surfaces réduites et des activités de transformation. Pour le président de la Chambre régionale, tous les projets sont les bienvenus à condition qu’ils soient viables économiquement et qu’ils intègrent des réflexions autour du changement climatique. Ces projets comme ceux des agriculteurs déjà en place doivent aussi pouvoir être accompagnés financièrement. Pour le président de la chambre d’agriculture de Corrèze, les aides prévues par la Région notamment dans le cadre de la feuille de route Neo Terra ne sont pas forcément adaptées. « Il faut aider celui qui cherche à s’améliorer mais il faut aussi reconnaître celui qui est déjà vertueux et accompagner les projets qui correspondent à la demande de la société et du marché », souligne-t-il. En 2023, plusieurs événements seront décisifs pour l’agriculture notamment la mise en œuvre de la nouvelle PAC, les travaux du Conseil national de la refondation ou le projet de la future loi d’avenir agricole.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

carcasse dans un abattoir dans le Puy-de-Dôme
L'abattoir d'Issoire deviendra-t-il départemental ?

Le Conseil département du Puy-de-Dôme entame une réflexion pour une possible reprise de l'abattoir d'Issoire, suite à l'arrêt…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière