Aller au contenu principal

Electricité
Ces courants parasites qui perturbent le quotidien des animaux d'élevage

Des courants électriques non maîtrisés peuvent être à l'origine de nombreuses problématiques sur le bien-être et la santé des animaux d'élevage. Heureusement, il existe des solutions, en préventif comme en curatif.

Les problèmes causés par les courants parasites ne sont pas rares,  d'autant que l'on trouve beaucoup d'automatisme dans les bâtiments d'aujourd'hui, ainsi que des moteurs à variation de fréquences.
Les problèmes causés par les courants parasites ne sont pas rares, d'autant que l'on trouve beaucoup d'automatisme dans les bâtiments d'aujourd'hui, ainsi que des moteurs à variation de fréquences.
© © Annick Conte

Vos vaches ont un comportement anormal. Stressées, nerveuses, elles ne se couchent plus, s'abreuvent mal et ne fréquentent plus certains lieux du bâtiment ; elles développent des mammites chroniques, la traite est inégale, des problèmes de fécondité et avortements surviennent... Votre cheptel est peut-être victime de phénomènes électriques parasites appelés aussi courants parasites ou vagabonds ; des courants qui circulent en dehors d’un câble électrique et qui naviguent à travers le sol, venant ainsi amplifier la nuisance des perturbations naturelles. "En élevage, les nombreux équipements électriques et électroniques, structures et matériels métalliques sont des facteurs qui favorisent ce type de perturbations" explique Yannick Chassefeyre, conseiller traite et courants parasites à la Chambre d'agriculture Haute-Loire.

Courants internes et externes
Les courants parasites peuvent avoir différentes origines. Certains sont internes à l’exploitation tandis que d’autres sont externes. Ils peuvent être provoqués par le dysfonctionnement de certains appareils ou des défauts d’isolation des installations électriques et peuvent aussi provenir du voisinage, du réseau Enedis, de lignes électriques... Pour éviter ce type de désagréments électriques, on peut anticiper lors de la construction des bâtiments.
En premier lieu, il faut veiller à réaliser une bonne prise de terre qui permet un bon écoulement des courants de défaut ; sa qualité est évaluée par sa résistance exprimée en Ohm ; "en élevage, pour un confort optimal des animaux, on préconise une valeur inférieure ou égale à 18 Ohms. Et selon la norme NFC 15-100, la mise à la terre est complétée par la réalisation d’une liaison équipotentielle principale entre tous les éléments métalliques conducteurs. Un différentiel de sensibilité 30 mA complète ce dispositif afin de limiter les tensions de contact et éviter tout risque en coupant automatiquement le courant en cas de défaut sur un appareil" précise le conseiller. Une installation électrique de qualité (avec des chemins de câbles mis à la terre, toutes les masses métalliques reliées à la terre -équipotentialité-, mise à la terre parfaite des matériels électriques utilisés en élevage...) permet de limiter les risques de développement de courants parasites.

Diagnostic des courants parasites
Si des phénomènes électriques parasites interviennent une fois l'installation électrique en place, des solutions curatives existent. Le service Traite de la Ch. d'agriculture 43 propose alors de réaliser un diagnostic des courants parasites qui consiste à rechercher et détecter les courants parasites dans les bâtiments d’élevage et à notifier les interventions à réaliser. "Le diagnostic passe par des mesures spécifiques avec du matériel spécifique au niveau des prises de terre, du sol, des abreuvoirs et de toutes les masses métalliques en contact avec les animaux. à l'intérieur du bâtiment, bien souvent le problème vient d'un appareil électrique défaillant avec une mauvaise équipotentialité ou une terre défaillante. Lorsque le problème vient de l'extérieur, c'est plus compliqué à gérer. Mais on finit par y arriver au moyen de solutions de protection du bâtiment, en agissant notamment sur la résistance de la prise de terre". "Les problèmes causés par les courants parasites ne sont pas rares, d'autant que l'on trouve beaucoup d'automatisme dans les bâtiments d'aujourd'hui ainsi que des moteurs à variation de fréquences qui larguent énormément de courant à la terre ; c'est par exemple le cas des pompes à vide des robots de traite. Il faut donc capter ces courants-là et les envoyer le plus courtement possible à la terre" explique Yannick Chassefeyre.

 

Clôture électrique
Une clôture électrique génère des impulsions électriques de plusieurs milliers de volts. Le courant produit s’évacue par l’animal en contact avec le fil de la clôture (action répulsive pour les animaux) et revient au point de départ par la prise de terre.
Les risques de créations de courants parasites dans le bâtiment d’élevage par une mauvaise installation de la clôture sont très élevés.
Les bons conseils pour l’installation d’une clôture :
- pour la distribution du courant du poste de clôture vers le parcellaire, prendre un câble ayant un
isolement adapté à une tension de 10.000 volts.
- position du poste de clôture : de préférence en dehors du bâtiment (et pas dans la laiterie !)- Par rapport au bâtiment : le bâtiment et/ou sa prise de terre ne doivent pas se trouver sur le trajet du courant entre le poste de clôture et sa propre prise de terre.

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière