Aller au contenu principal

Ces 2 millions d’euros qui manqueraient à l’économie locale sans le théâtre de rue

Une étude diligentée par la Région Auvergne vient confirmer l’impact économique du festival de théâtre de rue et conforter sa place majeure sur la scène auvergnate.

Premier poste de dépenses des festivaliers : la restauration devant les commerces.
Premier poste de dépenses des festivaliers : la restauration devant les commerces.
© PO

“Il y a 30ans, nous n’imaginions pas que les saltimbanques auraient cet impact économique.” Jean-Marie Songy, directeur d’Éclat à qui l’on doit cette phrase, comme les partenaires du festival de théâtre de rue d’Aurillac, n’ont pas attendu ce 3 mai 2013pour se convaincre que culture et économie peuvent se ressourcer sur la même scène.Mais c’est pour la première fois une étude spécifique, diligentée par la Région Auvergne via le Comité régional de développement touristique (CRDTA), qui est venue chiffrer les retombées économiques du festival. Des résultats présentés le 3 mai donc, quelques jours seulement après que la programmation de la 28e édition de cet événement culturel phare a été dévoilée.

28000 festivaliers et 113000journées de visite

Des retombées économiques évaluées par le cabinet Éric Maurence Consultants (EMC) sur la base du chiffre d’affaires (CA) généré sur le territoire de l’agglomération aurillacoise par les seuls visiteurs extérieurs à ce territoire(1) et venus spécifiquement pour l’événement, selon les normes désormais admises des évaluations du genre. Des visiteurs au sens large puisque sont pris en compte le grand public, les artistes et professionnels des arts de la rue. Ces derniers ont ainsi injecté l’an dernier près de 2,02 millions d’euros, soit une dépense moyenne de 95€ par visiteur, qui a d’abord bénéficié aux secteurs de la restauration (646400€ de CA soit l’équivalent de 64700repas), du commerce(2) (603700€), puis de l’hébergement (451500€, soit 43190nuitées) et des cafés (308100€, l’équivalent de 89700consommations). Des statistiques relatives à l’hébergement qui ont étonné le président de la Caba mais qu’a explicitées le consultant : un quart des visiteurs sont accueillis sur l’aire de la Ponétie au tarif moyen journalier de 3,4€, ce qui explique un “ticket” moyen de nuitée à guère plus de 10,5 €. “Soixante pour cent des 28000visiteurs (NDLR: uniques) sont des jeunes de moins de 30ans qui ont une structuration de dépenses de jeunes de moins de 30ans”, a souligné l’intervenant. La fréquentation réelle de l’événement - pour la première fois “scientifiquement” mesurée - est estimée à 28000festivaliers, dont 2800membres de compagnies et 500professionnels, soit, sur la durée du festival, 113000journées de visite cumulées. Voilà pour le constat d’une étude qui a donné une matière supplémentaire au président de Région et ancien maire d’Aurillac pour distiller un message sans ambages à l’attention des entreprises et commerçants locaux et leur instance consulaire : “Le financement du festival est public mais c’est bien le privé qui a toutes les retombées économiques alors qu’il ne participe pas à la manifestation. C’est une situation qui n’est pas normale. Au niveau de la CCI, il faut que vous y réfléchissiez”.

(1) Les dépenses des “locaux” ne sont pas intégrées, considérant qu’elles seraient réinjectées sur le territoire ultérieurement en l’absence du festival. (2) Hors stands des forains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Hélène Burgaud-Tocchet
[Interview] Une nouvelle directrice à la DDT de la Creuse

Hélène Burgaud-Tocchet, directrice départementale des Territoires de la Creuse

Henry Ferret, nouvelle tête de proue des JA 63

Vendredi dernier, jour de l'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, un nouveau président a été élu…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

La visite de l'élevage porcin d'Etienne De Veyrac a été très intéressante pour les demandeurs d'emploi.
Des demandeurs d'emploi au cœur du quotidien de deux éleveurs

Dans le cadre de la semaine de l'emploi en agriculture, France Travail, avec les acteurs professionnels, 
a organisé…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière