Aller au contenu principal

« Ce n'est pas le moment de lâcher sur les prix et sur l'origine France »

Analyse de Patrick Bénézit, Président de la Fédération nationale bovine.

Patrick Bénézit, président de la Fédération nationale bovine.
Patrick Bénézit, président de la Fédération nationale bovine.
© SC

Alors que la décapitalisation du cheptel allaitant se poursuit et que les prix ne couvrent encore pas totalement les coûts de production, Patrick Bénézit pointe l’irresponsabilité de certains acteurs y compris politiques.

Dans quelle mesure la décapitalisation du cheptel allaitant se poursuit ?
Nous sommes toujours sur une baisse continue du nombre d’animaux. Les derniers chiffres de mars 2023 font apparaître une nouvelle baisse de 3 % sur un an. Mois après mois, la tendance persiste, c’est inquiétant et cela devrait alerter à la fois l’ensemble de la filière et les pouvoirs publics. Plus personne, plus aucune zone, n’est épargnée.

Quels signaux permettraient d’enrayer cette baisse ?
La décapitalisation est la conséquence directe du manque de revenu. Découragés, certains éleveurs ont préféré jeter l’éponge. Faute de rentabilité, certaines reprises ont été empêchées. Aujourd’hui, malgré l’obligation imposée par la loi Egalim 2, un décalage persiste entre les coûts de production et les prix payés aux producteurs. Nous n’enrayerons pas la décapitalisation du cheptel sans une application totale et rapide de cette loi. Ce n’est absolument pas le moment de reculer. C’est ce que nous avons redit, mercredi dernier, au ministre de l’Agriculture.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire a pourtant demandé aux les industriels à rouvrir les négociations commerciales…
Nous condamnons fermement toutes velléités de renégociations commerciales. Le signal donné n’est pas bon. La situation de marché reste bonne avec une consommation à +1,1 % en 2022. Les enseignes qui utilisent de petits volumes d’import pour faire baisser les prix jouent avec le feu. C’est indécent. Elles s’assoient ainsi sur l’éthique durable, l’approvisionnement souverain et français, sur lesquelles elles communiquent pourtant largement. Si ces viandes d’importation, dont on peut s’interroger sur les conditions de production entrent dans les magasins, il y aura des actions syndicales, elles ont d’ailleurs commencé.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière