Aller au contenu principal

Capillum, de la tête à la terre

Donner une seconde vie aux cheveux, c'est le pari que s'est lancé la start-up Capillum, basée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Grâce à leurs fibres naturelles, les chevelures humaines collectées auprès de 2 200 salons de coiffure français trouvent une nouvelle utilité dans un tapis de paillage naturel.

Donner une seconde vie aux cheveux, c'est le pari que s'est lancé la start-up Capillum, basée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Grâce à leurs fibres naturelles, les chevelures humaines collectées auprès de 2 200 salons de coiffure français trouvent une nouvelle utilité dans un tapis de paillage naturel.
Donner une seconde vie aux cheveux, c'est le pari que s'est lancé la start-up Capillum, basée à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Grâce à leurs fibres naturelles, les chevelures humaines collectées auprès de 2 200 salons de coiffure français trouvent une nouvelle utilité dans un tapis de paillage naturel.
© Capillum

L'histoire naît sur les bancs de l'école. En avril 2019, Clément Baldellou et James Taylor décident de transformer leur projet étudiant en projet de vie : recycler des cheveux pour en faire un tapis de paillage alternatif utilisable en maraîchage, en arboriculture, en horticulture et en sylviculture. « Nous cherchions à construire un modèle économique durable basé sur une matière première recyclable. Un jour, nous avons pensé aux cheveux et l'aventure a commencé », raconte Clément Baldellou.

À l'origine, des cheveux
Partant du principe qu'en général, « tout ce qui vient du corps a des vertus intéressantes », les deux associés se lancent un grand défi. « Le cheveu est l'une des rares matières au monde imputrescibles et biodégradables. Tous les jours, un million de Français vont chez le coiffeur, générant plus de quatre mille tonnes de déchets capillaires par an. Ils représentent 60 % de leurs déchets et s'ils ne sont pas recyclés, ils partent à la poubelle », reprend le cofondateur de l'entreprise. « Nous sommes convaincus que toute personne peut avoir un impact écologique réel avec quelque chose d'aussi simple qu'une coupe de cheveux. » Capillum a, à ce jour, collecté plus de soixante-dix tonnes de cheveux et en a recyclé à peu près quarante tonnes. Des centaines de collectes ont été effectuées par quelque deux mille coiffeurs éco-responsables partenaires, équipés par la start-up de bacs et de sacs de recyclage. Une fois récupérés, les cheveux sont micro-massifiés dans une vingtaine d'entrepôts en France et les produits sont finalisés et packagés par les résidents de l'Esat Pierre Doussinet à Romagnat (Puy-de-Dôme), dans une volonté de favoriser l'insertion des personnes en situation de handicap.

Les autres missions de l'entreprise

Le cheveu étant composé à 95 % de kératine, de nombreux travaux ont permis à Capillum de pouvoir l'extraire. L'entreprise s'est engagée dans la recherche médicale afin d'améliorer les soins de la peau pour des applications biomédicales et dermo-cosmétiques qui amélioreront la qualité et l'efficacité des soins. « La kératine présente dans le cheveu a des vertus ultra-nutritives qui permettent l'amélioration des soins, par exemple la régénération de la peau des grands brûlés », indique Clément Baldellou. Son entreprise a aussi choisi de mettre à disposition les déchets capillaires dans le but de dépolluer les eaux et les sols. Le cheveu est en effet capable d'absorber naturellement jusqu'à huit fois son poids en hydrocarbures. Une caractéristique qui lui permet de nettoyer les eaux et les sols des zones portuaires polluées.

Les plus lus

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

la cantinière tient un plateau rempli de steaks.
Viande de Hautes Terres, Première livraison au collège

Vendredi 3 mai, l’association Viande de Hautes Terres livrait pour la première fois ses steaks hachés à la cantine du collège…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière