Aller au contenu principal

Comportements alimentaires
Beaucoup de choses se jouent dans la petite enfance

Selon une étude réalisée par l’Inra, la formation du goût et les pratiques alimentaires se forgent dans la petite enfance. Le rôle des parents est primordial en la matière.

Mieux vaut proposer de manière répétée une variété d’aliments, sans contrainte pour élargir le registre alimentaire de l’enfant. Les parents contribuent à l’adoption d’habitudes alimentaires qui sont « très résistantes au changement une fois établies ».
Mieux vaut proposer de manière répétée une variété d’aliments, sans contrainte pour élargir le registre alimentaire de l’enfant. Les parents contribuent à l’adoption d’habitudes alimentaires qui sont « très résistantes au changement une fois établies ».
© Réussir - Bruno Compagnon

« Si le comportement alimentaire évolue avec l’âge, les préférences sensorielles se construisent au cours des premières années de la vie et sont ensuite difficiles à changer », indique l’Institut national de recherche agronomique (Inra) dans une étude qu’il vient de réaliser sur les pratiques alimentaires des Français.

 

L’apprentissage des goûts et le répertoire alimentaire commencent très tôt, dès la vie fœtale, à partir du 7eme mois de grossesse. Jusqu’à l’âge de 1 à 2 ans, les jeunes enfants font preuve naturellement d’une bonne capacité à contrôler leur prise alimentaire à partir de signaux purement physiologiques. Mais cette capacité diminue ensuite avec l’apparition de signaux externes qui conditionnent le comportement de l’enfant. Les encouragements à manger des parents notamment, la plus grande disponibilité des aliments prennent le pas sur les signaux physiologiques. Dès l’âge de cinq ans, plus le contrôle exercé par les parents sur les prises alimentaires de leur enfant est grand, moins bonne est la capacité d’autorégulation, poursuit l’Inra. Mais avec quelquefois des effets négatifs. Certaines pratiques éducatives comme le chantage (« tu ne sortiras pas de table avant d’avoir mangé des épinards »), la récompense (« si tu manges des épinards, tu auras un dessert »), la substitution (« si tu n’aimes pas les épinards, je te fais des frites »), expliquent le rejet, à contrario, de certains aliments.

 

Leçons à tirer : Mieux vaut proposer de manière répétée une variété d’aliments, sans contrainte pour élargir le registre alimentaire de l’enfant. Et conclusion de l’Inra : les parents contribuent à l’adoption d’habitudes alimentaires qui sont « très résistantes au changement une fois établies ».

 

Contraintes psycho-sociales

A l’adolescence, l’enfant traverse un âge de changement des habitudes alimentaires où coexistent alimentation familiale et alimentation hors domicile. L’alimentation hors domicile est l’occasion d’expérimenter une certaine liberté (horaires, composition des repas, déstructuration des prises alimentaires, etc.). Mais estime l’Inra, « Ces pratiques semblent cependant être transitoires et laissent place ensuite à un retour à une alimentation de type « familial », lors de la constitution des couples, de la naissance des enfants ou de l’accès à l’emploi ». Bref, en dehors des troubles de comportement (anorexie, boulimie) et de pratiques à risque, « l’alimentation des adolescents ne pose pas de problème de santé publique ».

 

Par contre, l’Inra pointe une multitude de signaux qui modifient la sensation de faim ou de rassasiement. Ainsi cette régulation est d’autant plus affectée que le mangeur est distrait et ne porte pas attention à ce qu’il consomme. C’est le cas par exemple lorsqu’il mange en regardant la télévision ou dans le bruit. « Ces distractions augmentent la quantité ingérée au cours du repas », note l’Inra.

 

Cette sensation de faim ou de rassasiement est soumise à diverses contraintes sociales. En particulier l’heure de repas, et leur contenu nous incitent à manger alors que nous n’avons pas faim. Enfin, la multiplication de l’offre stimule l’appétit et la consommation d’aliments faciles d’accès. De même la visibilité du produit à la maison, liée à l’achat en grande quantité (promotion) ou par le rangement dans le réfrigérateur ou le placard, augmente la fréquence de consommation, ainsi que la quantité ingurgitée à chaque occasion, surtout, pour les aliments prêts à consommer. Par exemple, si on achète un lot de tablettes de chocolat en promotion, en pensant faire des économies, au final on aura tout simplement mangé plus de chocolat que d’habitude.

 

Plus surprenant : une mauvaise appréciation du contenu à travers le format de l’emballage perturbe le rassasiement. A volume égal, les quantités apparaissent plus élevées dans les contenants allongés (une bouteille par exemple) que dans des contenants larges aux proportions équilibrées.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière