Aller au contenu principal

Avec Cérès®, les sols retrouvent leur équilibre

Biovitis a mis au point un biofertilisant qui régénère la vie microbienne du sol et favorise la croissance des plantes. Cérès® vient d'être homologué en grandes cultures et en maraîchage.

Cérès® a été développé dans notre laboratoire pour répondre aux besoins du plus grand nombre, ce n'est pas un produit de niche", se félicite Damien Grizard.
Cérès® a été développé dans notre laboratoire pour répondre aux besoins du plus grand nombre, ce n'est pas un produit de niche", se félicite Damien Grizard.
© C.Jahnich/APAP

Après avoir misé sur les engrais tout chimique, l'agriculture se tourne vers des méthodes alternatives plus naturelles et respectueuses de l'environnement. La preuve avec Cérès®, un biofertilisant composé d'un champignon et d'une bactérie, destiné à régénérer les sols appauvris en vie microbienne. Mis au point par Biovitis, une entreprise implantée dans le Nord-Cantal, ce produit classé dans les "matières fertilisantes et supports de culture" est plus qu'un remède de grand-mère : c'est le premier "rhizo-stimulateur" homologué en France sur grandes cultures et légumes industriels au terme d'un protocole d'essais ayant démontré son efficacité et son innocuité pour l'utilisateur et pour l'environnement.


Valoriser l'existant


"Nous n'avons rien inventé, on valorise ce qui existe déjà, tient à préciser Damien Grizard, ingénieur responsable du développement à Biovitis. Nous observons le sol et les plantes et nous essayons, grâce à nos produits, d'amplifier ce que la nature fait bien. Le problème des intrants chimiques aujourd'hui, c'est qu'ils sont très consommateurs d'énergies non renouvelables, coûteux et polluants. Avec Cérès®, l'agriculture conventionnelle, celle qui se pratique en grande majorité, dispose d'un produit biologique pratique, à épandre en pré ou en post-semis afin de rééquilibrer le sol. Et ce, pour un coût moyen d'environ 40 euros par hectare." Attention toutefois, la préparation Cérès® ne remplace pas les engrais classiques ! "C'est un complément qui, bien utilisé, permet de réduire les intrants de 30 % sans perte de rendements et  même d'augmenter la production en rendant les réserves du sol  plus disponibles", expose Olivier Bernard, responsable marché agriculture.


Déjà un succès


Selon lui, cet automne, la première campagne d'utilisation sur colza, céréales  et  sur  quelques cultures maraîchères comme les navets, est déjà un succès, alors que se préparent les semis de maïs et de tournesol. Référencé dans une centaine de points de distribution concentrés dans les régions de grandes cultures (Centre, Bassin parisien, Nord-Pas-de-Calais, Picardie, mais aussi Bourgogne et Vallée du Rhône), Cérès a déjà ensemencé près de 74 000 hectares en 2014, avec de bons résultats : + 3,5 à + 7 quintaux par hectare sur céréales, par exemple, ou+ 1,1 tonne par hectare sur haricots verts pour des rendements de 14 tonnes par hectare (à charges opérationnelles constantes).


Essais dans le Cantal


Dans le Cantal plus particulièrement, des essais ont été conduits sur du maïs ensilage dans le secteur de la Châtaigneraie et de Salers, mais aussi sur des lentilles blondes de Saint-Flour. Les résultats, par rapport à des témoins non traités avec Cérès®, ont été intéressants (notamment au niveau du développement du réseau racinaire, multiplié par deux au stade genou sur le maïs), mais moins significatifs qu'attendus en raison des conditions climatiques atypiques de cette année 2014. En attendant, depuis l'homologation de Cérès®, le chiffre d'affaires du département agronomie de l'entreprise de Saint-Étienne-de-Chomeil Biovitis a augmenté de 50 %. Et ce n'est pas terminé : utilisable en agriculture biologique, ce nouveau biofertilisant vient également d'obtenir l'autorisation d'être exporté en Belgique, en Allemagne et en Grande-Bretagne.


Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière