Aller au contenu principal

Enquête
Auvergnats et fiers de l’être

Afin de mesurer à quel point les Auvergnats sont fiers de leur territoire, la marque Auvergne a commandé une étude où l’on apprend, entre autres, que pour 67% d’entre eux quitter l’Auvergne serait un crève-cœur.

Réalisé par le laboratoire de recherche en management de Clermont, piloté par l’Université Clermont Auvergne et l’ESC Clermont Business School, le premier baromètre « Fierté » des auvergnats et de l’Auvergne éclaire sur la vision de chacun et ouvre des pistes pour cultiver le sentiment d’appartenance. Et ce n’est pas grossir le trait que de dire que les auvergnats éprouvent pour leur territoire un lien puissant, en témoigne quelques chiffres clés, dévoilés récemment par Arnaud Banoun, enseignant chercheur qui a travaillé sur l’étude avec des confrères des universités de Toronto et de Chigago. Ainsi, 67 % des répondants à l'étude pensent que quitter l’Auvergne a été ou serait trop difficile ; 4 sur 5 sont fiers d’être Auvergnats ; 60,5 % ressentent le fait de critiquer l’Auvergne comme une insulte personnelle ; 72% pensent qu’être Auvergnats est constitutif de ce qu’ils sont ; 78% sont fiers de représenter l’Auvergne en public, 87,5% disent considérer l’Auvergne comme leur maison ; 85% consomment des produits locaux associés à l’Auvergne…Autant d’indicateurs qui donne le sourire à Pierre Desprat, président de la marque Auvergne, association qui a diligenté l’enquête. « Nous disposons désormais d’éléments tangibles pour actionner des leviers afin de faire de chaque Auvergnats et Auvergnates des ambassadeurs de leur territoire. Il s’agit pour nous de capitaliser sur l’engagement des expatriés et la fierté des locaux y compris des plus jeunes, qui ont un capital sympathie pour l’Auvergne très important ».

Belle, propre, forte mais lente

Selon une méthode scientifiques éprouvée, bâtie autour d’un corpus de questions ciblées afin de fiabiliser les résultats, entre juillet 2022 et mars 2023, trois questionnaires ont été adressés à des volontaires. 2 600 y ont répondu. 79,5 % d’entre eux habitent en Auvergne, 74,5 % y sont nés. « Près de la moitié des répondants sont du Puy-de-Dôme et 20% sont des auvergnats de l’extérieur, de la région parisienne, essentiellement », précise Arnaud Banoun. Les trois mots qu’ils associent à l’Auvergne sont dans l’ordre : la nature (94%) ; la tradition, la gastronomie, le terroir (91,5%) et la vie culturelle et sportive (67%). Quand il s’agit de qualifier leur territoire, les répondants avancent : belle (98%), propre (74%), active (68%), forte (60%) et lente (25%). « Cette lenteur s’explique par une forme d’enclavement et l’absence de ligne à grande vitesse », relève le chercheur.

Les cantaliens et les altiligériens, les plus ardents défenseurs

Sur l’échelle de la fierté et de l’engagement envers l’Auvergne, les habitants du Cantal et de la Haute-Loire remportent la palme. Adéquation avec ses valeurs, identification, attachement au territoire, volontariat, prestige perçu…Tous les indicateurs sont au Zénith. Les deux départements devancent le Puy-de-Dôme, « qui demeure dans le ventre mou », et l’Allier « qui apparaît en-dessous sur plusieurs critères comme la fierté, l’adéquation, la dimension d’ambassadeur, d’attachement et d’identification au territoire ». Pour Pierre Desprat, il y a fort à parier que ces deux départements rejoignent très vite la tête du peloton, fort notamment d’une politique ambitieuse portée par leurs deux conseils départementaux. Un prochain baromètre sera l’occasion de le mesurer.

L’Auvergne au Sénat en novembre
Les produits emblématiques de l’Auvergne seront cuisinés par les chefs du restaurant du Sénat début novembre dans le cadre d’une semaine spéciale Auvergne.

 

Marque Auvergne : 90 adhérents de plus en 6 mois

La marque Auvergne créée en 2018 poursuit son bonhomme de chemin avec près de 515 adhérents dont 90 d’entre eux ont rejoint l’association il y a à peine six mois. Un record qui « conforte une dynamique positive et l’envie de porter les couleurs de l’Auvergne chez nous et à l’extérieur », selon Pierre Desprat.

 

 

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière