Aller au contenu principal

Au moins un fruitier par exploitation garant du maintien des savoir-faire

Et si, pour une consommation familiale, chaque exploitation disposait d'au moins un arbre fruitier ? Pour renouer avec ce qui était une tradition, une journée et un livret sont en préparation.

Lise Fabries, Pauline Herbemont et Simon Lacalmontie sur le "chemin des élèves" du lycée agricole, déjà bordé de jeunes arbres fruitiers.
Lise Fabries, Pauline Herbemont et Simon Lacalmontie sur le "chemin des élèves" du lycée agricole, déjà bordé de jeunes arbres fruitiers.
© R.S.-A.

B ien sûr peuvent naître des vocations, mais ce n'est pas le but premier. Le projet initial de Bio 15 est plus modeste et simple à mettre en oeuvre : "Remettre un arbre fruitier dans chaque cour de ferme."
"L'idée de départ ne dépasse pas la consommation familiale, mais elle encourage à réapprendre des savoir-faire qu'autrefois chacun savait pratiquer : la greffe, la taille...", résume Lise Fabries, animatrice de l'association. Le 8 avril, les adhérents seront conviés à une journée de démonstration/formation, dispensée par un des leurs, Sylvain Caumon à la Martory de Leynhac, en Châtaigneraie. C'est lui qui se déplace également dans les collèges et lycées du Cantal - comme il l'a déjà fait à la Jordanne à Aurillac - et sensibilise les "éco-délégués" à la plantation d'arbres fruitiers dans leur établissement, travaux pratiques à l'appui. C'est ce que fait à sa manière le lycée agricole d'Aurillac, où Pauline Herbemont, chef de l'exploitation pédagogique, explique que les arbres plantés avec les conseils des BTS en gestion forestière, donnent des fruits transformés en confiture vendue pour financer des voyages d'étude.

Retour des fruits dans le Cantal
Pour continuer d'éveiller la curiosité, un petit livret pratique, rédigé par Sylvain Caumon et illustré par Simon Lacalmontie, co-président de Bio 15(1), sera distribué aux apprenants et aux agriculteurs intéressés. "Ce sont des gestes simples et efficaces qu'il nous revient de nous réapproprier ; un arbre, c'est aussi une manière de laisser derrière nous quelque chose qui va durer", commente Simon Lacalmontie. Lui-même compte planter deux arbres fruitiers sur son exploitation. Et pourquoi pas renouveler l'expérience d'autres années ?, envisage l'agriculteur de Carlat qui produit déjà des légumes, essentiellement de la pomme de terre plein champ. "Pour certains d'entre nous, cela peut s'avérer le début d'un cheminement : si ça suscite l'envie, alors on peut passer la vitesse supérieure et envisager de mettre un verger. Dans ce cas, il faudra alors de l'investissement et des formations plus pointues", précise-t-il.
Des pommiers, poiriers, pruniers ou cognassiers s'apparenteraient à un retour logique des choses, puisque des photos aériennes de 1956 témoignent de très nombreux vergers, partout dans le Cantal. Cette renaissance pourrait alors s'accompagner de l'agroforesterie, également dans l'air du temps, avec l'idée d'animaux qui se nourrissent sous les fruitiers, assurant une source de diversification pour l'éleveur.

(1) L'association, qui vise notamment à accompagner les projets collectifs de transformation,  commercialisation et valorisation, est  co-présidée par Noémie Richart de la Biocoop "l'Arbre à Pain".

Les plus lus

Concours de Varennes-sur-Allier : « Un moment convivial et attendu de tous »

Tradition depuis plus de 160 ans, le concours de Varennes-sur-Allier a fait son grand retour du 15 au 17 mars.

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

Mesurer les impacts du futur cahier des charges AOP cantal sur une exploitation

La journée technique, programmée par l’organisme de gestion de l’appellation AOP cantal, a donné l’occasion de projeter sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière