Aller au contenu principal

JA AURA
« Attirer des jeunes vers les métiers de l’agriculture »

Jeunes agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes a tenu son congrès annuel à Méaudre en Isère le 15 avril.
Le renouvellement des générations a été au cœur des discussions.

JA AURA 2022
Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes a tenu son congrès annuel à Méaudre en Isère le 15 avril dernier.
© DR

Certains départements, comme l’Isère, ont été pionniers dans la mise en place des pôles de transmission pour les départs à la retraite. Et pourtant, comme dans toute la région, il reste difficile de renouveler les générations. C’est ce qu’a constaté Jeunes agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes (JA Aura) lors de son congrès annuel, le 15 avril à Méaudre. Pour lui, permettre une bonne transmission et des installations passent par l’apport d’une vision sereine de leur futur aux jeunes agriculteurs.

Offrir une vision aux jeunes

« Des études nous disent que nous perdrons 25 % de la production agricole française dans les cinq prochaines années », annonce Jean-Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère. L’installation de jeunes agriculteurs permet le renouvellement de jusqu’à 50 % des actifs, ce qui justifie le fait que « JA ait le devoir de promouvoir leur activité pour attirer des jeunes vers les métiers de l’agriculture ». 

Selon lui, il y aurait également un « gouffre entre les compétences demandées dans le métier et les compétences apprises dans les écoles », d’où l’importance de favoriser l’apprentissage dans les exploitations. « Il faut que nous en soyons les vecteurs, les porteurs, car il est très intéressant de mêler la théorie à la pratique », d’autant plus que cela permet aux jeunes de mieux se rendre compte des réalités du métier et de compléter leurs connaissances.

La loi Egalim dans le viseur

La loi Egalim a pour objectif de mettre en place des prix justes afin que les agriculteurs vivent de leur travail et de les aider à faire évoluer leurs modèles de production. Or, les agriculteurs attendent encore sa pleine application pour s’assurer un avenir serein. Dans l’Ain, le contexte géopolitique actuel inquiète, de même que l’augmentation des charges opérationnelles et structurelles et de matériel. Dans l’Allier, même son de cloche : alors que le nombre de vaches allaitantes s’élevait à 220 000 il y a cinq ans, il est désormais de seulement 160 000. Dans la Loire, le contexte actuel pose également des problèmes quant à l’augmentation des charges. « Si la loi Egalim n’est pas respectée, nous ne savons pas comment nous pourrons continuer d’installer des jeunes », explique Nicolas Lenoir, président de JA de la Loire.

Miser sur le local

En France, les dépenses accordées à l’alimentation se placent en troisième position derrière celles des transports et du logement. Le Covid a montré que la France n’était pas suffisamment autonome en alimentation – il faut compter plus de 20 % d’importations, excepté pour les vins et les céréales – et donc pointé une nécessité de redévelopper la production locale. En Isère, des initiatives se sont déployées. Céline Jeannin, responsable des services forêt et agriculture dans le parc naturel régional du Vercors, explique que l’agriculture est au cœur de l’identité du parc. Les Fermes du Vercors ont été créées pour faire connaître les agriculteurs et pour sensibiliser les habitants et les touristes. « Nous avons créé la marque Valeur Parc afin de jouer sur l’image et sur la qualité des produits de ce territoire », précise-t-elle. Il s’agit aussi d’aider les collectifs, comme Bleu du Vercors, à se structurer pour les rendre visibles. En Isère, « 96 collèges sont gérés par le département pour plus de 5 millions de repas pris par an », explique Fabien Mulyk, vice-président du conseil départemental de l’Isère. Pour que les enfants accèdent à un repas à 2 € au lieu de 8 € dans les cantines iséroises, la collectivité a pris en charge la différence. « L’objectif est d’avoir tous les jours un repas de qualité mais également d’éduquer les enfants à une alimentation vertueuse : 24 % des produits sont bio et 36 % sont locaux », précise Fabien Mulyk. 

Et pour que le reste des habitants mange local, le Pôle agroalimentaire a permis l’émergence de marques locales, comme Ishere, commercialisées en GMS afin de créer une confiance entre le consommateur et le producteur.

 

Elle a dit…

Laurine Rousset, présidente de JA Haute-Loire : 

"Tout d'abord je félicite Jocelyn Dubost le nouveau président de JA AuRA et remercie Pierre Picard pour le travail qu'il a fait ces deux dernières années. 
À l'heure où la situation est compliquée sur nos fermes, nous travaillons au niveau départemental comme régional en réunissant les acteurs de l'agriculture. Les premières mesures du plan de résilience national sont en place et je vous invite à vous faire aider pour savoir lesquelles vous pouvez activer sur vos exploitations et quelles sont les plus avantageuses car certaines ne sont pas cumulables." 

Les plus lus

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière