Aller au contenu principal

Appel à la mobilisation des éleveurs

Vaches charolaises
© Adobe Stock

Dans un communiqué du 12 octobre dernier, les éleveurs de races à viande du Grand Massif central appellent leurs collègues à retenir au maximum les broutards en ferme.
Depuis plusieurs semaines, les prix de vente des broutards ne cessent en effet de baisser «de façon totalement décorrélée des réalités du marché» indique le communiqué. Les éleveurs du Berceau des races à viande du Massif central rappellent que «pour 2020, les exports vers l’Italie sont stables par rapport à 2019, et même en hausse sur la semaine précédente. La demande du marché européen est là. Pourtant, depuis des semaines, un éleveur perd 150 € par animal vendu !»
Alors que le prix d’un broutard devrait être de 3.25 €/kg sur la base de l’indicateur du coût de production national (issu de la méthode validée par les opérateurs de l’Interprofession), il est à ce jour à
2.38 €/kg.
Face à cette évolution des prix «incompréhensible et inacceptable», les éleveurs de races à viande du Grand Massif Central sont dans l’obligation de réagir. «Nous appelons les éleveurs du Massif Central – ceux qui le peuvent et le temps qu’ils pourront – à la rétention des broutards en ferme. Il n’est plus question de vendre à ces niveaux de prix, il est vital de faire remonter les cours rapidement, en cohérence avec les signaux des marchés» souligne le communiqué.
Via diverses actions départementales, les éleveurs sont  par ailleurs décidés à «maintenir la pression sur les quatre exportateurs qui pèsent à ce jour 83% des volumes entre la France et l’Italie. Nous devons alerter les pouvoirs publics sur ce hold-up» précisent-ils.
«Les chiffres sont plus têtus que les discours, les éleveurs ont besoin d’une réponse cohérente des acheteurs et des pouvoirs publics face aux signaux des marchés. Il en va de l’avenir des éleveurs de bovin de race à viande dans le Massif central».
D’après communiqué

 

Les plus lus

une urne et des bulletins de vote
Le panorama législatif cantalien se dessine petit à petit

Le dépôt officiel des listes sera bouclé ce dimanche soir en préfecture. En attendant, les binômes se dévoilent peu à peu…

Deux attaques de loup dans le Puy-de-Dôme

Deux attaques de loup ont eu lieu à Perpezat dans le Puy-de-Dôme les nuits du 8 et 9 mai. Elles viennent s'ajouter à celle…

Deux génisses salers croisées au pâturage.
Perles du Massif : pourquoi Jean-Paul Bigard a sollicité la FDSEA du Cantal ?

Jeudi 6 juin, le PDG du groupe Bigard en personne sera à Trizac pour présenter la filière de génisses bouchères “Perle du…

Chassé-croisé de mai, à l'estive de Récusset

La “fête” de l’estive à la Coptasa, c’était cette semaine avec la montée d’une bonne partie des bovins sur les unités de…

Deux personnes attablées en extérieur
Pourquoi leur aventure se poursuivra loin du Cantal ?

Élevage limousin réputé, ferme-auberge et innovations agrotouristiques (tente bulle, food-truck, etc.) auront marqué le…

Hôtellerie-restauration dans le Cantal : début de saison pourri

Début de saison touristique compliqué pour le secteur CHR dans le Cantal, remontés contre l’implantation de chaînes nationales…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière