Aller au contenu principal

Antoine Guerrier, responsable commercial et technique du Gapac : « Une coopérative humaine, au service de ses adhérents »

Le Groupement d’Agneaux de Plein Air Centre (Gapac) vient de nommer un nouveau responsable commercial et technique, Antoine Guerrier, âgé de 24 ans. L’occasion d’échanger avec lui sur son parcours et ses objectifs au sein de la structure.

© Gapac

Pouvez-vous nous décrire votre parcours scolaire et professionnel avant de rejoindre le Gapac ?

Antoine Guerrier : Issu d’une famille d’agriculteurs de Paray-sous-Briailles, éleveurs de bovins charolais, je me suis naturellement engagé dans la même voie. Après avoir obtenu un Bac STAV et un BTS Acse au lycée agricole du Bourbonnais à Neuvy, dès 2018, j’ai travaillé dans une entreprise en production végétale. Le 1er mars 2019, j’ai rejoint l’équipe du Gapac. Au départ, comme technicien. Une fonction qui consistait à trier les agneaux en ferme et assurer le montage de quelques dossiers administratifs.

Quel est votre rôle au sein du groupement ?

A.G : Aujourd’hui, je suis en charge de vendre la production de nos adhérents, qu’il s’agisse d’agneaux, de brebis, de béliers et de laine ainsi que d’assurer des conseils techniques et une assistance quant aux montages de dossiers de subventions.

Le Gapac, quel est son rôle ?

A.G : À ce jour, notre groupement est constitué de 110 adhérents, ce qui correspond à 20 000 brebis environ sur l’ensemble de l’Allier ainsi que le sud de la Nièvre, autour de Nevers . Il s’agit d’une coopérative à taille humaine ou l’humain est au centre des relations, au service de nos adhérents. Pour parvenir à assurer nos missions, nous disposons de deux salariés ainsi qu’une collègue en appui sur la partie administrative.

Qu’en est-il de la filière aujourd’hui ?

A.G : En 2022, nous avons vu une augmentation du nombre de brebis dans notre groupement. Une situation encourageante que nous devons renforcer, soutenir. L’âge des éleveurs ovins augmente dangereusement, il faut donc motiver les jeunes éleveurs à s’installer dans la filière ovine car je reste persuadé que l’on peut en vivre car les cours restent à un bon niveau. La consommation est là et nous avons besoin de viande ovine.

Plus d’infos sur le Gapac et ses services : 06 07 11 38 70.

Les plus lus

ofb et agriculteur se rencontrent sur une exploitation agricole
Les agents de l'OFB à la rencontre du monde agricole

Une quinzaine d'agents de l'OFB AuRA est allée à la rencontre du monde agricole au cours d'une formation de trois jours dans…

jeune taureau salers lors de la vente aux encheres dans le Cantal
Combien se sont vendus les jeunes reproducteurs salers ?

Les éleveurs accordent une grande importance à la préservation et au développement de la race. La vente de jeunes taureaux…

Tracteurs barrant l'accès à la A75 suite à une action syndicale.
Pourquoi l'A75 reste bloquée à hauteur de Saint-Flour ?

Pas question de démanteler le barrage bloquant installé sur l'autoroute A75 par les agriculteurs du Cantal à hauteur de Saint-…

A75 : le siège de la contestation agricole cantalienne

Vendredi, les troupes de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs entamaient leur quatrième jour de blocage de l’autoroute, avec en…

Mobilisation massive des agriculteurs le 25 janvier 2024 au Puy en Velay
Forte mobilisation des agriculteurs en Haute-Loire

Ils sont venus en tracteurs des 4 coins du département pour montrer leur colère auprès des administrations (DDT, direction des…

Randonneurs sur le volcan cantalien
Randonnée : quels nouveaux GR vont sillonner le Cantal ?

Pas moins de quatre projets de nouveaux itinéraires ou d’extension de GR existants devraient voir le jour dans le Cantal,…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière