Aller au contenu principal

Altitude et la Capp font évoluer leur grille de soutien

Altitude et la Capp adaptent leur grille pour aider leurs producteurs à faire face à l’envolée du prix des aliments.

La nouvelle grille permettra aux éleveurs de la Capp de bénéficier d’un soutien jusqu’à 15 euros par porc charcutier produit.
La nouvelle grille permettra aux éleveurs de la Capp de bénéficier d’un soutien jusqu’à 15 euros par porc charcutier produit.
© P. P.
Les conseils d’administration du groupe Altitude et de la Capp (Coopérative agricole des producteurs de porcs) ont décidé de faire évoluer leurs grilles de paiement du porc pour tenir compte de la forte progression du prix des aliments. Applicables à compter du 17 septembre, ces “mesures correctives” permettront aux producteurs de bénéficier jusqu’à 15 euros de soutien par porc avec un cadran à son niveau actuel. La filière porcine du groupe coopératif prévoit de consacrer jusqu’à 20 000 euros par mois à ce dispositif. Jean-Pierre Chateau, président d’Altitude, et Germaine Sérieys, présidente de la Capp, viennent d’adresser un courrier à leurs 80 producteurs de porcs pour leur expliquer ces évolutions.Une grille qui intègre le coût des aliments

En 2004 déjà, la coopérative s’était dotée d’un “filet de sécurité” qui, amélioré en 2005, avait consisté à mettre au point une grille de soutien variable en fonction du cadran. “Dispositif qui a montré son efficacité, y compris en ce début d’année 2007, en permettant aux producteurs de bénéficier d’une plus-value filière de 0,15 euro/kg de carcasse quand le cadran restait proche de 1 euro/kg”, constate Jean-Pierre Chateau. Mais, s’il constituait un amortisseur à la variabilité des cours, ce dispositif ne tenait pas compte de l’évolution des coûts alimentaires. La nouvelle grille les intègre. Si bien que, dorénavant, le seuil de déclenchement de la grille de soutien se déplacera en fonction du coût moyen de l’aliment porc. Exemple : jusque là, le système de soutien se déclenchait quand le cadran passait en dessous du seuil de 1,14 euro/kg. Ce seuil est porté à 1,34 euro en septembre compte tenu du prix des aliments, soit une progression de 0,20 euro qui correspond à celle des coûts alimentaires observée au sein du groupe. Et si le prix de l’aliment continue à augmenter, ce seuil progressera de la même manière. Le système de “prix plancher” applicable dans la filière Capelin a lui aussi été revu avec la création d’une prime de soutien variable en fonction du prix de l’aliment. Elle se traduira en septembre par un supplément de prix de 3,80 euros par porc.
Une remise sur les porcelets mis à l’engraissement

Le groupe a par ailleurs décidé d’une aide ponctuelle à la mise en engraissement des porcelets : elle prendra la forme d’une remise spéciale de 3 euros sur tous les porcelets mis en place sur le dernier trimestre 2007. “Il s’agit d’éviter un effondrement des mises en place qui conduirait à un assèchement de notre filière”, explique Jacques Espinasse, directeur général du groupe. “Au total, et dans la situation actuelle, le cumul du soutien prenant en compte le complément de prix sur le porc charcutier et l’aide à l’engraissement du porcelet se traduit instantanément par une augmentation des primes groupe de 11 euros par porc pour les porcs Cantalou et de 7 euros par porc pour les porcs Capelin”, résume-t-il.

Les plus lus

Julie Rigal, présidente de Bienvenue à la ferme Cantal, devant le point de vente de la Ferme des fourches, installé dans un ancien sécadou
Qui est la nouvelle présidente de Bienvenue à la Ferme du Cantal ?

Une jeune productrice de viande d’aubrac transformée à Junhac, a pris les rênes de l’association départementale de producteurs…

Un taureau salers défile sur le ring des enchères.
Pourquoi les enchères n'ont pas flambé pour la salers ?

Trente-sept jeunes reproducteurs salers, dont trois du rameau laitier, étaient à vendre mercredi à la station d’évaluation du…

Les quatre Ifas cantaliens unis pour attirer les candidats

La formation d’aide-soignant recrute ses futurs étudiants. Deux réunions d’informations en visio sont proposées.
 

Eleveur au milieu de son troupeau de vacjes.
Ils ont osé la monotraite !

C’est une nouvelle vie professionnelle et familiale qui s’est ouverte pour Rémi Andrieu depuis le 1er janvier 2013 et le…

De gauche à droite : Anthony Fayolle (SG) et Nicolas Merle (Président).
Un nouveau duo à la tête de la FDSEA de Haute-Loire

Jeudi 3 avril, le nouveau conseil d'administration de la FDSEA de Haute-Loire a élu président, secrétaire général ainsi que…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière