Aller au contenu principal

Région
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !

Le Conseil régional AuRA prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Vous avez jusqu’au 6 octobre pour déposer votre dossier.

 

Vaches qui s'abreuvent
La mesure régionale dispose encore de fonds conséquents.
© SC

L’action régionale d’appui aux investissements liés à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage a été dotée d’une enveloppe de 150 000 euros. Dans la mesure où une partie de ces fonds n’a pas été consommée, le Conseil régional a accédé à la demande professionnelle en acceptant de prolonger le dispositif jusqu’au 6 octobre. Une quarantaine de dossiers ont été déposés à ce jour alors qu’au final ce sont 120 dossiers qui pourraient bénéficier de ce soutien.

Les modalités de dépôt des dossiers sont identiques à 2020

Les investissements éligibles : équipements nécessaires à la création de points d’abreuvement au pâturage à partir d’un ruisseau, d’un captage de nappe superficielle ou profonde, forages, systèmes d’acheminement vers le lieu d’abreuvement à la pâture (alimentation gravitaire, pompes y compris solaires, béliers hydrauliques, surpresseurs…), stockage de l’eau : cuves, abreuvoirs ainsi que la stabilisation des abords des points d’abreuvement (béton, empierrement…). Si les travaux sont réalisés par l’exploitant, seuls les coûts de matériaux seront pris en compte. En revanche, les investissements suivants ne seront pas éligibles : installations destinées à l’irrigation, acheminement d’eau du réseau d’eau potable sur les parcelles, tonnes à eau, réserves ou stockage de surfaces, récupération des eaux de pluie sur un bâtiment, acheminement d’eau pour approvisionnement de bâtiment et systèmes de filtration ou de traitement UV.

Quel niveau de prise en charge ?

Le taux de subvention pourra aller jusqu’à 40% du coût HT de l’investissement éligible, avec un investissement minimum de 1 500 € HT, et un plafond de subvention de 2 500 € par élevage et par dossier quelle que soit la forme juridique. Pour bénéficier de ce soutien, l’exploitant devra avoir un cheptel minimum de 30 Vaches Nourrices (à la date de la demande de subvention). Enfin, les exploitations pouvant émarger à un autre programme d’accompagnement : départemental (Département de la Loire, Pacte Cantal) ou régional (Plan de filière Bovin Lait) seront orientées vers ces autres dispositifs.
Vous souhaitez déposer un dossier, rendez-vous sur ce lien : http://www.aurafilieres.fr/wp-content/uploads/2020/07/D1-2020-formulair…

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière