Aller au contenu principal

94 % des Cantaliens ont maintenant accès à l’internet à haut débit

Aujourd’hui 94 % des Cantaliens peuvent avoir accès à l’internet à haut débit, contre 36 % il y a encore trois ans. Le risque de fracture numérique s’est éloigné.

Bruno Janet et Jean-François Groslier (à droite) étaient vendredi à Aurillac pour faire le bilan du programme lancé en 2004.
Bruno Janet et Jean-François Groslier (à droite) étaient vendredi à Aurillac pour faire le bilan du programme lancé en 2004.
© L'Union du Cantal
Objectif dépassé : lorsque, le 7 avril 2004, Thierry Breton, alors président de France-Télécom, signait avec le président du Conseil général du Cantal la convention “Département innovant”, il faisait le pari que 75 % de la population cantalienne serait desservi par l’internet à haut débit à l’horizon de trois ans. “Nous sommes allés au-delà de nos engagements puisque, aujourd’hui, 94 % des abonnés cantaliens au téléphone peuvent y avoir accès”, annonce Bruno Janet, chargé des relations avec les collectivités locales à France-Télécom et conseiller spécial de son président. Il était vendredi à Aurillac, aux côtés de Jean-François Groslier, directeur régional de France-Télécom, pour faire le bilan de ce programme d’accélération de l’équipement en haut débit avec le président du Conseil général. La résorption des zones blanches et le développement des usages d’internet sont maintenant les nouvelles priorités.
Un plan d’équipement de 4 millions d’euros
Le chemin parcouru est immense : “Quand j’ai accédé à la présidence du Conseil général, les plus optimistes imaginaient que seulement la préfecture, les deux villes sous-préfecture et peut-être deux autres localités pourraient être desservies un jour par le haut débit”, s’est souvenu Vincent Descœur. En 2004, lorsque la convention avec France-Télécom a été signée, le niveau de desserte atteignait seulement 36 %. Seuls sept NRA (Noeuds de raccordement abonnés) étaient équipés de l’ADSL. Les 117 existants le sont aujourd’hui, les trois derniers ayant été mis en service début 2007 à Montchamp, Faverolles et Madic. France-Télécom aurait investi 4 millions d’euros dans ce programme d’équipement. Le pourcentage de Cantaliens qui peuvent prétendre à un haut débit compris entre 2 et 8 Mbit/s atteindrait 76 % (512 Kbit/s pour les autres). De plus, depuis 2005, France-Télécom s’engage à répon-dre à toute demande d’entreprise qui voudrait s’équiper du haut débit 2 Mbit/s symétrique (débit entrant et sortant équivalent), même si elle est située dans une zone non couverte par l’ADSL, “à un coût identique en tous points du territoire national”, précise M. Janet (à partir de 250 euros par mois). Tandis que le village d’entreprise de Tronquières (Aurillac) est le premier à bénéficier d’une offre très haut débit (100 Mbit).
Deux points noirs
Restent quand même deux points noirs : d’abord, le Cantal n’a pas encore accès aux offres de réception de la télévision par ADSL. Bruno Janet a annoncé vendredi qu’Aurillac serait desservie avant l’été et que la couverture serait progressivement étendue ensuite.
D’autre part, les 6 % de Cantaliens non encore desservis, qui pourraient l’être à l’horizon 2008. Les quatre départements d’Auvergne ont en effet confié à la Région le soin de piloter un plan de développement de technologies alternatives, a rappelé le président Descoeur. Le Conseil régional devrait choisir à l’automne l’opérateur qui sera chargé de les mettre en oeuvre avec le concours financier des collectivités locales.

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière