Aller au contenu principal

MARAÎCHAGE
2ème édition du salon régional du maraîchage

"Semeurs de Bio", le salon professionnel de la production légumière, fruitière et des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM), aura lieu le 27 septembre prochain à Lempdes sur le site du lycée de Marmilhat.

Nathanaël Jacquart, maraîcher bio à Luzillat attend beaucoup du salon pour répondre à certaines impasses matériels.
Nathanaël Jacquart, maraîcher bio à Luzillat attend beaucoup du salon pour répondre à certaines impasses matériels.
© M. Comte

Le salon professionnel de la production légumière, fruitière et PPAM (plantes à parfum, aromatiques et médicinales) bio en Auvergne, baptisé « Semeur de Bio », revient le 27 septembre sur le site de Marmilhat à Lempdes dans le Puy-de-Dôme. Organisé par la FRAB AuRA (Fédération Régionale d’Agriculture Biologique AuRA), les entreprises MonJardin et Naturalis, la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et l’EPLEFPA de Marmilhat, ce salon 100% professionnel s’adresse à tous les producteurs, aux porteurs de projets, aux agriculteurs souhaitant diversifier leur production, aux personnes souhaitant s’installer, aux étudiants et apprentis du monde agricole.

L'Auvergne "désert technologique"

Associant un grand nombre de partenaires, ce salon a pour objectif de réunir sur un même site un ensemble d’acteurs de la profession agricole pour répondre aux questions et besoins du public ciblé.
Ce salon est d'ailleurs né de la difficulté pour ces professionnels auvergnats de se fournir en matériels et semences spécifiques ou encore de s'informer sur les pratiques innovantes.
"Historiquement, l'Auvergne n'est pas une terre de production légumière. Lorsque nous avons besoin de matériel ou simplement de consommables (bâches...), les fournisseurs les plus proches viennent du Rhône et nous n'avons guère le choix" explique Nathanaël Jacquart. Maraîcher bio installé à Luzillat depuis plus de 10 ans, il est persuadé que cet isolement "technologique" ralentit le développement de la production et surtout l'adaptation des pratiques au changement climatique. "Nous avons beaucoup de difficultés pour des petits projets, à avoir du conseil de la part de technico-commerciaux et encore davantage à avoir un conseil adapté au contexte pédoclimatique auvergnat."
Nathanaël prend pour exemple son projet d'ombrage sur un hectare de surface légumière. La pratique consistant à étendre des filets à la maille plus ou moins serrée pour réduire l'ensoleillement, est courante en Espagne et commence à s'importer dans le sud de la France. " L'ampleur de mon projet a permis de faire venir les techniciens de la société espagnole mais ils étaient face à un contexte de mi-montagne inédit pour eux. Ils n'avaient aucune donnée sur lesquelles s'appuyer. J'ai été contraint de suivre mon instinct et de choisir du matériel contraire à leurs recommandations." Son choix s'est avéré fort heureusement salutaire cette année mais la prise de risque financière du maraîcher, n'en demeure pas moins importante.

Ouvert aux bio et aux conventionnels

Le salon "Semeurs de Bio" est donc l'opportunité de "montrer aux entreprises spécialisées la force vive de la production auvergnate" et "leur donner envie de s'intéresser davantage aux spécificités de notre territoire" explique Alexandre Barrier-Guillot, conseiller en maraîchage à la FRAB Auvergne.
L'évènement vise également à sensibiliser les producteurs à adopter des pratiques issues de l’agriculture biologique, à envisager la conversion à la bio ou bien à diversifier leur production. "Le salon est ouvert à tous, producteurs biologiques et conventionnels puisque le matériel ou certaines problématiques ne sont pas réservés à un type de production" ajoute le conseiller.
Des problématiques de l’installation, du foncier, du travail collectif en passant par la transformation, la commercialisation et les techniques de production ou encore l'automatisation de l'irrigation et le stockage de l'eau de pluie : ce salon vise à apporter des réponses à tous.

 

Les plus lus

Antoine Cayrol : chevalier... de l'extrême

Il est l'un des neuf seuls alpinistes au monde à avoir atteint les trois pôles : nord, sur, Everest. Un parcours vertigineux…

Deux personnes avec un vélo
Cézens, nouvelle formule pour l'Auberge

L’auberge de Cézens retrouve de l’appétit à recevoir voisins, visiteurs et touristes grâce à l’arrivée d’un couple de…

La Haute-Loire remporte la ligue des champions des montbéliardes !

Le concours Montbéliard Prestige s'est déroulé à Besançon du 7 au 9 mai, et la Haute-Loire s'est faite remarquer avec les…

Apiculteur devant ses ruches dans le Cantal, avec en premier plan des pots de miel
La météo et le frelon décideront du succès du miel de montagne

Luc Mathieu est un des rares apiculteurs professionnels du Cantal. Il élève ses propres reines, double son cheptel d’ouvrières…

Quatre personnes et un cheval au centre
Saint-Flour, Equi-Club se remet en selle

Le club d’équitation sanflorain revient avec une nouvelle équipe et de nouvelles ambitions en trois points : formation,…

Virginie Crespy sur son exploitation, en compagnie de son fils Adrien, 3 ans.
"L'installation c'est comme une roue qu'on lance et faut que ça roule !"

Virginie Crespy est la nouvelle secrétaire générale des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire. Cette jeune maman qui attend un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière