Aller au contenu principal

Prototype - Andainer les semences en gardant le gabarit routier

Pour s’affranchir des contraintes des andaineurs à tapis importés en France, Albi Motoculture a sollicité deux entreprises du Tarn, afin de satisfaire un entrepreneur et ses clients.

Dans un contexte de disparition des défoliants, le recours au forçage de la dessication des plantes prend la voie mécanique. Mais les machines se font rares. Équipée d’une faucheuse-andaineuse Shelbourne, l’ETA de Thierry Barthez devait escorter cette machine pour respecter son homologation routière restreinte. Pour évacuer ces complications, il a sollicité Albi Motoculture.

 

Détourner une ensileuse

 

« On a eu l’idée en décembre », se rappelle Didier Maurel. Sept mois plus tard, le directeur de la concession a la preuve que le concept imaginé répond à la demande du client. « Nous avons proposé d’atteler une coupe à tapis Honey Bee sur une ensileuse d’occasion, » explique le concessionnaire. Pour réussir ce qui n’a rien d’une partie de bricolage, il a sollicité deux entreprises tarnaises. L’objectif était de construire une liaison adaptée à la machine et à la coupe (qui s’attelle sur un relevage de tracteur). L’enjeu était aussi de pouvoir lever très haut pour ne pas toucher les andains en gardant la fonctionnalité de cavage. C’est un des atouts des coupes à tapis pour bien cueillir les cultures basses.

Dans cette opération, le bloc hacheur, la soufflerie et la goulotte ont disparu de l’ensileuse. Ceci, sans modifier le châssis de la machine pour qu’elle garde son homologation routière. À la place, on trouve désormais un bâti porte-coupe de la même largeur qu’un attelage standard de tracteur « ce qui permet d’atteler des faucheuses ou des broyeurs si besoin », précise Didier Maurel. La conception assistée par ordinateur a été menée par I2J et M. Montels à Graulhet a fabriqué l’attelage. Les mécaniciens d’Albi Motoculture, dont Stéphane Hervouet, avaient au préalable mesuré l’ensileuse et indiqué la forme et les aménagements de la nouvelle construction.

 

Réutiliser un maximum d'organes

 

Dans une logique de bon sens et de réduction des coûts, le boîtier hydraulique (habituellement placé sur le flanc du bloc hacheur) a été déplacé sur l’attelage pour entraîner l’axe de prise de force qui se connecte à la coupe. Sa puissance de 150 chevaux est suffisante. « Les circuits hydrauliques ont été préservés. Il a fallu prévoir un nouveau support », précise Stéphane Hervouet. Un circuit a été ajouté pour animer la fonction de cavage présente sur la coupe. Les commandes hydrauliques pour la vitesse de rotation des rabatteurs ont aussi été ajoutées sans changer de carte électronique de commande.

En cabine, plusieurs boîtiers attirent l’œil (voir photo). Le compte-tour reçoit un retour d’information de la vitesse de rotation de la prise de force. Un variateur gère la vitesse des rabatteurs « car le contrôle proportionnel à l’avancement n’est pas présent sur cette coupe. » À droite du siège, les mécaniciens ont installé la commande de rotation des tapis et de déplacement de la table, ainsi que des interrupteurs de scie à colza.

 

Un potentiel élargi

 

Grâce à ce prototype d’attelage, une seule personne est nécessaire pour réaliser les chantiers. L’entrepreneur apprécie le gain de confort « dans les mouvements sur route, mais aussi au champ ». Par cette opération, l’ensileuse travaille sans trop de sollicitation du moteur contrairement à sa précédente carrière. Même si la finesse des modifications lui autorise un retour à sa fonction première, la machine pourrait profiter de sa nouvelle capacité. Une faucheuse combinée ou encore un broyeur pourraient prendre la place de la coupe à tapis une fois la saison des porte-graines terminée. Une chose est sûre, les idées germent vite dans le Tarn !

Les plus lus

Le tracteur John Deere 6R 185 développe jusqu'à 234 chevaux avec la puissance additionnelle IPM.
John Deere - Les tracteurs de la série 6R perdent leur tableau de bord
John Deere vient de dévoiler sa dernière génération de tracteurs de la série 6R. Ces nouveaux modèles profitent d’un…
Stéphane Danion utilise deux robots de paillage Wasserbauer, l’un dédié aux aires de couchage des génisses et l’autre intervenant principalement au-dessus des logettes.
« Les deux robots pailleurs nous font gagner du temps et de la paille »
Chez Stéphane Danion, toutes les principales tâches de l’élevage laitier sont désormais automatisées : traite, alimentation,…
Case IH a dévoilé trois gammes de chargeurs frontaux, baptisées A, U et T, pour les tracteurs Farmall C, Luxxum, Vestrum, Maxxum et Puma.
Case IH équipe ses tracteurs de chargeurs frontaux français
Case IH dévoile une nouvelle offre de chargeurs frontaux qui n'est pas sans rappeler celle du constructeur français MX. 
Éric et Alex Hontang ont participé pendant deux ans à la mise au point du système de paillage automatisé Sentinel de Dussau distribution.
« Jusqu’à six heures gagnées par semaine avec le paillage automatisé »
Éleveurs de bovins viande dans les Landes, Éric et Alex Hontang participent depuis deux ans au développement du système de…
Compact, maniable et stable, le chargeur télescopique dispose d'une bonne portée horizontale et verticale.
Quels outils pour la manutention du grain ?
Lorsque l’on stocke son grain à la ferme, il est important d’avoir des outils adaptés à la manutention de céréales.
Case IH réactualise son offre en tracteurs Puma à châssis court.
Case IH - Les petits tracteurs Puma disponibles en trois packs
Case IH met à jour ses tracteurs Puma à châssis court. 
Publicité