Aller au contenu principal

Moissonneuses-batteuses - Les coupes Draper allient polyvalence et performance

Les coupes à tapis de type Draper sont annoncées capables de ramasser tous types de récolte et garantir une alimentation optimale des moissonneuses-batteuses.

Les barres de coupe Draper se distinguent par l’utilisation de trois tapis inclinés. Les deux latéraux ramènent la récolte vers le centre du tablier. Le tapis central, en une ou deux parties, est associé à un tambour à doigts escamotables et guide le flux de matière vers le convoyeur. Ces coupes, dépourvues de grosse vis d’alimentation sur toute leur largeur, se complètent d’une vis supérieure pour réguler l’alimentation des cultures les plus volumineuses, comme le colza. Elles se déclinent avec un tablier rigide ou flexible. La seconde configuration présente l’intérêt de pouvoir travailler au ras du sol pour ramasser l’intégralité de la récolte. Elle se rigidifie manuellement ou depuis la cabine, selon les marques, pour passer des protéagineux aux céréales, par exemple. Les plateformes Draper, initialement développées pour la récolte du soja en Amérique du Nord et au Canada, arrivent progressivement en France pour deux raisons : le gain de performance et le retour dans les assolements des protéagineux.

Lire aussi : La Cuma de L'Escut réalise de réelles économies avec la coupe à tapis

Meilleure alimentation du système de battage

La meilleure alimentation optimise le fonctionnement du batteur. Les plateformes traditionnelles ont tendance à amener la matière par paquets, tandis que les tapis l’acheminent plus régulièrement vers le convoyeur. Le système de battage mieux alimenté est alors capable de traiter davantage de récoltes. Lors de démonstrations durant la campagne 2018, Claas et Case IH indiquent avoir observé, dans de bonnes conditions, un gain notable de débit de chantier. Leurs moissonneuses-batteuses ont ainsi pu conserver la même vitesse d’avancement après le remplacement de la plateforme conventionnelle par un modèle Draper plus large de 1,50 m. Edouard du Marais, de MacDon, annonce des augmentations de capacité jusqu’à 25 %, dans certaines conditions. Les modèles Draper sont, à largeur identique, plus chers à l’achat et plus lourds. Par exemple, chez Claas, la coupe à tablier télescopique Vario 1080 (3 665 kg) est au prix tarif 2020 de 76 240 euros, la Convio 1080 (4 000 kg) est annoncée à 87 775 euros, alors que la Convio Flex 1080 (4 050 kg) coûte 104 180 euros. Les variantes Draper flexibles présentent cependant l’intérêt de remplacer deux coupes : la plateforme flexible et celle à tablier télescopique.

 

L’offre en coupes Draper flexibles 

Case IH : 9,15 ; 10,68 ; 12,2 et 13,72 m

Claas : 7,7 ; 9,3 ; 10,8 et 12,3 m

Geringhoff : 10,7 et 12,2 m

Honey Bee : 7,6 ; 9,1 ; 10,9 ; 12,2 ; 13,7 et 15,2 m 

John Deere : 9,15 ; 10,7 ; 12,2 et 13,7 m

MacDon : 9,1 ; 10,7 ; 12,2 et 13,7 m

New Holland : 9,15 ; 10,68 et 12,2 m

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Valtra Série G tracteur Réussir machinisme
[VIDEO] - Valtra lance la série G
La nouvelle gamme de tracteurs de la série G s'inscrit entre la série A et la série N. Petit point sur cette nouvelle offre.
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité