Aller au contenu principal

Les outils pour l’entretien mécanique des haies et leur coût d’utilisation

Les haies champêtres ou bocagères demandent de l’entretien régulier. L’utilisation d’outils adaptés au stade de développement des arbustes ou des arbres permet de préserver l’avifaune et les essences en place, tout en garantissant un aspect esthétique.

En plus de caractériser le paysage, les haies champêtres ou bocagères, selon les appellations régionales, présentent plusieurs avantages. Elles protègent du vent les cultures et les bâtiments, réduisent l’évaporation de l’eau et luttent contre l’érosion. Elles servent aussi d’abris aux animaux et participent, par la production de bois de chauffage, piquets, poteaux, copeaux, plaquettes ou pellets, à abaisser l’utilisation de l’énergie fossile, ainsi qu’à la fourniture de matériaux pour la construction. Pour la sauvegarde des oiseaux, leur entretien est interdit du 1er avril au 31 juillet, sous peine de s’exposer à une pénalité de l’ordre de 3 % sur le montant de la prime PAC pour non-respect des règles de conditionnalité.

Les jeunes haies à tailler et à recéper

La taille d’une jeune haie s’effectue dès la deuxième année suivant la plantation. La coupe des arbustes s’effectue, durant l’hiver, le plus souvent à quelques centimètres du sol, selon les essences, afin d’engendrer la pousse de rejets qui étoffent le pied. Si des plants sont destinés à devenir des arbres, il est important de les tailler par défourchage en gardant uniquement la tige principale. Selon les chambres d’agriculture de Normandie, il est recommandé, les années suivantes, d’élaguer ou d’émonder les branches situées dans le tiers inférieur en les coupant à ras du bourrelet cicatriciel. Cette opération est à renouveler tous les trois à cinq ans à partir de la cinquième année.

Scier plutôt que broyer

L’entretien mécanique permet de gagner du temps et de contenir le développement des haies. Pour cette intervention, la faucheuse débroussailleuse à bras hydraulique est la machine la plus souvent employée, car courante dans les exploitations agricoles. Polyvalente, elle permet de broyer l’herbe et les ronces sur les talus, ainsi que de déchiqueter les branches. Son utilisation doit cependant être raisonnée en fonction du développement des sujets et du type de rotor utilisé : branche d’1 centimètre maxi de diamètre avec les fléaux et jusqu’à 4 centimètres avec les marteaux. Avec ce matériel, si les arbustes sont trop gros, le bois éclate en laissant un aspect de saccage peu esthétique. De surcroît, les blessures infligées ouvrent la voie au développement de maladies. Le coût d’utilisation horaire de machines à rotor est, certes, parmi les plus faibles, mais l’opération doit être renouvelée quasi tous les ans.

Du temps gagné avec les lamiers

Pour passer moins souvent et assurer une coupe plus franche, la solution est de recourir aux lamiers munis de plateaux à couteaux ou de scies circulaires, deux types d’équipements souvent interchangeables. Ces outils présentent l’intérêt du débit de chantier, car ils sont plus larges que les têtes de broyage classiques : environ 2,10 mètres pour un modèle à quatre scies de 700 mm de diamètre, contre 1,20 mètre généralement pour les groupes de fauche des débroussailleuses. Le modèle à couteaux, plus rare, s’emploie pour la taille annuelle, car il n’accepte pas les branches de gros diamètre, au risque de les éclater. Il autorise une vitesse de travail maximale de 3 km/h, mais présente l’inconvénient de projeter le bois coupé. Le lamier à scies est recommandé pour les branches de 4 à 20 cm de diamètre. Il s’utilise entre 1 et 3 km/h selon le développement des sujets. Avec cet outil, il est recommandé d’équiper le tracteur de protections au niveau de la cabine, afin d’éviter la casse lors des chutes de grosses branches. Moins commun, le sécateur assure une coupe franche et sans projection de branches mesurant jusqu’à 10 cm de diamètre. Il présente une largeur de travail satisfaisante, par exemple 2,25 mètres chez Kirogn, mais est limité en vitesse d’avancement : 0,5 à 1 km/h. Sa qualité de travail est idéale pour l’entretien des haies à intérêt paysager. L’utilisation du sécateur et du lamier impose d’intervenir ensuite pour retirer le bois coupé ou le broyer. Les petits brins de taille sont notamment valorisables comme bois raméal fragmenté (BRF), qui constitue alors un amendement et un engrais pour les sols agricoles.

La solution économique de la coupe à blanc

Sur les haies développées, la coupe à blanc permet de récolter le bois pour le valoriser pour le chauffage et de régénérer la haie. Elle constitue une solution économique en s’opérant tous les 10 à 30 ans, selon les essences et les régions, et en permettant de récolter de 5 à 20 stères par longueur de 100 mètres de haies. En revanche, cette intervention réalisée à la tronçonneuse s’avère chronophage et assez dangereuse. Pour sécuriser les chantiers et gagner du temps, des prestataires proposent d’intervenir avec des grappins coupeurs montés sur des pelleteuses. Ces équipements simplifient la tâche, notamment lorsque le ramassage est réalisé avec un broyeur muni d’une grue. En cas de reprise à la main, la bonne organisation des chantiers est cruciale, car l’opération peut vite s’avérer pénible en raison de l’enchevêtrement des branches.

 
outils entretien mécanique des haies tableau comparatif Réussir Machinisme

Regarnir pour chasser les ronces

Pratique reconnue pour les prairies, le regarnissage est un procédé aussi valable pour les haies. Il consiste à combler les trous formés par la disparition d’arbustes, afin d’éviter le développement des ronces et autres plantes indésirables. Pour cette opération, il est possible de bouturer certaines espèces comme le saule et le noisetier (ou coudrier). En cas d’utilisation de nouveaux sujets, il est important de sélectionner des plants suffisamment développés, afin d’éviter leur cannibalisation par la végétation en place. Cette opération peut s’accompagner d’une protection du sol par paillage, ainsi que par la pose de filets brise-vent et repoussant les chevreuils.

 

Les plus lus

Claas Xerion 5000 Trac VC sur le circuit allemand de Nürburgring
[Vidéo] - Un Claas Xerion 5000 flashé sur le mythique circuit de Nürburgring
Le magazine allemand auto motor und sport a testé un Claas Xerion 5000 Trac VC sur le mythique circuit allemand de Nürburgring.
Kuhn Aura Réussir machinisme FB
[VIDÉO] Kuhn - Une mélangeuse automotrice autonome
Avec son automoteur Aura, Kuhn automatise l’ensemble des étapes de l’alimentation, du désilage à la distribution, tout en…
Claas bec ensileuse Orbis 900 Réussir Machinisme DP
[VIDEO] - Claas - Le bec d'ensileuse Orbis 900 se replie en cinq parties
Claas renouvelle son bec d'ensileuse Orbis 900 qui se replie désormais à 3 m de large. 
sima_annule_FB.jpg
[Covid-19] - Le Sima 2021 malheureusement annulé
Le Sima est malheureusement victime à son tour de la crise sanitaire liée à la Covid-19. La prochaine édition, qui était…
JOHN_DEERE_6120M_FB
[ESSAI/VIDEO] - John Deere 6120M Premium - « Un milieu de gamme richement doté »
Éleveur à Saint-Germain-de-Montgommery, dans le Calvados, Sébastien Gautard a essayé durant une semaine le tracteur John Deere…
Vincent Reucheron délègue à l'ETA, depuis 26 ans, le transport de l'ensilage du maïs et le tassage du silo.
« Je délègue le transport et le tassage de l’ensilage à l’ETA pour limiter mes charges de mécanisation »
Chez Vincent Reucheron, le parc matériel est réduit au minimum. L’éleveur laitier préfère faire appel à l’ETA pour l’ensilage…
Publicité