Aller au contenu principal

Gaec de Rangy - « Une fertilisation de grande précision avec l’épandeur à rampe »

Les associés du Gaec de Rangy viennent de remplacer leur épandeur d’engrais centrifuge par un modèle pneumatique à rampe, afin de gagner en qualité de répartition et progresser encore dans le respect de l’environnement.

Convaincus par les performances de l’épandeur pneumatique à rampe Kuhn AGT 6036, les quatre associés du Gaec de Rangy auront quand même attendu dix ans avant d’investir, en 2020, dans cet appareil, le temps d’user un distributeur centrifuge traîné de 6,5 tonnes de capacité. Ces exploitants céréaliers, installés à Germigny-l’Exempt, à 50 kilomètres au sud-est de Bourges dans le Cher, cultivent des parcelles limitrophes d’habitations et comptent une partie de leur SAU en coteaux, où des chenillards sont utilisés pour effectuer les travaux du sol. Ils apprécient, avec leur machine Kuhn, de ne plus envoyer de granulés d’engrais sur les terrains des particuliers, sur la route ou encore dans les cultures de leurs voisins. « La rampe permet en plus, de fertiliser en bordure avec la même précision qu’en plein champ. Nous espérons d’ailleurs pouvoir l’utiliser pour apporter de la chaux magnésienne compactée dans les bords des parcelles, là où nos sols sont souvent plus acides », précisent-ils. Avec leur précédent appareil, les agriculteurs rencontraient des problèmes de qualité de répartition transversale dans les terres au relief vallonné. « Dans les pentes, les disques projettent l’engrais trop loin d’un côté et trop près de l’autre. Avec le Kuhn équipé de diffuseurs espacés de 1,20 mètre, l’application est parfaite. »

L’épandage insensible au vent

Le suivi du terrain de la rampe de 36 mètres d’envergure est garanti par le système de gestion automatique de la hauteur, fonctionnant à l’aide de deux capteurs à ultrasons, conjugué aux dispositifs de correction de dévers et de géométrie variable. « Les réactions de la rampe sont plus lentes que celles d’un pulvérisateur, mais nous roulons aussi moins vite : entre 10 et 12 km/h. » L’épandeur pneumatique présente l’intérêt d’élargir les fenêtres d’utilisation en autorisant les apports les jours venteux. « Nous ne sommes désormais plus bloqués par les vents fréquents au printemps. » Certes, la hauteur de travail de plus de deux mètres s’avère supérieure à celle d’un centrifuge, mais cette valeur n’influe pas sur la qualité de dépose de l’engrais, selon les agriculteurs. En revanche, par temps de pluie, l’appareil ne sort pas. Sous l’effet de l’humidité, l’engrais devenant collant pourrait encrasser, voire boucher les tuyaux de transport, d’autant plus qu’ils intègrent des diviseurs répartissant le flux d’engrais vers chaque diffuseur. Au Gaec de Rangy, le Kuhn AGT 6036 est bien valorisé. Arrivé au printemps, il a déjà fertilisé 2 000 hectares en développé. « Nous l’utilisons également pour les apports d’antilimace à une dose de quatre kilos par hectare. Ainsi, nous chargeons une tonne de produit dans la cuve et partons pour 250 hectares, avec en plus l’atout de rouler dans les mêmes traces que celles pour la fertilisation et la pulvérisation. » Les exploitants ne s’interdisent pas non plus d’effectuer, avec cet outil, des semis de blé à la volée les automnes trop humides.

Très exigeant en termes de nettoyage

Le Kuhn AGT 6036 est un appareil imposant, dont le centre de gravité est assez haut. « Sa conduite demande un chauffeur vigilant, car dans nos coteaux le risque de renversement est important. » Il est ainsi tracté par un John Deere 8370R, afin de constituer un ensemble sûr dans les pentes. Son animation requiert un débit hydraulique minimal de 60 l/min à 180 bars. Si les deux turbines assurant le transport pneumatique sont entraînées par la prise de force, les six doseurs et le système de verrouillage des rampes demandent un flux permanent d’huile. Toute baisse de débit peut avoir une incidence sur la qualité de travail. L’épandeur se révèle très gourmand en termes de temps de nettoyage. « Nous le lavons dans les moindres recoins à chaque fin de période d’épandage, en apportant une attention toute particulière au mécanisme de dosage à cylindres interchangeables. Toute agglomération d’engrais à cet endroit peut engendrer des défauts de débit, mais aussi favoriser la corrosion, cause d’une usure prématurée. L’opération demande une bonne demi-journée pour bien passer partout, alors qu’un épandeur centrifuge se nettoie et se remise en moins d’une heure. » Outre l’exigence en termes d’entretien, les exploitants regrettent le prix élevé (supérieur à 150 000 euros) de ce distributeur pneumatique, sa capacité limitée à 6 300 litres et sa hauteur de remplissage de 3,15 mètres.

Compatible avec la modulation intraparcellaire

 

 

L’épandeur pneumatique à rampe Kuhn AGT 6036 dispose d’une cuve de 6 300 litres alimentant une rampe de 36 mètres divisée en six tronçons et pourvue de diffuseurs répartis tous les 1,20 mètre. Il autorise le travail en 24 mètres en gardant les segments extérieurs repliés. Chaque section est alimentée par un cylindre doseur entraîné par son propre moteur hydraulique. Ce montage permet, grâce au pilotage Isobus, de moduler la dose par tronçons, soit manuellement, soit par GPS à partir d’une carte de préconisation.

Les plus lus

Cannabis roues tracteur Réussir Machinisme
176 kg de cannabis cachés dans les roues d'un tracteur
Trois trafiquants ont été interpelés à Brive-la-Gaillarde : ils dissimulaient 176 kg de cannabis dans des roues de tracteur. 
Circulation routière Réussir machinisme
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
La vérification générale périodique est à réaliser tous les six mois sur les chargeurs télescopiques et les valets de ferme. © D. Laisney
Contrôle technique du chargeur frontal ou du télescopique : une opération à réaliser soi-même
La vérification générale périodique (VGP) des chargeurs frontaux, télescopiques et valets de ferme est obligatoire dans les…
Les joysticks multifonctions offrent une ergonomie de plus en plus élaborée au fil des générations de tracteurs. Celui des T8 Genesis de New Holland offre une meilleure identification des boutons par le toucher.
Tracteurs - Les qualités d'un joystick ergonomique
Proposé de série ou en option, le joystick multifonction est devenu un équipement de confort incontournable sur les tracteurs. Si…
Philippe Stival utilise un tracteur de 200 chevaux pour travailler le sol entre 35 et 40 centimètres de profondeur avec sa bêche rotative de trois mètres de large. © P. Stival
« J’utilise une rotobêche pour lutter contre le taupin »
Chez Philippe Stival, céréalier et producteur de pommes de terre à Miribel dans l’Ain, la bêche rotative est un outil déterminant…
Joconde Agrifac Réussir MAchinisme
Agrifac - Une reproduction de la Joconde de près de 3 hectares avec un pulvérisateur
Pour montrer son savoir-faire en termes de technologie de pulvérisation, Agrifac s'est amusé à peindre la Joconde sur une…
Publicité