Aller au contenu principal

[ESSAI] New Holland T8.380 AutoCommand « Un tracteur pas loin du sans-faute »

Kevin Le Vouedec, chef de cultures de L’EARL Choubard à Lainsecq dans l’Yonne, détaille ses impressions après une semaine aux commandes du New Holland T8.380 Genesis de 347 chevaux.

Se différenciant par l’adoption du suffixe Genesis, la derrière génération de tracteurs T8 se décline en quatre modèles offrant une puissance maxi de 315 à 435 ch (351 à 435 ch avec le boost). Leur 6 cylindres FPT Cursor 9 répond à la norme Stage V sans utiliser d’EGR, avec un système de post-traitement associant un DOC et un catalyseur SCR, qui agit également sur la filtration des particules, permettant de faire l’impasse sur un FAP spécifique. Les T8 Genesis sont proposés avec une transmission full-powershift Ultra Command ou, comme sur le modèle essayé, avec la CVT AutoCommand. Les deux plus gros modèles sont également déclinés en version SmartTrax avec un train de chenilles sur le pont arrière. Le circuit hydraulique est alimenté en standard par une pompe de 157 l/min, un débit porté en option à 214 l/min, voire 271 l/min avec une pompe tandem.

 

 
Essai du New Holland T8.380 Genesis par Kevin Le Vouedec, chef de cultures de L’EARL Choubard © M. Portier

 

L’aménagement intérieur de la cabine est entièrement revu, inaugurant notamment un nouvel accoudoir multifonction à l’ergonomie repensée, doté d’un terminal tactile 12 pouces compatible Isobus Classe III. Le tableau de bord se digitalise également avec un écran de 10 pouces. La nouvelle architecture électronique du T8 Genesis permet d’intégrer de nombreuses fonctionnalités liées à la télématique MyPLM Connect, comme l’Intelliview Connect autorisant la visualisation à distance de l’écran du terminal ou le service d’assistance New Holland Remote Assistance.

Les conditions du test

L’essai du T8.380 Genesis s’est déroulé début septembre, en utilisant trois outils de travail du sol : un déchaumeur à disques indépendants semi-porté de 8 m, un décompacteur porté de 5 m et un rouleau à barre niveleuse de 8,20 m. Le tracteur a également fait du transport avec une remorque 21 t à deux essieux.

Les plus

+ Capacité de traction

+ Ergonomie des commandes

+ Confort des suspensions

+ Gestion moteur/transmission

Les moins

- Transmission bruyante

- Terminal long à démarrer

- Longueur des bras de relevage

Au travail « Une puissance qui passe bien au sol »

 

 
Essai du New Holland T8.380 Genesis avec le rouleau à barre niveleuse © F. Mabilat

 

Avec le rouleau à barre niveleuse qui est gourmand en puissance, le tracteur évolue entre 8 et 12 km/h avec une remarquable efficacité. L’électronique coordonne parfaitement la transmission et le moteur, qui régule à 1 600 tr/m et dépasse très rarement les 1 700 tr/min. Je suis impressionné par la capacité de traction du T8, qui profite d’un très long empattement. Avec seulement 800 kg de masse sur le relevage avant et 900 kg dans les roues, l’équilibre est parfait et le patinage très réduit. Ce gabarit n’impacte pas la maniabilité, grâce à un bon angle de braquage des roues obtenu avec un châssis très échancré et un relevage avant bien intégré. Surprenant au début, le système réduisant le nombre de tours de volant facilite également les demi-tours.

 

 
Essai du New Holland T8.380 Genesis avec le déchaumeur à disques indépendants © K. Le Vouedec

 

Le déchaumeur à disques indépendants travaillant à 10 cm de profondeur demande moins d’effort. Ainsi, à 12 km/h, le moteur régule à 1 400 tr/min pour une consommation fluctuant entre 35 et 45 l/h, suivant les parcelles. J’ai observé les mêmes valeurs avec le décompacteur. C’est une consommation équivalente au tracteur de même puissance que l’on utilise sur la ferme. En revanche, il faut ajouter la consommation d’AdBlue qui m’a paru significative. Le réservoir de 100 l semble d’ailleurs confirmer mes impressions.

 

 
Essai du New Holland T8.380 Genesis avec le décompacteur © M. Portier

 

L’attelage du décompacteur n’est pas facilité par les bras de relevage qui sont trop courts pour dégager suffisamment d’espace entre les roues et l’outil. À 5 km/h, le comportement du tracteur est toujours aussi bon avec cet appareil porté planté à 30 cm. Autres regrets concernant l’attelage arrière, il manque des manettes de décompression sur les distributeurs et une commande pour un distributeur sur les ailes. Je trouve également que les composants du système de freinage pneumatique pourraient être mieux intégrés : l’eau graisseuse issue du bol décanteur est source de salissures.

 

 
Essai du New Holland T8.380 Genesis sur la route © M. Portier

 

Sur route avec la remorque, le confort de conduite est appréciable. Le long empattement rend le tracteur très stable, tandis que le pont avant suspendu et la suspension de cabine réglables m’ont paru efficaces. Idem pour la gestion de la transmission qui vise toujours le plus bas régime moteur. L’effet de frein moteur géré avec le joystick multifonction est vraiment perceptible, en agissant à la fois sur le rapport de transmission et le ralentisseur à l’échappement. À vide, on ne touche plus aux freins ! Le seul gros reproche, encore plus marqué sur la route, est le niveau sonore trop élevé en cabine. Le bruit émis par la transmission est fatigant (NDLR : Le constructeur indique avoir mis en place depuis janvier une série de modifications en usine pour limiter ce phénomène. Les tracteurs déjà livrés peuvent également en bénéficier). Petit détail très appréciable pour la sécurité routière de nuit, les pare-chocs escamotables intégrés à la masse frontale sont dotés de bandes réfléchissantes et de feux de gabarit très visibles.

En cabine « Un habitacle moderne et bien fini »

 

 
Le New Holland T8.380 Genesis dispose d'une cabine spacieuse © M. Portier

 

La cabine à quatre montants est spacieuse. Il manque juste une poignée à droite pour y accéder plus facilement à la montée du marchepied. La visibilité sur les bras du relevage avant n’est pas facilitée par le large capot, qui est toutefois plongeant. Elle est améliorée par la caméra en bout de capot, une seconde caméra à l’arrière de la cabine offrant une vue directe sur l’attelage arrière. Mais je trouve que l’on a du mal à estimer les distances, par rapport à une vision directe. New Holland a mis les moyens pour donner un aspect plus qualitatif aux matériaux et à la finition globale. J’apprécie les nombreux espaces de rangement ouverts et fermés disséminés tout autour du chauffeur. L’encombrante glacière optionnelle, qui ne loge même pas une bouteille de 1,5 l, me paraît superflue. Il suffirait qu’un des coffres soit refroidi par la clim. Profitant de nombreuses bouches d’aération, notamment au niveau des vitres, cette dernière, pilotée depuis l’accoudoir et le terminal, est d’une efficacité redoutable. On dispose de nombreuses prises électriques et USB intégrées au pavillon, à proximité du rail de support des boîtiers. Un des rangements dispose même d’une prise 220 V.

 

 
Le New Holland T8.380 Genesis adopte un nouvel accoudoir © M. Portier

 

L’accoudoir est très bien conçu, aussi bien sur le plan de l’ergonomie, que de l’identification des commandes. Sa position est facilement ajustable dans tous les sens. Dommage qu’il subsiste quelques commandes (rétroviseurs, activation du guidage, verrouillage de l’hydraulique) au niveau du pavillon. Le levier multifonction est très agréable à manipuler. Les fonctions de la transmission identifiées en orange sont complètes : la sélection des trois plages de vitesses et la molette pour ajuster la vitesse cible sont notamment très pratiques. Un bouton personnalisable s’intègre en plus des commandes de relevage, de deux distributeurs, du guidage et des séquences de fourrière. Sur l’accoudoir, j’ai apprécié l’ergonomie de la commande des deux relevages, à la façon d’une souris d’ordinateur. Le joystick hydraulique est particulièrement complet avec les commandes d’inverseur et de vitesse. On dispose aussi de huit boutons personnalisables et d’une rangée de fingertips dotés d’une led dont la couleur change en fonction de leur affectation vers un distributeur. Outre les commandes de clim et de radio, on dispose de deux boutons de raccourci pour deux modes d’éclairage paramétrés dans le terminal.

 

 
Le New Holland T8.380 Genesis accueille un terminal de 12 pouces très moderne © M. Portier

 

Le terminal tactile de 12 pouces est très réactif : il offre une navigation intuitive à la façon d’une tablette tactile. Je me suis rapidement familiarisé avec les différents menus de réglages. Cet écran moderne souffre pourtant d’un défaut : il est très long à s’activer au démarrage du tracteur (NDLR : le constructeur indique que ce délai sera raccourci avec une nouvelle version de logiciel). L’affichage est configurable à volonté, avec des informations bien réparties sur la surface de l’écran. J’ai pu observer que l’enregistrement des séquences de fourrières est facile, à l’arrêt ou en faisant la manœuvre. En revanche, il faut les réactiver à chaque fois que l’on descend du tracteur. C’est aussi très pratique de pouvoir ajuster précisément les réglages de la clim, de l’autoradio ou encore de l’éclairage. Je note au passage le grand nombre de projecteurs à leds, garant d’un confort de conduite nocturne. La représentation graphique des vues du GPS est digne d’un jeu vidéo, à l’image de la précision du signal RTK mobile.

 

 
Le New Holland T8.380 Genesis est doté d'un tableau de bord digital © M. Portier

 

L’écran du tableau de bord offre une qualité d’affichage remarquable, quelles que soient les conditions de luminosité. Il permet un accès direct aux informations essentielles et affiche la vue des caméras, celle de l’arrière s’activant automatiquement quand on enclenche la marche arrière.

Entretien « Beaucoup d’espace autour du moteur »

 

 
Le New Holland T8.380 Genesis est facile à entretenir © M. Portier

 

L’accès aux points d’entretien autour du moteur est très aisé, grâce à la position très avancée du pont avant. On atteint tous les filtres et les niveaux d’huile sans lever le capot, y compris le filtre à air disposé à l’avant gauche de la cabine. Du même côté, sous la cabine, se situe le filtre d’habitacle. À droite, la taille du catalyseur SCR impressionne, mais il est disposé de façon à ne pas entraver la visibilité. Du même côté, le marchepied intégré au réservoir permet de nettoyer facilement la vitre de droite, contrairement à la petite marche positionnée à l’avant du pare-brise, sur laquelle il est difficile de monter. On ouvre finalement le long capot moteur que pour souffler les radiateurs qui pivotent. Le déverrouillage du capot ne se fait pas avec la clef de contact, qui sert uniquement au démarrage du tracteur, une télécommande gérant l’ouverture et la fermeture des portes à distance.

 

 

Fiche technique

New Holland T8.380

Moteur

Puissance maxi (ECE R120) sans/avec boost : 347/381 ch à 1 800 tr/min

Couple maxi sans/avec boost : 1 531 Nm à 1 300 tr/min/1 708 Nm à 1400 tr/min

Cylindrée : 8 700 cm3

Norme et système de dépollution : stage V via DOC & SCR

Capacité d’huile du moteur : 25 l

Intervalle d’entretien : 600 h

Transmission

Type : variation continue AutoCommand

Régime moteur à 40 km/h : 1 400 tr/min

Régimes de prise de force et régimes moteur correspondant : 540 et 1000 à 1 804 tr/min

Circuit hydraulique

Type : centre fermé load sensing, avec pompe à débit variable

Débit et pression : 214 l/min à 210 bars, en option double pompe 271 l/min

Volume d’huile hydraulique exportable : 63 l

Nombre de distributeurs de série : 6 (4 arrière et 2 latéraux)

Relevage

Capacité aux rotules sur toute la course (arrière/avant) : 10 022/5 200 kg

Dimensions

Capacité du réservoir de GNR/AdBlue : 609/99 l

Hauteur hors tout : 3,44 m

Empattement : 3,50 m

Rayon de braquage : 7 m

Poids à vide : 11 420 kg (13 300 kg avec les masses lors de l’essai)

PTAC : 18 t

Monte pneumatique du modèle essayé : VF620/75R30 et VF710/75R42

Budget

Prix catalogue du modèle essayé au 1er mars 2021 : 322 553 euros HT

Les plus lus

Ensileuse Rostselmash RSM F 2650 chez Michel Bellamy
Une ensileuse Rostselmash en test pour les 40 ans de la concession Michel Bellamy
L’ensileuse RSM F 2650 de l’industriel russe Rostselmash vient, ce 15 avril 2021, de débarquer en Normandie à la concession…
Tonnes à lisier buses interdites Réussir Machinisme
Les buses d’épandage bientôt interdites ?
Le plan d’action ministériel adopté en janvier 2021 vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques issues des…
Les nouveaux Valtra N5 et T5 sont dès à présent disponibles, car la production a déjà débuté dans l'usine finlandaise du groupe Agco. © Valtra
Valtra – Le tableau de bord disparaît sur les tracteurs N5 et T5
La sortie des tracteurs Valtra N5 et T5 coïncide avec la célébration des 70 ans de la marque finlandaise, qui appartient depuis…
Benne à fond mouvant la Campagne de la SARL Setar Bibollet - Caisse et fond mouvant Socari
La Campagne – Une benne à fond mouvant de 64 mètres cubes à déchargement rapide
Le constructeur français La Campagne annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de bennes à fond mouvant conciliant grande…
Robot Collect’Bouz de la start-up normande Bouz’Eco
Collect’Bouz spécial pâturage – Les bouses collectées au cul des vaches pour alimenter le méthaniseur
Après l’urinoir CowToilet de la société néerlandaise Hanskamp primé d’une médaille d’or au salon Eurotier 2020, la start-…
Faucheuse frontale Kuhn sur tracteur New Holland TM140 et remorque autochargeuse Strautmann
« J’ai réduit mon coût alimentaire à 68 euros les 1000 litres de lait avec l’affouragement en vert »
Gaëtan Le Meur, éleveur de montbéliardes à Plussulien, dans les Côtes-d’Armor, a remplacé sa remorque faucheuse autochargeuse par…
Publicité