Aller au contenu principal

[ESSAI] - Deutz-Fahr 8280 TTV – "Un tracteur qui réagit vite et passe bien la puissance"

Mathieu Ondet, céréalier à Manthelan en Indre-et-Loire, qui connaît déjà l’environnement de conduite Deutz-Fahr pour avoir testé le 9340 TTV, donne son ressenti après une quinzaine d’heures au volant du 8280 TTV.

Le 8280 TTV, unique tracteur de la série 8 de Deutz-Fahr, loge un moteur Deutz 6 cylindres 6,1 l Stage V développant 287 ch. Il bénéficie de deux turbos, qui procurent de longues plages de puissance et de couple constants. Le 8280 TTV, dévoilé en septembre 2020, a inauguré la transmission à variation continue Compound T7780, développée par le groupe SDF et fabriquée dans l’usine allemande de Lauingen. Cette TTV à deux gammes à passage automatique s’accompagne d’un pont arrière également conçu en interne. Elle équipe désormais les tracteurs des séries 7 et 6 TTV, en versions redimensionnées.

Le série 8 affiche de bonnes capacités de charge avec un PTAC de 16 tonnes, une force de relevage de 11 100 kg à l’arrière et de 5 450 kg à l’avant. Équipé du terminal Isobus iMonitor de 12 pouces, ce tracteur profite de quasiment toutes les fonctionnalités Isobus. Seul le TIM permettant à la machine de piloter le tracteur est en option, mais Deutz-Fahr offre 50 heures que l’utilisateur active à sa guise. Autre option, la fonction Xtend permet de visualiser les paramètres d’un outil Isobus et d’en prendre la main en dehors de la cabine pour, par exemple, lancer l’étalonnage de la distribution d’un semoir. Le 8280 TTV accède aussi à la solution de télématique SDF Fleet Management, un service gratuit la première année.

Les conditions du test

L’essai du 8280 TTV s’est déroulé fin juillet après une période de moisson plutôt humide. La pluie s’est aussi invitée durant le test et n’a permis à Mathieu Ondet que de déchaumer 36 ha avec l’outil de scalpage Koralin de Lemken de 8,40 m de large. Le tracteur a aussi parcouru une soixantaine de kilomètres sur la route pour travailler sur le second site d’exploitation.

 

 
Les pneus arrière du Deutz-Fahr 8280 TTV étaient gonflés à 1 bar pour le déchaumage (0,9 bar à l'avant). © D. Laisney

 

Les plus

+ Rapport poids/puissance

+ Comportement moteur/transmission

+ Programmation des séquences

+ Éclairage

Les moins

- Espace en cabine

- Temps d’allumage du iMonitor

- Rayon de braquage

- Certains réglages non mémorisables

Au travail « Une combinaison moteur - transmission aboutie »

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV développe 287 chevaux. © D. Laisney

 

Pour tirer le déchaumeur scalpeur Lemken de 8,40 m, les pneus avant sont gonflés à 0,9 bar et les arrière à 1 bar. L’empattement de 2,92 m favorise la traction, mais en contrepartie il pénalise le rayon de braquage (6,20 m), qui n’est cependant pas limitant vu la largeur de l’outil. Il semble toutefois possible de gagner un peu en maniabilité en réglant les butées du pont avant. Le rapport poids puissance est celui que j’attends pour ce type de tracteur : 36 kg/ch pour le 8280 TTV essayé, pesé à 10 500 kg avec les pleins faits, avec un rapport arrière/avant proche de 60/40. En fonction des conditions de sol, j’ai ajusté le lestage en ajoutant parfois un contrepoids de 900 kg à l’avant pour tirer le déchaumeur scalpeur. L’idéal aurait été de mettre des masses dans les roues arrière.

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV est équipé de pneus arrière de 2,05 m de diamètre. © D. Laisney

 

Le 8280 TTV bénéficie d’un régulateur pour gérer l’avancement. La vitesse cible s’ajuste en jouant sur le joystick ou à l’aide d’une molette fixée à l’arrière de ce levier. Le reste du temps il se conduit à la pédale d’accélérateur. Ce tracteur est très réactif et je le trouve d’ailleurs parfait en termes de gestion moteur – transmission. Je reconnais aussi que, sur le plan de la traction, il est à la hauteur des modèles concurrents de même catégorie. Utilisé entre 80 et 97 % de charge moteur, le Deutz-Fahr avance, sur chaumes de colza, à 11 km/h pour une vitesse cible de 12 km/h, au régime de 1 900-2 000 tr/min. Mes calculs révèlent un taux de patinage moyen de 10 %, ce que je considère très bien avec un outil n’exerçant aucun report de charge sur le tracteur. La consommation moyenne oscille entre 9 et 10 l/ha, une valeur correcte vu le travail réalisé.

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV circule au régime de 1 220 tr/min à 40 km/h. © M. Portier

 

Sur la route, le 8280 TTV est très confortable, grâce à ses gros pneus peu gonflés, à ses suspensions de cabine et de pont avant efficaces, ainsi qu’à son siège haut de gamme. Il n’y a pas de bruit parasite et la transmission est discrète. Seul le changement automatique de gamme s’entend. Je trouve ce tracteur sécurisant avec son freinage intégral utilisant notamment à l’avant un gros disque à sec au niveau de chaque roue. Sa transmission fait aussi preuve d’une bonne réactivité au transport et permet de circuler à 40 km/h au régime moteur de 1 220 tr/min. Le boost à l’accélération est pratique pour quitter rapidement un stop ou sortir d’une parcelle. Pour profiter de cette fonction, il suffit uniquement de rester appuyer sur la flèche orange de marche avant de l’inverseur située sur le joystick. Le tracteur dispose également d’un frein moteur puissant en appuyant, à l’inverse, sur la flèche orange de marche arrière. Techniquement, ce dispositif change le rapport de transmission, comme lorsque l’on rétrograde avec une boîte mécanique.

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV affiche une capacité de relevage de 11 100 kg à l’arrière. © D. Laisney

 

Le Deutz-Fahr est pourvu sur chaque aile de boutons pour actionner le relevage, un distributeur (indispensable en cas troisième point hydraulique) et gérer la prise de force. Il dispose des circuits de freinage à double ligne hydraulique et pneumatique, d’une alimentation Power Beyond et reçoit jusqu’à sept distributeurs hydrauliques. Les petits supports pour ranger les boules d’attelage sont bien pensés.

En cabine – « Du confort mais l’habitabilité fait défaut »

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV partage sa cabine avec les séries 6, 7 et 9. © D. Laisney

 

La cabine à six montants, commune à celle des tracteurs des séries 6, 7 et 9, n’est à mon goût pas assez grande pour un tracteur de cette catégorie. Pourvu d’une suspension pneumatique s’adaptant automatiquement à la charge, elle est très confortable, bien insonorisée et a le mérite de proposer le même environnement de conduite sur les Deutz-Fahr de 150 à 340 ch. À bord, le siège haut de gamme en cuir est chauffant et ventilé. Il pivote, mais lorsqu’il arrive en butée à droite, le terminal de l’accoudoir tape dans la vitre latérale. Point positif, siège tourné à fond, les pédales restent bien accessibles. Les rangements sont assez nombreux et une glacière sous le siège passager admet une bouteille de 1,5 l. Une double barre métallique est prévue à droite, sous le pavillon, pour fixer les terminaux des outils ou une tablette tactile. Les feux de travail à leds (jusqu’à 23 en option) sont tops, avec, pour ma part, une efficacité jamais observée jusque-là.

 

 
Les potentiomètres verts à l'arrière de l'accoudoir multifonction du Deutz-Fahr 8280 TTV s'utilisent pour régler les paramètres du relevage. © D. Laisney

 

Le joystick intégré à l’accoudoir pilote les relevages avant et arrière, l’inverseur et deux distributeurs hydrauliques, ainsi que l’allure. Il loge deux boutons orange permettant de mémoriser et de rappeler deux vitesses cibles, ainsi que le seul bouton actionnant le lancement des automatismes de bout de champ (gestion début et fin de ligne). Je préférerais disposer de deux boutons distincts pour engager et arrêter les séquences. Au déchaumage, j’ai constaté qu’en piquant manuellement l’outil en fourrière, il n’est pas possible de profiter de la séquence de sortie pour le relever. Je regrette par ailleurs que certaines fonctions de base ne soient pas mémorisables, comme la réactivité de la transmission (ACC), ainsi que la vitesse de descente, la butée haute et le contrôle d’effort du relevage. Ces paramètres se règlent encore à l’aide de potentiomètres situés en partie arrière de l’accoudoir.

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV reçoit en option le terminal iMonitor de 12 pouces. © D. Laisney

 

Optionnel, le terminal Isobus iMonitor de 12 pouces est intuitif et convivial, notamment pour la programmation des séquences de bout de champ, mais il met du temps à s’allumer (jusqu’à 45 s d’attente). Cet écran tactile affiche les données du tracteur et notamment la charge du moteur, une donnée importante pour bien valoriser toute la puissance. En revanche, il n’affiche pas le taux de patinage (option). L’iMonitor reçoit à son embase un clavier avec une molette de navigation et des touches (F1, F2 et F3) de raccourcis personnalisables (accès direct à la page de réglage des distributeurs, engager la prise de ligne de l’autoguidage, actionner une fonction Isobus…). Certains paramètres s’affichent aussi sur le moniteur InfoCenterPro logé au milieu du tableau de bord. Cet écran couleur de 5 pouces intègre les fonctions du téléphone Bluetooth et sa molette noire de navigation, placée au milieu de l’accoudoir, permet de répondre à un appel et de raccrocher.

Entretien – Filtre à air et radiateurs bien accessibles

 

 
Le Deutz-Fahr 8280 TTV loge un moteur Deutz 6 cylindres 6,1 l Stage V. © D. Laisney

 

Bien pensées, les poignées intégrées dans la calandre facilitent l’ouverture du capot. Celui-ci, relevé, dégage bien l’accès au filtre à air de type Powercore placé devant le bloc de refroidissement. Des vérins oléopneumatiques assistent le déploiement des radiateurs, afin de faciliter leur nettoyage. Le filtre à huile, situé à droite, est caché par un carter boulonné. La jauge à huile, positionnée à gauche, s’atteint plus facilement lorsque les roues sont braquées à droite. Les deux vases d’expansion pour le liquide de refroidissement sont perchés au-dessus du moteur et le constructeur a prévu, pour leur contrôle, des marchepieds sur le pont avant. Les filtres d’habitacle, intégrés aux montants latéraux de la cabine, demandent des talents d’équilibriste et ne sont pas aisés à entretenir (2 vis papillons et 2 vis Torx par côté). Logée à droite, la batterie se dépose après avoir retiré la petite échelle et enlever 6 vis. Bien vu, la prise d’air à gauche au niveau du marchepied permet de raccorder une soufflette.

 

 
L'empattement du Deutz-Fahr 8280 TTV est de 2,92 mètres. © D. Laisney

 

Fiche technique Deutz-Fahr 8280 TTV

MOTEUR

Puissance au régime nominal (ECER120) : 268 ch à 2 100 tr/min

Puissance maxi (ECER120) : 287 ch à 1 900 tr/min

Couple maxi : 1 226 Nm à 1 500 tr/min

Cylindrée : 6 058 cm3

Norme et système de dépollution : stage V avec vanne EGR, FAP (passif), DOC et SCR

Capacité d’huile du moteur : 17 l

Intervalle d’entretien : 1 000 h ou 1 an

TRANSMISSION

Type : variation continue à deux gammes à passage automatique

Régime moteur à 40/50/60 km/h : 1 220/1 525/1 830 tr/min

Régimes de prise de force et régimes moteur correspondant : 540E, 1000 et 1000E à 1 500, 1 850 et 1 500 tr/min

CIRCUIT HYDRAULIQUE

Type : centre fermé load sensing, avec pompe à débit variable

Débit et pression : 210 l/min à 200 bars

Volume d’huile hydraulique exportable : 90 l

Nombre de distributeurs : 4 + relevage avant indépendant (7 en option + relevage avant)

RELEVAGE

Capacité maxi aux rotules (arrière/avant) : 11 100/5 450 kg

DIMENSIONS

Capacité du réservoir de GNR/AdBlue : 505/35 l

Hauteur hors tout : 3,30 m

Empattement : 2,92 m

Rayon de braquage : 6,30 m

Poids mesuré : 10 500 kg

PTAC (60 km/h) : 16 t

Monte pneumatique du modèle essayé : 710/70 R42 et 600/70 R30

BUDGET

Prix catalogue du modèle essayé au 1er janvier 2022 (avec options) : 294 000 euros HT

Les plus lus

Le moteur 4 cylindres 4 litres JD4 de John Deere Power Systems, développé en collaboration avec Deutz, est beaucoup plus compact que l'habituel bloc 4,5 litres de la marque.
John Deere – Le nouveau moteur 4 cylindres 4 litres né d’un partenariat avec Deutz
Le motoriste John Deere Power Systems complète sa gamme de blocs 4 cylindres avec le modèle JD4 de 4 litres de cylindrée, offrant…
Cultivant des terres très superficielles sur roche calcaire, les adhérents engagés sur la charrue déchaumeuse labourent entre 7 et 8 cm de profondeur.
La charrue déchaumeuse en Cuma limite les coûts
Cinq adhérents de la Cuma de la Sueurre en Haute-Marne se partagent une charrue déchaumeuse de dix corps. Ils apprécient cette…
Classement officiel 2021 des ventes de tracteurs agricoles : John Deere immatricule toujours un tracteur sur cinq
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2021 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Pas de changement sur les trois premières marches du podium concernant les immatriculations de chargeurs télescopiques en 2021.
Immatriculations officielles 2021 des télescopiques - Toujours le même tiercé gagnant
L'Axema a dévoilé les chiffres des immatriculations des chargeurs télescopiques pour l'année 2021. Des ventes en hausse et un…
Destiné aux exploitations pratiquant le CTF (controlled traffic farming), ce système n'est pas proposé en France.
[VIDEO] - Krone fauche jusqu'à 13 mètres avec deux faucheuses traînées
Pour les marchés américains et australiens, Krone propose un système de châssis permettant de tracter et entraîner deux…
L'automoteur de pulvérisation Artec F40 est doté de buses à impulsion.
« Je délègue la pulvérisation à l’entreprise pour accéder à la technologie »
Double actif, Jacques Gourmaud a fait le choix de déléguer, entre autres, la pulvérisation pour accéder et profiter de la…
Publicité