Aller au contenu principal

«  Des pointes mieux désherbées avec facilité  »

Laurent Gendron, polyculteur-éleveur à La Chapelle-Grésignac en Dordogne, a équipé sa bineuse d’un dispositif de relevage automatique des éléments pour gagner en confort de travail et optimiser le désherbage en bout de champ.

Installé en Gaec sur une centaine d’hectares en bio (40 irrigables) au Nord de la Dordogne, Laurent Gendron cultive du blé, des lentilles, du maïs, du tournesol, des pois chiches et du soja. Une partie de sa récolte est utilisée pour ses deux ateliers d’élevage (bovins allaitants et canards gras). Le Gaec, qui emploie 4 à 5 équivalents temps plein, dispose également d’une ferme auberge et d’un atelier de transformation pour la vente directe. Au moment d’investir dans une nouvelle bineuse en 2017, Laurent Gendron fait le choix d’un modèle (Monosem 7 rangs à 68 cm) équipé du relevage hydraulique des éléments bineurs. « Toutes les opérations culturales, du travail du sol au binage, sont réalisées avec un autoguidage RTK sur le tracteur. Toutefois, la bineuse a un comportement différent du semoir, ce qui nous impose de corriger la trajectoire avec un stabilisateur hydraulique. Pour se positionner au plus près de la ligne de semis, j’ai installé une caméra au-dessus du rang central et des guides visuels sur deux rangs latéraux, bien visibles dans les rétros du tracteur. Ce suivi de ligne monopolise une bonne partie de l’attention. Il m’est ainsi difficile de gérer efficacement le relevage des éléments en bout de champ  », détaille l’agriculteur.

Un automatisme à 11  000 euros

Déjà équipé d’un GPS RTK avec console Trimble TMX-2050 et du relevage hydraulique des éléments bineurs, il ne lui manquait plus que l’automatisme du dispositif Sat’Bine. « Moyennant un investissement de 11  000 euros, Vantage a monté deux blocs d’électrovannes pilotant les vérins des éléments, associés à un boîtier en cabine qui ne sert qu’en cas de pilotage manuel. Je gère tout depuis la console Trimble d’où je visualise, en complément des lignes de guidage, les huit sections correspondant aux huit éléments.  » Outre le gain de confort, Laurent Gendron a observé une nette différence dans le salissement des bouts de champs, depuis qu’il profite de l’automatisme. « C’est d’autant plus efficace dans nos petites parcelles aux formes irrégulières. Il faut juste veiller à moduler la vitesse d’avancement et le débit hydraulique, car la rapidité de mise en mouvement des éléments est différente selon que l’on attaque une ligne de front avec des éléments qui descendent tous d’un coup, ou en biais dans une pointe, avec abaissement séquencé.  »

Les limites du stabilisateur hydraulique

Afin de corriger le décalage de trajectoire entre le semoir et la bineuse, malgré l’autoguidage RTK, Laurent Gendron utilise un stabilisateur hydraulique. «  Ce dispositif n’offre pas suffisamment de précision, car il met la bineuse en biais, occasionnant un décalage non négligeable sur les rangs d’extrémité. C’est par exemple très limite quand on se rapproche à 7 cm du rang de maïs à 5 feuilles avec les lames Lelièvre écartées de 14 cm.  » Ne souhaitant pas investir dans une coûteuse interface de guidage, il compte fabriquer sa propre interface de translation à pilotage manuel.

 

A lire aussi : 

Quel guidage de bineuse choisir ?

Des solutions pour affiner les réglages

Des champs plus propres avec le relevage automatique des éléments bineurs

Cuma La Belmontaise, dans le Gers : "Une herse étrille sous contrôle"

Vincent Seyeux, en Mayenne : « La précision du binage se raisonne dès le semis »

Berthy et Laurent Talbot, dans les Deux-Sèvres : « Le désherbage de précision avec une bineuse simple »

Geoffroy Philippoteaux, dans la Marne : "Nous binons entre les rangs et les pieds sur le rang"

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Un tracteur avec un outil porté de plus de 2,55 mètres de large est limité sur la route à 25 km/h.
Quand puis-je rouler à 50 ou 60 km/h avec mon tracteur ?
Les tractoristes livrent en France des tracteurs roulant à 50 km/h ou 60 km/h, mais est-il possible de circuler sur la voie…
Le dispositif FireSafe de Siwi autorise un dételage instantané de la presse en cas de départ de feu sur celle-ci.
[VIDEO] Siwi - Sauver le tracteur en cas d’incendie de presse
Le dispositif FireSafe du danois Siwi permet de dételer instantanément une presse à balles cubiques subissant un départ de feu.…
L'hybridation des moteurs thermiques ouvre la voie à l’entraînement électrique des outils attelés derrière le tracteur, comme peut le faire le John Deere 8R 410 équipé de la transmission à variation continue électromécanique eAutoPowr.
Tracteurs : l’électrique prend le relais des moteurs thermiques
Les progrès technologiques et la démocratisation des composants électriques vont permettre le développement d’engins électriques…
L'automoteur de fauche Cutaro SR 1100 est fabriquée chez ARB-Tec en Suisse.
VIDEO - Cutaro SR 1100, l'automotrice de fauche suisse
L'entreprise suisse ARB-Tec dévoile au salon Agrama la version définitive de son automotrice de fauche Cutaro SR 1100.
De gauche à droite, Patrick Petit, président de SV-Pro, Jean-Pierre Giacomel, Didier Largy, associé des Ets Giacomel depuis 2007, et Fabien Billault, directeur général de SV-Pro.
Réseau John Deere - Giacomel repris par SV-Pro
Le rachat des Ets Giacomel par le concessionnaire John Deere SV-Pro a été officialisé le 1er novembre 2022.
Publicité