Aller au contenu principal

VIDEO - Comment produire du biométhane pour son tracteur sans utiliser de méthaniseur ?

Agriculteurs à Tideford dans les Cornouailles (Royaume-Uni), Katie et Kevin Hoare utilisent le système Bennamann permettant de produire du bioGNV en collectant le biogaz s’échappant naturellement du lisier.

Produire du biométhane sans investir dans une coûteuse unité de méthanisation est tout à fait possible. Le procédé consiste à bâcher la fosse à lisier pour collecter le biogaz qui s’en échappe naturellement. Cette solution, mise au point par la start-up britannique Bennamann récemment acquise par CNH Industrial, permet à Katie et Kevin Hoare, éleveurs à Tideford dans les Cornouailles (Royaume-Uni), de produire 20 tonnes de biométhane par an à partir des déjections de leurs 90 vaches laitières. Cette quantité permet, par exemple, d’alimenter durant environ 1 100 heures un tracteur New Holland T6.180 Methane Power de 160 chevaux fonctionnant à pleine charge.

Double couverture de la fosse à lisier

 

 
La fosse principale est équipée de trois bâches : une de type liner pour l’étanchéité inférieure, une intermédiaire qui sert à la collecte du biogaz chargé de souffre (H2S) et une supérieure pour le stockage du biogaz épuré contenant de l’eau et du CO2. © D. Laisney
Pour installer le premier système Bennamann au monde sur leur exploitation, les agriculteurs britanniques, qui ne possédaient pas de système de stockage du lisier conforme, ont construit une fosse de 3 700 mètres cubes. Celle-ci, de forme carrée de 25 mètres de côté et de 6 mètres de profondeur, est équipée de trois bâches : une de type liner pour l’étanchéité inférieure, une intermédiaire qui sert à la collecte du biogaz chargé de soufre (H2S) et une supérieure pour le stockage du biogaz épuré contenant de l’eau et du CO2. L’alimentation de la fosse est réalisée par une pompe hacheuse, qui reprend le lisier préalablement raboté dans une préfosse. Le biogaz émanant du lisier passe dans un système de filtration au charbon actif, afin d’enlever le souffre. Une fois épuré, il est stocké dans le volume entre la bâche intermédiaire et celle de couverture : la pression y varie entre 0,4 et 1,2 bar.

 

Transformer le biogaz en biométhane

Le système Bennamann se démarque par son système mobile permettant de convertir le biogaz en biométhane. Cette solution de transformation, qui affiche une capacité de production annuelle de 150 tonnes de biométhane, tient dans un container et peut ainsi être partagée entre plusieurs exploitations. Elle se compose de trois équipements : un premier compresseur, un filtre à membranes et un second compresseur. Son principe de fonctionnement est simple : puisé sous la bâche verte, le biogaz épuré est d’abord comprimé, puis détendu immédiatement pour abaisser sa température à -40 °C, afin de retirer l’eau qu’il contient. Après cette première étape, le biogaz est filtré par un système à membranes qui en extrait le CO2 et le rejette dans l’atmosphère. À la suite de cette deuxième action, le biométhane obtenu, contenant au minimum 93 % de méthane, passe dans le second compresseur qui le met sous pression (250 bars) dans des bonbonnes. Celles-ci sont conditionnées dans des racks de stockage pesant 1,5 tonne et contenant 160 kg de biométhane, de quoi faire fonctionner le tracteur T6 Methane Power durant 9 à 10 heures à pleine charge.

Le biogaz épuré stocké dans des réservoirs additionnels

Le système Bennamann présente l’avantage de s’adapter à des installations de stockage du lisier existantes. Par exemple, si la couverture de la fosse est déjà en place, mais réalisée par une bâche unique, il est possible d’épurer le biogaz avec des filtres à charbons actifs et de le stocker dans une réserve additionnelle. Celle-ci est alors vidée à chaque passage de l’unité mobile de conditionnement dans l’exploitation.

 

Les plus lus

Remplissage du réservoir d'un engin agricole de GNR
Comment évolue le prix du GNR ?
Le prix du gazole non routier pèse sur le compte d’exploitation des agriculteurs qui en ont besoin pour alimenter leurs engins…
Evolution des immatriculations de tracteurs par département
Immatriculations 2022 – Les 20 départements qui immatriculent le plus de tracteurs
Le marché des tracteurs agricoles connaît une légère hausse des immatriculations en 2022. Mais la répartition des ventes n’est…
Un agriculteur ukrainien, Oleksandr Kryvtsov, a modifié et blindé un vieux tracteur pour déminer ses parcelles.
Les agriculteurs ukrainiens bravent les mines avec leurs tracteurs
Les agriculteurs ukrainiens rivalisent de solutions pour remettre en cultures leurs parcelles récupérées aux Russes. 
Maupu toujours en tête des bennes monocoques et TP.
Immatriculations 2022 – Les bennes bleues ont du succès
Rolland reste le leader incontesté des immatriculations de bennes monocoques et TP. 
John Deere garde sa place de leader de la presse à balles rondes, devant Claas. McHale conserve la troisième place sur le podium.
Immatriculations 2022 – Même tiercé gagnant pour les presses à balles rondes
Près de la moitié du volume des immatriculations de presses à balles rondes est occupée par les trois premiers acteurs John Deere…
Classement des immatriculations 2022 d'épandeurs à fumier
Immatriculations 2022 – Sept épandeurs à fumier sur dix sont fabriqués en Bretagne
Enregistrant 1 126 immatriculations, le marché français des épandeurs à fumier a fait l'objet en 2022 d'une baisse en volume de 4…
Publicité