Aller au contenu principal

Artec renouvelle son automoteur de pulvérisation F40

L'automoteur de pulvérisation F40 d'Artec rend son tablier et laisse place au F40 Evo. 

Clap de fin pour l'automoteur F40 d'Artec. Après 15 années de bons et loyaux services, l'automoteur de pulvérisation phare de la marque vendéenne prend sa retraite et laisse la place à la nouvelle génération, le F40 Evo. S'il conserve les deux puissances disponibles de son prédécesseur, le F40 Evo s'en distingue par un moteur Volvo D8 de 7,8 litres de cylindrée, garanti 5 ans ou 6 000 heures et répondant à la norme Stage V, combinant FAP, DOC et SCR. "Ce choix de motorisation se justifie d'une part par la politique d'achat, puisque le RS20 est déjà doté de ce moteur, confie Clément Rousset, inspecteur commercial pour Artec. Ce bloc équipe aussi l'automotrice de désilage SPW de Kuhn, propriétaire d'Artec. D'autre part, cette cylindrée plus importante de 1,8 litres ouvre la voie à des développement futurs vers des puissances plus importantes, jusqu'à 340 chevaux." L'apparition d'un frein sur échappement limite l'usage de la pédale de frein aux situations d'urgence. 

S'il abandonne le relevage arrière, le nouvel appareil de la marque conserve certains fondamentaux du F40 qui ont fait le succès de la marque en France, comme la construction du châssis, la suspension, les doubles pompes centrifuges (auto-amorçante Renson 1100 l/min pour le remplissage et le rinçage, Hypro 780 l/min pour la pulvérisation), les choix de pneumatiques (320 à 900 mm de large et jusqu'à 2,05 m de diamètre) ou encore la transmission hydromécanique DAS. Celle-ci se pilote désormais par impulsion. 

Automoteur Artec F40 EVO Réussir machinisme

Une cuve en inox

L'automoteur bénéficie d'un nouveau look, qui fait suite à un concours lancé auprès d'une école de design, avec des lignes fuyantes vers l'arrière. Une cuve cylindrique en inox de 5 000 litres, logée derrière la cabine, remplace la cuve en polyéthylène. Plus facile à entretenir, cette cuve principale est secondée d'une cuve de rinçage de 600 litres. "Cylindrique, la cuve principale est moins large que la cabine, ce qui fait que nous avons conservé la même visibilité vers l'arrière", explique Clément Rousset.  Autre nouveauté, l'incorporateur a été entièrement repensé pour gagner en performance et en ergonomie. Rond, il se rince très facilement. Une nouvelle régulation prend place sur le circuit de pulvérisation pour optimiser les temps de réponses et accroître les performances de la machine.

Trois choix de circulation sont désormais proposés. Outre la circulation en retour avec fermeture pneumatique des tronçons, Artec propose deux autres circulations baptisées Dynapulse et Dynapulse Evo. Toutes deux s'appuient sur des buses à impulsions PWM, la deuxième se distinguant par la coupure buse par buse, la correction des débits sur chaque buse dans les virages et la modulation de dosage. 

Automoteur Artec F40 EVO Réussir machinisme

Une nouvelle cabine et un nouvel intérieur

Construite par le spécialiste isérois des cabines Sarrazin, selon le cahier des charges d'Artec, le nouveau poste de conduite, de catégorie 4, a conservé l'accès par une porte arrière. Il intègre un accoudoir multifonction, ainsi que le terminal CCI 1200, qui prendra en charge la pulvérisation et le guidage automatique. En option, un deuxième écran tactile gère les fonctions de transmission, de rampe et la mise en œuvre. Il est également possible d'opter pour un système de guidage Trimble, via un écran GFX 750 ou TMX 2050.

Pour les travaux nocturnes, toutes les optiques sont dorénavant à led.  

D'autres capacités de cuve principale sont annoncées sur le F40 Evo d'ici cet été, ainsi qu'un modèle H40 Evo, à voie variable et transmission hydrostatique, dont les premières livraisons sont attendues pour le début de l'année 2022. 

En revanche, pas de R40 Evo prévu à court terme. L'automoteur à rampe arrière R40 conserve ses caractéristiques actuelles, à l'exception de la cabine et de la nouvelle motorisation Volvo, qu'il hérite du F40 Evo. 

 

Les plus lus

Ensileuse Rostselmash RSM F 2650 chez Michel Bellamy
Une ensileuse Rostselmash en test pour les 40 ans de la concession Michel Bellamy
L’ensileuse RSM F 2650 de l’industriel russe Rostselmash vient, ce 15 avril 2021, de débarquer en Normandie à la concession…
Tonnes à lisier buses interdites Réussir Machinisme
Les buses d’épandage bientôt interdites ?
Le plan d’action ministériel adopté en janvier 2021 vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques issues des…
Les nouveaux Valtra N5 et T5 sont dès à présent disponibles, car la production a déjà débuté dans l'usine finlandaise du groupe Agco. © Valtra
Valtra – Le tableau de bord disparaît sur les tracteurs N5 et T5
La sortie des tracteurs Valtra N5 et T5 coïncide avec la célébration des 70 ans de la marque finlandaise, qui appartient depuis…
Benne à fond mouvant la Campagne de la SARL Setar Bibollet - Caisse et fond mouvant Socari
La Campagne – Une benne à fond mouvant de 64 mètres cubes à déchargement rapide
Le constructeur français La Campagne annonce l’arrivée d’une nouvelle génération de bennes à fond mouvant conciliant grande…
Robot Collect’Bouz de la start-up normande Bouz’Eco
Collect’Bouz spécial pâturage – Les bouses collectées au cul des vaches pour alimenter le méthaniseur
Après l’urinoir CowToilet de la société néerlandaise Hanskamp primé d’une médaille d’or au salon Eurotier 2020, la start-…
Faucheuse frontale Kuhn sur tracteur New Holland TM140 et remorque autochargeuse Strautmann
« J’ai réduit mon coût alimentaire à 68 euros les 1000 litres de lait avec l’affouragement en vert »
Gaëtan Le Meur, éleveur de montbéliardes à Plussulien, dans les Côtes-d’Armor, a remplacé sa remorque faucheuse autochargeuse par…
Publicité