Aller au contenu principal

Certification
CSA-GTP : Une association de professionnels pour promouvoir les bonnes pratiques des organismes stockeurs

La reconnaissance des bonnes pratiques, notamment en termes d'hygiène, fait l'objet d'une certification évolutive que veulent promouvoir La Coopération Agricole Métiers du Grain, la Fédération du Négoce Agricole et le Synacomex.

© CSAGTP

CSA-GTP : c’est le nom de la nouvelle structure associative créée par La Coopération Agricole Métiers du Grain, la Fédération du Négoce Agricole (FNA) et le Synacomex pour faire la promotion de sa charte certifiante en matière de bonnes pratiques pour les organismes stockeurs. CSA-GTP signifie d’ailleurs Charte Sécurité Alimentaire - Good Trading Practices.

 Il s’agit de « renforcer, développer et promouvoir le schéma de certification des organismes stockeurs pour leurs activités de collecte, stockage, transport et commercialisation des grains » indique le communiqué de presse publié le 29 juillet. La décision a été actée lors de l’assemblée générale constitutive de l’association le 2 juillet, jour de la bourse aux grains de Paris qui s’est tenue au Pavillon Gabriel, avec date d’effet au 1er juillet 2021.

Avec ce nouveau cadre juridique, les trois co-propriétaires de CSA-GTP « entendent poursuivre le développement, la promotion et l’adaptation de la démarche aux besoins des filières et faciliter les échanges avec d’autres schémas ». Par ailleurs, l’association indique qu’elle « conserve des liens étroits avec le Syndicat de Paris – Incograins, avec cet objectif commun de fluidifier les échanges commerciaux entre les acteurs des filières des grains ».

Valeur ajoutée et reconnaissance européenne

La démarche CSA-GTP, qui existe depuis 2003, est reconnue par des accords de reconnaissance mutuelle par d’autres schémas de certification (Efisc-GTP - Certification européenne de sécurité des aliments pour animaux et des ingrédients alimentaires, GMP+ - ensemble de référentiels basés sur l'analyse de risques HACCP, Ovocom-FCA en Belgique, Qualimat Transport, CNIEL ou encore Quality Scheme en Allemagne) mais les trois membres de la toute nouvelle association travaillent sur la reconnaissance de leur schéma de certification par la Cofrac. Cela donnera une certification à plus grande valeur ajoutée, au niveau du monde entier et en particulier sur les pays anglo-saxons et belgo-néerlandais très en pointe sur ces sujets et valable trois ans (au lieu d’une année actuellement pour les schémas existants).

Rappelons qu’à ce jour, plus de 460 structures sont certifiées CSA-GTP. Le schéma se divise en huit modules (collecte, stockage, commerce, transport, bonnes pratique en vue des livraisons directes ferme, opérations mécaniques simples, opérations mécaniques, achat/stockage/commercialisation de matières premières pour aliments des animaux et aliments composés et la toute dernière non-OGM). Le référentiel se voulant très vivant et très évolutif, l’association travaille, à la demande ce certains de ses membres, sur de nouveaux modules. Un ensemble de sept organismes certificateurs (dont Bureau Veritas, Control Union ou encore Afnor) examine et valide les certification.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Prix des Céréales le 20 août : recul des cours du blé à Chicago, très légère hausse sur le marché européen

Les principaux cours du blé et du maïs ont nettement reculé vendredi 20 août à Chicago. Sur Euronext, ceux-ci…

Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
La récolte française de blé tendre 2021 ne dépasserait pas les 35 Mt
La tension sur les marchés mondiaux des grains s’accroît. En France, les meuniers doivent s’adapter à la forte hétérogénéité des…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne