Aller au contenu principal

Récolte française 2018
Un rendement moyen inférieur à 90 q/ha en maïs ?

Les zones Est, Sud (Occitanie) et Ouest préoccupent, alors que le Centre, l’Île-de-France et l’Aquitaine devraient s’en sortir.

© Arvalis-Institut du végétal

Selon ses dernières prévisions diffusées le 7 août, Agreste projetait les rendements français de maïs (grain et fourrage) à 90,3 q/ha en 2018, contre 103,59 q/ha en 2017, conséquence de la canicule. Néanmoins, « ils pourraient tomber à 85-90 q/ha. Des producteurs peuvent décider d’ensiler plutôt que de récolter du grain. […] Stratégie Grains les projette autour de 87,4 q/ha », alerte Anne-Laure Paumier, directrice adjointe de Coop de France Métiers du grain. Dans l’ensemble, les potentiels sur les zones irriguées seraient préservés, alors que celles non irriguées connaîtraient les plus importantes pertes, parfois drastiques.

« En Aquitaine, l’alternance pluie-soleil a dissipé les craintes liées aux conditions difficiles de semis », détaille Anne-Laure Paumier. Les secteurs Île-de-France et Centre n’inquiètent guère, non plus. En revanche, « sur la zone Occitanie, l’Est (Bourgogne, Alsace, Franche-Comté) et l’Ouest (Bretagne, Normandie, Pays de la Loire), les cultures souffrent plus. […] Les récentes pluies sont bénéfiques, mais il est difficile de déterminer l’effet sur les plantes. Attention également aux orages localisés, susceptibles de provoquer des verses. »

Pas de pluie depuis cinq semaines dans l’Est

« Il n’a pas plu, ou presque, depuis cinq semaines dans la plupart des secteurs, et seulement 15 % de nos surfaces sont irriguées. […] Les plantes sèchent sur pied, et les ensilages ont débuté il y a une semaine », alertait pour sa part mi-août Jean-Olivier Lhuissier, directeur des activités agricoles chez Vivescia (Nord-Est), qui table sur des rendements 2018 en baisse d’au moins 30 % par rapport à 2017 sur le secteur de la coopérative.


Sur le secteur de la Cavac (façade Ouest), l’année 2018 est également qualifiée de mauvaise. « Les surfaces irriguées, aux alentours de 30 %, ne devraient pas trop souffrir. Par contre, les zones non irriguées, dotées de sols ayant peu de réserve utile, vont connaître de grosses baisses de rendements. Et ce, d’autant plus que les orages durant le printemps ont retardé les semis », témoigne Jean-Luc Espinas, responsable du service agronomique de la Cavac.


Dans le Centre, la sérénité règne sur la zone d’influence de la Scael. « 80 à 85 % des surfaces sont irriguées. Ainsi, les effets de la canicule sont limités », explique Vincent Ragot, directeur du pôle végétal. « L’an dernier, nous avions des rendements à 118 q/ha. Si je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait, pour le moment, on serait toujours au-dessus des 100 q/ha », ajoute-t-il. La récolte est prévue aux alentours du 25 septembre, soit avec quinze jours d’avance environ.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Roquette ouvre un centre d’expertise entièrement dédié aux protéines végétales dans l’Aisne
Cet « accélérateur en R&D » renforce la stratégie de l’entreprise « en faveur d’une nouvelle gastronomie d’origine végétale ».
Histoire et traçabilité de la bière grâce à Transparency lancé par Malteries Soufflet
Le spécialiste de l’orge de malterie propose une application pour mieux faire connaître les processus d’élaboration et de…
Farine : pas de spéculation sur les prix du blé, juste le fruit des fondamentaux du marché, selon Jean-François Loiseau (ANMF)
Après avoir tenu son assemblée statutaire en juin, l'Association de la Meunerie française a organisé sa convention annuelle à la…
StatCan ne calme pas les craintes de pénurie en blé dur
Un risque de pénurie de pâtes alimentaires en Algérie est possible, lié notamment à la faible récolte canadienne de blé dur. En…
Bourse aux grains de Sète : un peu plus de 300 personnes sont attendues, les 16 et 17 septembre à La Canopée
La Bourse aux grains de Sète est de retour en 2021, après avoir été annulée en 2020 pour cause de Covid-19. Entretien avec…
Un marché mondial des protéines végétales à 162 Md$ en 2030
Une nouvelle étude estime que le marché mondial des protéines végétales sera multiplié par plus de cinq entre 2020 et 2030.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne