Aller au contenu principal

Un rendement français de maïs grain à 93,2 q/ha selon Arvalis et l'AGPM

La récolte nationale, faite à 90 %, s’avère meilleure qu’attendue. Les volumes atteindraient 11,8 Mt, sur une surface d’environ 1,27 Mha.

Sur une surface d'1,27 Mha, les volumes de maïs atteindraient 11,8 Mt
© G.Coisel

Alors que des analystes tablaient sur des chiffres inférieurs à 90 q/ha, le rendement moyen de la récolte hexagonale de maïs grain 2018 est finalement évalué à 93,2 q/ha (à comparer avec la moyenne quinquennale, à 96 q/ha), a annoncé l’AGPM (association des producteurs de maïs), lors d’une conférence de presse le 24 octobre à Paris, reprenant les données d’Arvalis. Sur une surface d'1,27 Mha, les volumes atteindraient 11,8 Mt. La moisson est faite à 90 %, et devrait s’achever durant la semaine 44 ou en semaine 45, selon les pluies.

Plusieurs facteurs expliquent ces résultats moins décevants que prévu. « En irrigué, le fort ensoleillement a permis un développement exceptionnel des maïs. En sec, ce sont les progrès génétiques et agronomiques qui ont limité les dégâts », explique Gilles Espagnol, responsable environnement et productions de l’AGPM. Ce dernier rapporte des rendements atteignant 190 q/ha dans certaines parcelles de Dordogne, alors que les plus mauvais ne tombent pas en dessous de 60 q/ha.

Amélioration des marges des maïsiculteurs

Malgré des rendements moindres, les marges des producteurs s’améliorent. « Les prix ont grimpé d’environ 20 €/t par rapport à 2017 à pareille époque. Ajoutons à cela une baisse des frais de séchage. Le taux d’humidité moyen des grains se situe à 20-22 %, en repli de 6 à 10 % par rapport à une année normale »,détaille Mathieu Çalumbide, directeur adjoint de l’AGPM. Néanmoins, ce dernier préfère attendre pour affirmer si cette année sera vraiment rémunératrice pour les maïsiculteurs. « Les prix subissent actuellement la pression des bonnes récoltes aux États-Unis et en Ukraine. Si la production mondiale est, cette année, une fois encore inférieure à la consommation, le blé peut se substituer au maïs, et non l’inverse. De plus, le conflit commercial États-Unis/Chine pourrait inciter les producteurs états-uniens à augmenter leurs surfaces l’an prochain s’il venait à durer ».
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne