Aller au contenu principal

Un rendement français de maïs grain à 93,2 q/ha selon Arvalis et l'AGPM

La récolte nationale, faite à 90 %, s’avère meilleure qu’attendue. Les volumes atteindraient 11,8 Mt, sur une surface d’environ 1,27 Mha.

Sur une surface d'1,27 Mha, les volumes de maïs atteindraient 11,8 Mt
© G.Coisel

Alors que des analystes tablaient sur des chiffres inférieurs à 90 q/ha, le rendement moyen de la récolte hexagonale de maïs grain 2018 est finalement évalué à 93,2 q/ha (à comparer avec la moyenne quinquennale, à 96 q/ha), a annoncé l’AGPM (association des producteurs de maïs), lors d’une conférence de presse le 24 octobre à Paris, reprenant les données d’Arvalis. Sur une surface d'1,27 Mha, les volumes atteindraient 11,8 Mt. La moisson est faite à 90 %, et devrait s’achever durant la semaine 44 ou en semaine 45, selon les pluies.

Plusieurs facteurs expliquent ces résultats moins décevants que prévu. « En irrigué, le fort ensoleillement a permis un développement exceptionnel des maïs. En sec, ce sont les progrès génétiques et agronomiques qui ont limité les dégâts », explique Gilles Espagnol, responsable environnement et productions de l’AGPM. Ce dernier rapporte des rendements atteignant 190 q/ha dans certaines parcelles de Dordogne, alors que les plus mauvais ne tombent pas en dessous de 60 q/ha.

Amélioration des marges des maïsiculteurs

Malgré des rendements moindres, les marges des producteurs s’améliorent. « Les prix ont grimpé d’environ 20 €/t par rapport à 2017 à pareille époque. Ajoutons à cela une baisse des frais de séchage. Le taux d’humidité moyen des grains se situe à 20-22 %, en repli de 6 à 10 % par rapport à une année normale »,détaille Mathieu Çalumbide, directeur adjoint de l’AGPM. Néanmoins, ce dernier préfère attendre pour affirmer si cette année sera vraiment rémunératrice pour les maïsiculteurs. « Les prix subissent actuellement la pression des bonnes récoltes aux États-Unis et en Ukraine. Si la production mondiale est, cette année, une fois encore inférieure à la consommation, le blé peut se substituer au maïs, et non l’inverse. De plus, le conflit commercial États-Unis/Chine pourrait inciter les producteurs états-uniens à augmenter leurs surfaces l’an prochain s’il venait à durer ».
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Thierry Blandinières plaide pour la création d'un contrat Blé premium à Chicago
A l'occasion du congrès de l'Association générale des producteurs de blé, le patron du groupe In Vivo a défendu la création d'un…
« La HVE n’est pas contre les autres certifications mais à côté et s’adresse au plus grand nombre »
Josselin Saint-Raymond, secrétaire général de l’Association nationale de développement de la HVE – HVE et directeur à l’…
Danone s’intéresse à l’huile et la protéine de pongamia
Les produits à base de cette légumineuse sont développés par une jeune entreprise étatsunienne.
Ÿnsect : partenariat avec Noriap pour livrer en nourriture sa future usine d'insectes près d’Amiens
Ce site de fabrication d'ingrédients à base de larve de scarabée Molitor, à la capacité de production record, « consolidera sa…
LSDH : création de l’Atelier INOVé, une unité d’extraction de jus à base de grains
Le groupe familial, en partenariat avec Sofiprotéol, compte construire une usine dédiée à la production de jus végétaux et…
Cyclope 2021 : « un pseudo supercycle haussier des matières premières »
Philippe Chalmin, président de l’association Cyclope, a présenté le 26 mai son rapport 2021, intitulé « Cette obscure clarté qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne