Aller au contenu principal

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de grains sera partiellement interdite durant une vingtaine de jours pour les épreuves nautiques en Seine.

© A droite, Stéphane Raison, directeur général et président du directoire d'Haropa Port, et , à gauche, Marc Guillaume, préfet de la région Île-de-France et préfet de Paris.

A l’occasion de la signature, le 29 janvier 2024, de la convention de coopération entre Haropa Port et le comité d’organisation de Paris 2024, relative à l’intégration de la Seine dans l’organisation des Jeux olympiques et paralympique qui se déroulent cet été dans la capitale, Guillaume Berbain, directeur général délégué d’Haropa Port rattaché à la direction territoriale de Paris, est revenu sur les restrictions à la circulation sur la Seine engendrée par la tenue de la cérémonie d’ouverture et des épreuves en Seine. 

« L’organisation de Jeux olympiques Paris 2024 est un travail de longue haleine qui va se concrétiser dans un peu moins de six mois maintenant. L’ensemble du travail accompli a pour objectif de tirer des effets positifs et minimiser au maximum les effets négatifs. Ce que l’on ne peut pas supprimer totalement est la nécessité de sécuriser les cérémonie et épreuves, avec des prescriptions qui sont éditées par la préfecture de police s’agissant de la circulation terrestre et la préfecture de la région Île-de-France en s’agissant de la navigation fluviale. En ce qui nous concerne, et pour avoir participer à la définition du dispositif dans le temps, il y a eu une grande attention apportée par les deux préfectures pour minimiser au maximum les restrictions à la circulation, notamment des péniches de céréales sur le fleuve, tout en maintenant les objectifs fondamentaux de Jeux olympiques (JO) réussis car c’est l’image de la France qui est en jeu. »

Lire aussi : "Comment les JO de 2024 risquent de perturber le transport des céréales sur la Seine pendant la moisson"

Une huitaine de jours de fermeture totale 

Avant toute chose, Guillaume Berbain a tenu a rappelé que « la construction du village olympique sur la Seine au niveau de l’île de Saint-Denis et de sa rive droite s’effectue en maintenant la navigation entre Le Havre, Rouen, Paris et l’amont du fleuve, grâce à la remise en navigation du bras secondaire le long de l’Île de Saint-Denis ». La construction du village olympique sur la Seine, un élément phare de la candidature de Paris aux JO 2024, s’effectue donc sans blocage généralisé du transport fluvial.

Le fleuve sera réouvert à la circulation dès le 27 juillet à midi

Pour autant, concernant la cérémonie d’ouverture des JO avec la parade des athlètes sur la Seine en plein cœur de Paris, la préparation de cette manifestation, prévue le 26 juillet, nécessitera environ huit jours d’arrêt total de la navigation fluviale dans la capitale, pour permettre aux organisateurs et aux autorités en charge de la sécurité d’installer le dispositif. « Dans tous les cas, le fleuve sera réouvert à la circulation dès le 27 juillet à midi. Quant à la fermeture, elle se fera aux alentours du 19 juillet. Les autorités concernées continuent de travailler sur le dispositif pour essayer de réduire au maximum la période d’interdiction à la navigation, mais les marges de manœuvre sont maintenant limitées », précise Guillaume Berbain.

Et Marc Guillaume, préfet de la région Île-de-France et préfet de Paris, d’ajouter : « Nous travaillons sur le raccourcissement de la fermeture de la Seine à la navigation durant les quelques jours qui vont précéder la cérémonie d’ouverture des JO, afin d’effectuer le travail de déminage des quais et des bateaux, réalisé par la préfecture de police, et de montage du décor du show, réalisé par le comité d’organisation des JO. L’objectif, dans notre discussion constructive avec la profession, est de réduire la durée de la fermeture de la Seine à la navigation, en effectuant par exemple simultanément certaines actions, et non l’une après l’autre ».

Une vingtaine de jours de fermeture partielle

Au-delà de la cérémonie d’ouverture et de la parade des athlètes, des épreuves en Seine sont programmées, à savoir la partie nautique du triathlon et la natation marathon, qui se dérouleront en plein cœur de Paris, au niveau du pont Alexandre III. Il a été décidé avec l’équipe organisatrice et les professionnels d’installer le dispositif et de programmer les épreuves dans un créneau très strict, qui va de 2h00 à 11h00 pour les Jeux olympiques (qui se déroulent du 26 juillet au 11 août) et de 2h00 à 12h00 pour les Jeux paralympiques (programmés du 28 août au 8 septembre). 

« Ces arrêts de navigation, au nombre d’une vingtaine sur la durée des deux événements, ne seront que partiels sur la journée, ce qui laissera des créneaux de passage très importants pour le transport fluvial, y compris les céréaliers », insiste Guillaume Berbain.

Nous sommes en train d'identifier 70 emplacements sur les bords de Seine en amont et en aval de Paris pour faire stationner les barges de grains

Marc Guillaume tient à préciser qu’un travail est également engagé sur les horaires d’ouverture des écluses, qui pourraient être rallongés de 20h00 à minuit. « Par ailleurs, nous sommes en train d’identifier 70 emplacements sur les bords de Seine en amont et en aval de Paris pour faire stationner les barges de grains dans l’attente de la réouverture de la Seine à la circulation. Enfin, nous mettons en place une organisation temporaire durant toute la durée des JO pour pouvoir répondre en permanence aux questions posées par les professionnels. »

Pour conclure, le préfet de Paris insiste sur le fait que « toutes les questions étant bien recensées, les équipes se rencontrent à un rythme soutenu pour conclure tous les accords rapidement, d’ici la fin février, afin de garantir une visibilité aux professionnels ».

« Nous sommes à la recherche de solution alternatives avec les organismes stockeurs », indiquait Thierry Dupont, président de Sénalia Union, le vendredi 12 janvier 2024 

« Nous essayons d’avoir des moyens de transport fluviaux pour réceptionner des grains durant la période des Jeux olympiques d’été 2024, soit en pleine période de moisson céréalière dans notre hinterland. Pour les organismes stockeurs situés en amont de la capitale, l’axe Seine est un mode de dégagement important de la marchandise vers nos installations portuaires de Bonnières-sur-Seine et de Rouen. Sous l’égide d’Intercéréales, nous sommes en discussion avec les pouvoirs publics et les responsables de l’organisation des Jeux olympiques pour trouver des solutions, des plages horaires pour permettre aux péniches et autres cales fluviales de traverser Paris. Je suis confiant tout en étant réaliste : s’il y a un enjeu de sécurité, les Jeux olympiques seront une priorité et les autres activités passeront après. Le gouvernement veut que ces Jeux olympiques donnent une image valorisante de la France. Les pouvoirs publics ne prendront pas le risque de favoriser le transport par barge de blé si jamais il y a d’autres enjeux qui nous dépassent. Nous négocions des créneaux la nuit qui permettraient aux péniches de passer. Le dossier n’est pas finalisé et, je pense, que jusqu’au dernier moment on sera sous la contrainte d’éléments qui peuvent arriver. Par ailleurs, il est compliqué de switcher avec des trains car cela demande une certaine anticipation, entre la conclusion du contrat commercial et l’organisation logistique du transport. Ce qui pourrait se passer serait de faire appel à plus de camions, mais on sait que la circulation routière pendant les JO sera compliquée aussi, sans oublier la pénurie actuelle de chauffeurs de poids lourds. Nous sommes à la recherche de solutions alternatives avec les organismes stockeurs car cette problématique concerne plusieurs centaines de milliers de tonnes de grains. En termes de calendrier, avec les préparatifs du spectacle d’ouverture sur la Seine et le déroulement de certaines épreuves olympiques, voire des Jeux paralympiques qui se déroulent du 28 août au 8 septembre, on parle de plusieurs semaines de perturbations. » 

 

Lire aussi : "Transport des céréales pendant les JO 2024 à Paris : Intercéréales proposent deux solutions pour faciliter les flux"

 Lire aussi : "JO Paris 2024 / Coupe du monde rugby - Quel impact sur la consommation de bière et de farine l'année prochaine ?"

Les plus lus

À qui profitent vraiment les dons de blé russe?

Li Zhao Yu, Yann Lebeau, Roland Guiraguossian et Delphine Drignon, experts du département relations internationales…

Crues dans l'Yonne : quelques questionnements sur les rendements à venir

Les pics de crues atteints, tout va dépendre maintenant de la rapidité des eaux à baisser.

Pourquoi le Maroc devrait encore importer beaucoup de céréales en 2024/2025?

Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, a fait le…

Oléagineux - Comment Saipol va accroître ses capacités de trituration à Sète et Lezoux

L'usine de Sète de la société Saipol, filiale du groupe Avril, triture de la graine de colza, tandis que celle de Lezoux broie…

Incendie - Quand va redémarrer l'usine de trituration de colza de Sète de Saipol ?

L'usine de Saipol dispose d'une capacité annuelle de trituration de graine de colza de 600 000 t à 700 000 t. L'unité d'…

L'Inde redevient importateur en blé malgré une production record

L'Inde continue d'être un gros consommateur de blé.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne