Aller au contenu principal

Tensions, transition, évolution pour les coopératives agricoles

Depuis 2015, année d’un pic, le chiffre d’affaires des coopératives agricoles françaises se rétracte, passant de 86,9 Md€ en 2015 à 84,2 Md€ en 2018.

© McKinsey & Company

Le cabinet d’études en stratégie McKinsey & Company* indique qu’une grande partie du recul du chiffre d’affaires 2018 des coopératives hexagonales peut être attribuée à des activités qui sont sorties du périmètre professionnel coopératif. Mais l’heure est au questionnement et à la recherche de solutions d’évolution.

Une nouvelle donne

Avec l’émergence de nouveaux pays producteurs, types d’acteurs dans le secteur agroalimentaire, exigences sociétales et comportements de consommation, les coopératives françaises doivent évoluer sous peine d’être fortement concurrencées. Elles en ont les moyens grâce à leur position historique dans le secteur agricole et par ce qu’elles pèsent dans le système (70 % des approvisionnements agricoles).

Pour McKinsey & Company, la nouvelle donne remet profondément en cause « l’exclusivité du partenariat entre les coopératives et leurs adhérents ». Elles devront « redoubler d’efforts en matière de compétitivité et de productivité en vue de maximiser la valeur ».

Face à un cadre réglementaire reconfiguré, aux nouveaux acteurs issus du digital, aux modèles économiques alternatifs, aux besoins technologiques nouveaux des exploitants et à des modèles de consommation plus complexes et plus structurants, McKinsey & Company a identifié quatre options d’évolution des coopératives agricoles : la place de marché ultra-compétitive, le fournisseur de solutions intégrées, l’intégrateur de prestations séparées et l’expert conseil en agroécologie.

Enfin, pour maximiser la valeur apportée aux agriculteurs et aux consommateurs, quatre conditions sont à réunir pour les coopératives : renforcer leur rôle dans la valorisation aval de la production, capitaliser sur les liens noués avec les adhérents, élargir les partenariats/fédérer davantage et, enfin, améliorer l’excellence commerciale notamment via la logistique.

* Auteur d’une étude intitulée “Quel avenir pour le modèle coopératif agricole français ?”, publiée en juillet 2019.

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Eric Thirouin : « Les céréaliers ont conscience que la proposition de prix planchers n’est actuellement pas réaliste »

Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) veut que les promesses du gouvernement soient suivies d’…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

« La consommation atone pèse sur les prix des céréales au même titre que la concurrence russe et ukrainienne », déclare Jean-François Lépy

Pour Jean-François Lépy, directeur général de Soufflet Négoce by InVivo, le salut de l’agriculture française passe par l’…

Céréales et oléoprotéagineux bio : regain d’intérêt en protéagineux, faute de tourteau de soja chinois

Fin janvier, le marché des grandes cultures bio enregistre un léger regain d’activité, avec des ventes en spot sur certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne