Aller au contenu principal

La Cotidienne du 8 avril
Tendances des marchés céréaliers et oléagineux du mercredi 8 avril 2020

© Samuel Cauchois

Séance neutre en céréales

Très peu de nouveaux éléments sont intervenus ce mardi sur le marché européen et mondial. Les cours du blé tendre et du maïs n'ont pas évolué dans ce contexte sur leur marché physique respectif, à l'image des contrats correspondants sur Euronext, n'évoluant qu'à la marge par rapport à la veille. Le léger recul du contrat Blé sur le marché à terme de Chicago ainsi que la baisse du dollar, entraînant la hausse de l'euro, ont pu peser un peu sur les cours du blé tendre européen. L'orge fourragère suivait de son côté la stabilité observée en blé.
On notera que le service statistique du ministère de l'Agriculture a publié ses estimations de surface de céréales. Selon Agreste, au 7 avril, la sole de blé tendre tomberait à son plus bas niveau depuis 2003 à seulement 4,6 Mha, chutant de 7,5% par rapport à l'an passé.  Un bas niveau lié aux mauvaises conditions météo observées à l'automne dernier. En orge en revanche, les surfaces de printemps sont en "nette hausse" selon Agreste (+8,9%), portant à 696 000 ha le total semé cette année, soit une hausse globale de 2,8%. Enfin, en blé dur, le ministère fait part d'une surface de 247 000 ha.

Sur le marché mondial, on notera les achats de la Jordanie pour 60 000 t d'orge fourragère et de la Corée du Sud pour 58 000 t de maïs, ces deux achats concernant des origines optionnelles.
La Commission a fait part des exportations hebdomadaires de l'UE qui s'affichent à 835 476 t de blé tendre (731 132 t la semaine dernière), pour un total cumulé de 24,78 Mt depuis le début de campagne (14,94 Mt l'an dernier). La France afficherait un volume exporté de 8,05 Mt (389 600 t hebdo), la Roumanie 4,27 Mt (+84 000 t), l'Allemagne 3,34 Mt (+231 300 t) et la Pologne 2,35 Mt (+111 400 t).

 

La Dépêche - Le Petit Meunier

 

Nouvelle hausse des cours du colza, dans le sillage de l'huile de palme sur Kuala Lumpur

Les prix du colza ont gagné du terrain une nouvelle fois sur Euronext et le marché physique français entre les séances du 6 et du 7 avril, essentiellement portés par la hausse de ceux de l'huile de palme sur Kuala Lumpur. Ceux du soja sur Chicago se sont stabilisés. Signalons la baisse des cours du pétrole également.
 
Concernant l'huile de palme, la hausse des prix sur Kuala Lumpur est attribuée aux craintes quant à la production malaisienne. Le gouvernement malaisien réfléchit à étendre les mesures de restrictions dans les plantations/usines du pays. L'association des producteurs malaisiens d'huile de palme estime que les mesures de confinement (fermeture de plantations et d'usines dans l'état de Sabah, le plus important état producteur) ont engendré une perte de production de 500 000 t depuis le début des restrictions il y a 14 jours. Toutefois, des analystes privés tablent à plus long terme sur une baisse des prix de l'huile de palme, la chute de la demande étant plus importante que celle de l'offre. A voir dans les semaines/mois prochains si cette analyse se vérifiera.
 
Concernant le soja, les prix se sont stabilisés sur Chicago, tiraillés entre la hausse de l'huile et la baisse du tourteau. Le marché attend toujours le rapport USDA du 9 avril. La sécheresse en Argentine inquiète, mais les soucis logistiques s'estomperaient. Reuters rapporte que le stockeur étatique chinois Sinograin a mis à disposition du triturateur/négociant Cofco 500 000 t de graines de soja, provenant de ses réserves stratégiques, afin de soulager la pression liée au retard de livraison de fournisseurs brésilien.
 
En canola, les prix avaient monté en milieu de journée sur Winnipeg, soutenant le colza sur Euronext, mais ces derniers ont reculé en fin de journée, compte tenu du renforcement de la monnaie canadienne face au billet vert états-unien. Néanmoins, les ventes des producteurs locaux seraient réduites actuellement, limitant la baisse des prix.
 
Du côté du pétrole, la baisse des cours sur New-York et Londres est liée aux inquiétudes du marché quant à la capacité des pays producteurs de pétrole à se mettre d'accord sur une baisse de leur production.
 
En colza, signalons qu'Agreste table au 8 avril sur des surfaces hexagonales à 1,075 Mha, contre 1,081 Mha dans son précédent rapport, et en recul de 2,8% par rapport à l'an dernier.
 
En tournesol, les cotations sont en progression, à l'image du colza.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne