Aller au contenu principal

Cotidienne du 8 février 2021
Tendance Céréales/Oléagineux du 5 février 2021 : stabilité des cours des céréales et des oléagineux avant le rapport USDA du mardi 9 février

© Samuel Cauchois / La Dépêche - Le Petit Meunier

Si le cours du blé à Chicago a légèrement progressé le 5 février, ceux du maïs se sont un peu repliés. Sur Euronext, mouvement inverse avec un cours du blé en très petite baisse alors que celui du maïs frémissait à la hausse. Calme plat sur les marchés physiques hexagonaux où les prix du blé tendre, du maïs, de l’orge fourragère et du blé dur faisaient du surplace.

Les opérateurs sont désormais dans l’attente du nouveau rapport sur l’offre et la demande agricoles mondiales de l’USDA à paraître mardi 9 février d’une part (baisse des stocks de maïs ?), et de des modalités de calcul, que certains redoutent de voir complexe et peu transparente, de la nouvelle taxe flottante mais permanente que la Russie veut mettre en place sur ses exportations de blé, de maïs et d’orge. Autre élément pris en compte sur les marchés : une météo plus favorables pour les cultures dans les grandes plaines des Etats-Unis. Certains courtiers éprouvent aussi le sentiment que les baisses tarifaires observées depuis quelques séances sont un bon signal pour se repositionner sur le marché, surtout avec un dollar qui avait tendance à baisser vendredi. Le marché intègre également l’arrivée des fêtes du Nouvel An chinois comme une période de pause des commandes de ce pays.

En attendant, l’annonce des nouvelles taxes et des restrictions à l’exportation annoncées en Russie, qui ont poussé les exportateurs russes à expédier d'importants volumes de céréales la semaine passée, a fait chuter le prix du blé tendre meunier à l’export origine Ukraine, selon l’agence APK-Inform. Entre 10 et 11 $/t avec des prix FOB mer Noire pour une qualité 12,5 % en protéines compris entre 280 et 288 $/t.

Dans un entretien accordé à Bloomberg, Dave MacLennan, PDG de Cargill, affirme que la frénésie d’achat de la Chine, en particulier pour ce qui concerne le maïs, n’est pas terminée. Et les prix hauts actuels ne le sont pas encore assez, selon lui, pour inverser la courbe de prix. En résumé, le moment où le prix du maïs est jugé trop cher par le principal acheteur du marché n’est pas encore atteint. Toujours selon Dave MacLennan, il y a encore au moins deux trimestres de hausse à prévoir avant que les Chinois aient suffisamment acheté de maïs pour l’utiliser en alimentation pour le cheptel porcin et pour reconstituer des stocks.

En Allemagne, les hautes eaux continuent de perturber les transports sur le Rhin.

L’Association des carburants renouvelables états-unienne a annoncé que l’industrie du pays avait exporté pour 1,33 milliard de gallons d’éthanol en 2020, la quatrième année de tous les temps en volume.  Ce qui représente environ 10 % de la production états-unienne.

Le spécialiste des informations sur les matières premières agricoles Refinitiv a publié des estimations selon lesquelles les exportations de blé tendre origine France sur pays tiers et Grande-Bretagne ressortent à 561 000 t en janvier contre 797 000 t en décembre et 877 000 t en novembre. Selon Refinitiv, ce recul sur les trois derniers mois vient d’un net recul des chargements à destination de la Chine après un bon début de campagne.

Vendredi 5 février, 101 600 t de maïs ont été vendues pour une destination inconnue pour livraison en 2020/2021, selon USDA, alors que ce dernier avait annoncé des exportations, le 4 février, à 736 000 t pour le blé et à 7 520 300 t pour le maïs, dans les attentes des analystes. Le cabinet S&P Platts Agriculture a annoncé que l’Australie avait livré 2,5 Mt de blé en décembre 2020, une hausse de 173 % comparée au même mois de l’an passé, avec la Chine comme principal client (32 % du volume, soit environ 800 000 t). La Turquie a lancé un appel d’offres pour l’achat de 235 000 t de maïs fourrager d’origine optionnelle pour chargement entre le 19 février et le 15 mars jeudi.

 

cours oléagineux 05022021

Les prix du colza n’ont guère évolué entre les séances du 4 et du 5 février sur Euronext et le marché physique français, tiraillés entre la hausse de ceux de l’huile de palme à Kuala Lumpur et du pétrole à New York et Londres d’un côté, et l’effritement de ceux du soja à Chicago et du canola à Winnipeg, d'un autre côté.

Concernant le pétrole, les pays de l’Opep et ses alliés ont indiqué être optimistes quant à la reprise économique mondiale avec l’apparition de vaccins, constituant le principal facteur de hausse des prix à New York et Londres. De plus, les pays pétroliers semblent respecter les quotas de production, réduisant l’offre disponible dans le monde.

En huile de palme, le marché s’attend à ce que les stocks et la production en Malaisie soient revues à la baisse en janvier. Le marché attend la publication du rapport mensuel du MPOB (Malaysian Palm Oil Board) du 10 février, évaluant les exportations malaisiennes, mais aussi la production et les stocks du pays.

En soja, les cours ont légèrement reculé, pour des raisons techniques, avant la publication du rapport mensuel de l’USDA le 9 février. Le marché s’attend à une révision à la baisse des réserves états-uniennes de fin de campagne 2020/2021. Autre élément baissier : le manque de nouvelles fraîches, notamment de ventes états-uniennes par l’USDA. Notons que d’autres pluies sont attendues au Brésil, ralentissant les récoltes de soja.

Du côté du canola canadien, la baisse des prix à Winnipeg est également technique. Pourtant, les fondamentaux propres au marché restent haussiers. StatCan rapporte un repli des stocks canadiens, passant de 15,91 Mt au 31 décembre 2019 à 12,14 Mt au 31 décembre 2020. Les exportations canadiennes ont été très soutenues, passant de 4,58 Mt entre début juillet-fin janvier 2019/2020 à 6,2 Mt sur juillet-janvier 2020/2021, selon la Canadian Grain Commission ! Les demandes chinoises, mexicaines et des Emirats arabes unis ont dynamisé les exportations du pays. D’après la même source, les exportations canadiennes ont bondi de 124 % entre les semaines s’achevant le 24 et le 31 janvier 2021, à 258 500 t.

En tournesol, les cotations sur le marché physique français sont stationnaires.

 

Marchés physiques français du 5 février 2021 (base juillet pour les céréales)

Blé tendre Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Dunkerque 220/11 meunier Récolte 2020 févr.-mars 223,50 T 0,00
Rendu La Pallice 76/220/11 Récolte 2020 févr.-mars 225,50 T 0,00
Rendu Rouen 76/220/11 Récolte 2020 févr.-mars 223,00 T 0,00
Rendu Pontivy/Guingamp fourrager Récolte 2020 févr.-mars 231,00 T 0,00
Fob Moselle meunier Récolte 2020 févr.-juin 214,00 N 0,00
Fob Rouen FC Supérieur A2 classe 1 majo. incluses Récolte 2020 févr. 233,39   -0,42
  FC Médium A3 classe 2 majo. incluses Récolte 2020 févr. inc.    
Fob La Pallice FA Supérieur A2 classe 1 majo. incluses Récolte 2020 févr. 235,59   -0,42
Départ Marne BPMF Récolte 2020 févr.-mars 221,00 N 0,00
Départ Sud Côte-d'Or meunier Récolte 2020 févr.-juin 215,00 N 0,00
Départ Eure/Eure-et-Loir BPMF 76 kg/hl Récolte 2020 févr.-mars 214,50 N 0,00
Départ Sud-Est meunier Récolte 2020 févr.-juin 225,00-230,00 N 0,00
Blé dur Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Port La Nouvelle normes semoulières Récolte 2020 févr.-juin 270,00 N 0,00
Départ Eure/Eure-et-Loir normes semoulières Récolte 2020 févr.-juin 260,00-270,00 N 0,00
Départ Sud-Est normes semoulières Récolte 2020 févr.-juin 270,00 N 0,00
Maïs Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Bordeaux Récolte 2020 févr.-avr. 211,00 N 0,00
Rendu La Pallice Récolte 2020 févr.-mars 209,00 N 0,50
Fob Bordeaux Récolte 2020 févr.-mars 216,00 N 0,00
Fob Rhin Récolte 2020 févr.-juin 225,00 N 0,00
Départ Eure-et-Loir/Loiret Récolte 2020 févr.-mars 203,50-204,50 A/V 0,00
Départ Sud-Est Récolte 2020 6 de févr. 210,00 N 0,00
Orge fourragère Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Rouen 62-63 kg/hl Récolte 2020 févr.-mars 206,50 N 0,00
Fob Moselle sans limit. d'orgettes 61/62 kg/hl Récolte 2020 févr.-juin 198,00 N 0,00
Départ Aisne 62/63 kg/hl Récolte 2020 févr.-mars 197,50 N 0,00
Départ Eure/Eure-et-Loir 63 kg/hl mini Récolte 2020 févr.-mars 195,50-196,50 N 0,00
Départ Marne 62/63 kg/hl Récolte 2020 févr.-mars 195,50 N 0,00
Départ Sud Côte-d'Or 62/63 kg/hl Récolte 2020 févr.-juin 195,00 N 0,00
Départ Sud-Est 63-65 kg/hl Récolte 2020 févr.-juin 200,00-205,00 N 0,00
Orge de brasserie - Hiver 6 rangs Spécifications Échéance euro/t   Variation
Fob Creil Etincel 11,5% max Port 500 t Récolte 2020 févr.-mars inc.    
Orge de brasserie - Printemps Spécifications Échéance euro/t   Variation
Fob Creil Planet 11,5% max Port 500 t Récolte 2020 févr.-juin 214,00 N 0,00
Colza Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Rouen Récolte 2020 avr.-juin 449,00 N 0,00
Fob Moselle Récolte 2020 avr.-juin 446,00 N 0,00
Tournesol Spécifications Échéance euro/t   Variation
Rendu Bordeaux Oléique Récolte 2020 avr.-juin 525,00 N 0,00
Rendu Saint-Nazaire Oléique Récolte 2020 avr.-juin 525,00 N  
Tourteaux de soja Spécifications Échéance euro/t   Variation
Départ Montoir 48% pellets Brésil févr. 472,00 V -2,00
  48% pellets Brésil mars 465,00 V -1,00
Pois Spécifications Échéance euro/t   Variation
Départ Marne fourrager Récolte 2020 févr.-mars 272,00 N 0,00
Départ Aisne fourrager Récolte 2020 févr.-mars 274,00 N 0,00
Départ Somme/Oise fourrager Récolte 2020 févr.-mars 276,00 N 0,00

Cotations des issues de meunerie du 2 février 2021

Son fin blé tendre Spécifications Échéance euro/t   Variation
Départ Ile-de-France   dispo. 180,00-182,00 T  
  pellets dispo. 192,00-194,00 N  
Remoulage demi-blanc Spécifications Échéance euro/t   Variation
Départ Ile-de-France   dispo. 194,00-196,00 T  
Farine basse Spécifications Échéance euro/t   Variation
Départ Ile-de-France   dispo. 200,00-202,00 T  

Cotations commerciales des produits laitiers du 4 février 2021

Poudre de lait Spécifications Échéance euro/t   Variation
  Départ NBPL à 60 jours 5% H BT vrac dispo. 2460,00 T  
Poudre de lactosérum Spécifications Échéance euro/t   Variation
  Départ NBPL à 60 jours, BILA pH 6 vrac dispo. 920,00 T  
Babeurre Spécifications Échéance euro/t   Variation
  normes hollandaises dispo. n.p.    
  sans norme dispo. n.p.    

Evolution dollar / euro du 5 février 2021

Devise Valeur à la clôture
1 dollar US 0,8345 euro
1 euro 1,1983 dollar

Clôture du marché à terme de Chicago du 5 février 2021

Matières premières Clôture Chicago
Blé 641,25 cents/bois.
Maïs 548,50 cents/bois.
Ethanol 1,710 $/gallon
Soja 1366,75 cents/bois.
Tourteaux de soja 430,50 $/t
Huile de soja 44,66 cts/livre

Clôture du marché à terme Euronext du 5 février 2021

Blé meunier (Euronext)
Echéance Clôture
Mars 2021 224,50
Mai 2021 219,00
Sept. 2021 198,25
Volume 45988
Maïs (Euronext)
Echéance Clôture
Mars 2021 218,50
Juin 2021 214,00
Août 2021 211,75
Volume 1856
Colza (Euronext)
Echéance Clôture
Mai 2021 439,75
Août 2021 403,50
Nov. 2021 401,75
Volume 6211
Huile de colza (Euronext)
Echéance Clôture
Mars 2021 698,50
Juin 2021 698,50
Sept. 2021 698,50
Volume 0
Tourteaux de colza (Euronext)
Echéance Clôture
Mars 2021 196,25
Juin 2021 196,25
Sept. 2021 196,25
Volume 0
Blé Union Européenne (CME)
Echéance Clôture
Sept. 2018 159,25
Déc. 2018 163,25
Mars 2019 164,75
Volume 0

Cotations des marchés internationaux du 5 février 2021

Energie Echéance Valeur à la clôture
Pétrole (Nymex) Mars 2021 56,85 $
Indices des frets maritimes du 4 février Variation
Baltic Dry Index (BDI) 1327 0,00
Baltic Capesize Index (BCI) 1540 -4,00
Baltic Panamax Index (BPI) 1629 6,00
Baltic Supramax Index (BSI) 1139 -2,00
Baltic Handysize Index (BHSI) 712 3,00
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

InVivo et Groupe Soufflet ont signé un accord de rachat
Plusieurs autorités de concurrence se pencheront sur l’opération. Cette dernière pourrait être finalisée avant la fin de l’année.
1,3 Md€ de chiffre d'affaires en 2020 pour la branche agricole d’Agrial
La branche agricole de la coopérative a moins souffert que les autres segments d’activité. L’activité globale a légèrement reculé.
Impact du gel : seulement 900 000 ha de colza en France en 2021, selon la Fop
Les plus fortes inquiétudes concernant l'état des cultures de colza sont concentrées dans le Sud-Ouest, le nord-Est et la…
Traçabilité : la meunerie rassure le client final
La demande citoyenne de traçabilité a poussé au développement de la blockchain. Les informations sur la fabrication d’une…
Groupe Avril : finances dans le vert, Saipol renoue avec les bénéfices
L’Ebitda du groupe Avril grimpe à 243 M€ en 2020, en hausse de 42,9 % par rapport à 2019. Toutefois, la pandémie de Covid-19 a…
Paulic Meunerie : capacités de production et innovation pour l'élevage d'insectes
Fort de la progression de son chiffre d’affaires en 2020, du développement de son outil industriel et de son procédé Oxygreen, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne