Aller au contenu principal

Réflexions autour d’un contrat à terme pour le soja français

Lors d‘une réunion avec des professionnels de la filière, Sarl Raoul Rolly a évoqué l’intérêt de voir émerger un contrat Soja en France où la culture se développe.

© Pixabay

Nous croyons beaucoup au soja français, en particulier pour l’alimentation humaine, débouché qui monte en puissance. La génétique permet d’améliorer les variétés, en précoce comme en tardif, et de répondre aux spécificités des utilisations. Le soja se développe énormément sur le marché européen » : c’est ainsi que Gil Rolly, dirigeant de Sarl Raoul Rolly (courtage, co-obtention de semences…) à Voiron dans l’Isère, a introduit la journée organisée début septembre sur le potentiel de la filière Soja made in France.

Il a évoqué, devant une quarantaine de personnes de la filière, les réflexions menées sur la faisabilité d’un contrat à terme sur cet oléagineux. Partis d’une idée lancée par Sarl Raoul Rolly pour animer réellement un marché du soja français, des travaux ont été entamés sur ce sujet depuis quelques mois. « Il n’existe pas de référence française et européenne en matière de prix sur la graine de soja. La référence reste le prix à Chicago, ce qui n’a rien à voir, ou encore parfois le colza ou le maïs, ce qui n’est pas plus satisfaisant », précise Gil Rolly.

Pour ce dernier, un contrat à terme pourrait sonner comme une incitation à planter pour les producteurs, voire relancer l’idée d’installer une usine pour la transformation. Une piste explorée serait donc de partir du tourteau de soja coté à Gand en Belgique, auquel on pourrait ajouter une prime pour la graine en fonction des spécifications et/ou cahiers des charges.

Enrichir le débat

Les OS et les Fab se sont montrés intéressés par cette idée. Euronext, également présent à cette réunion, a fait remarquer que les volumes étaient importants mais que, surtout, il fallait aussi des échanges et des flux pour faire vivre un éventuel contrat. Un certain nombre de participants travaillant à l’échelon européen ont aussi montré un certain intérêt, tout en spécifiant que la base de réflexion devait être plutôt européenne que franco-française. Depuis cette journée, des intervenants du Sud-Ouest travaillant dans la filière se sont manifestés auprès du courtier.

 

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne