Aller au contenu principal

COTidienne
Prix des oléagineux - Remontée des cours du colza, dans le sillage des huiles et du canola

L’évolution des prix du colza et du tournesol français entre le 26 et 27 février 2024, expliquée par La Dépêche Le petit meunier.   

© Réussir SA

Les prix de la graine de colza sur Euronext et le marché physique français ont bien rebondi entre les séances du 26 et du 27 février, compte tenu de la hausse de ceux des huiles (palme à Kuala Lumpur, soja à Chicago) et du canola à Winnipeg. Des raisons techniques expliquent également le renchérissement des prix du colza sur Euronext.
Par ailleurs, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré qu'un manque d'aide militaire obligerait l'Ukraine à fermer son corridor maritime, par lequel circule des oléagineux.

En début de séance, signalons la hausse des prix du soja sur le CBOT à Chicago, notamment liée à l'annonce d'une vente états-unienne de plus de 120 000 t de graines à destination inconnue, à livrer sur la campagne commerciale 2023-2024. Mais les cours ont finalement terminé en repli, en raison de la concurrence brésilienne qui reste féroce. L'Anec, l'association des exportateurs de céréales au Brésil, a relevé ses prévisions d'exportation nationale pour le mois de février, passant de 7,3 Mt à 8,5 Mt. L'analyste StoneX rappelle que le Brésil devrait atteindre un pic d'exportation lors de la période mars-avril. Autre élément témoignant de la concurrence brésilienne : des rumeurs du marché relayées par Reuters parlent d'achats chinois de graines de soja brésilien, à hauteur de cinq à six cargos
L'analyste Soybean and Corn Advisor prévoit 87,5 millions d'acres de soja aux États-Unis en 2024, pour un rendement moyen de 52 boisseaux par acre. Il a par ailleurs maintenu sa prévision de récolte de soja au Brésil et en Argentine pour cette année, à respectivement 145 Mt et 50 Mt.

Concernant l'huile de palme, le renchérissement des valeurs à Kuala Lumpur s'explique par un marché qui anticipe une baisse de production en Malaisie. Ajoutons à cela la progression des cours du pétrole à New York et Londres, compte tenu de pays pétroliers qui pourraient de nouveau appliquer des coupes dans leurs productions, relatent certains médias.
Signalons que les prix de l'huile de colza sur le marché physique français ont régressé, et se rapprochent de ceux de l'huile de soja, qui ont progressé de leur côté.

L'augmentation des cours du canola à Winnipeg est justifiée par la bonne dynamique de la trituration au Canada. StatCan l'estime à un peu plus de 935 000 t en janvier 2024, un plus haut historique pour un mois de janvier. Ajoutons à cela la baisse du dollar canadien par rapport au dollar états-unien, qui améliore l'attractivité des origines canadiennes sur la scène internationale. Notons enfin des achats techniques de la part des fonds d'investissement sur le contrat à terme canadien.

En tournesol, les cours sur le marché physique français ont également progressé, dans le sillage de la graine de colza. 

Fondamentaux 

  • Brésil, soja, exportations : 8,5 Mt prévues en février, contre 7,3 Mt précédemment (source : Anec) ;
  • États-Unis, soja, rendement/surface : 87,5 millions d'acres en 2024, pour un rendement moyen de 52 boisseaux par acre (source : Soybean and Corn Advisor) ;
  • Brésil, soja, production : 145 Mt en 2024, stable par rapport au mois dernier (source : Soybean and Corn Advisor) ;
  • Argentine, soja, production : 50 Mt en 2024, stable par rapport au mois dernier (source : Soybean and Corn Advisor) ;
  • Canada, canola, trituration : 936 593 t en janvier 2024, en baisse de 6 700 t par rapport à décembre 2023 (source : StatCan).

Commerce international 

  • États-Unis, soja, vente : 123 000 t à destination inconnue, à livrer sur la campagne commerciale 2023-2024 (source : USDA).
     

Export et import européens au 27 février 
(source : Commission européenne)

en tonnesCumulé 2023/24S35 2023/24Cumulé 2022/23S35 2022/23
Blé tendre 
(export)
20 496 52749 64121 125 723333 348
Orge
(export)
3 617 9306324 185 775237 217
Maïs
(export)
2 658 6855 8121 465 26980 735
Maïs
(import)
11 516 645160 23519 351 095499 590
Colza
(import)
3 600 72014 7845 397 354226 740

Marchés physiques français du 27 février 2024 (base juillet pour les céréales)

TournesolSpécificationsÉchéanceeuro/t Variation
Rendu Bordeauxoléique Récolte 2023avr.-juin415,00N5,00
Rendu Saint-Nazaireoléique Récolte 2023avr.-juin415,00N5,00
ColzaSpécificationsÉchéanceeuro/t Variation
Rendu RouenRécolte 2023avr.-juin408,00N7,00
Fob MoselleRécolte 2023avr.-juin415,00N8,00
Tourteaux de sojaSpécificationsÉchéanceeuro/t Variation
Départ Montoir48% pellets Brésilmars452,00V6,00
 48% pellets Brésilavr.437,00V5,00
PoisSpécificationsÉchéanceeuro/t Variation
Départ Marnefourrager Récolte 2023févr.-marsinc.  
Départ Somme/Oisefourrager Récolte 2023févr.-marsinc.  

Cotations commerciales des produits laitiers du 22 février 2024

BabeurreSpécificationsÉchéanceeuro/t Variation
 sans normedispo.n.p.  
 normes hollandaisesdispo.n.p.  

Evolution dollar / euro du 27 février 2024

DeviseValeur à la clôture
1 dollar US0,9211 euro
1 euro1,0856 dollar

Clôture du marché à terme de Chicago du 27 février 2024

Matières premièresClôtureChicago
Soja1131,25cents/bois.
Tourteaux de soja327,80$/t
Huile de soja44,91cts/livre

Clôture du marché à terme Euronext du 27 février 2024

Colza (Euronext)
EchéanceClôture
Mai 2024415,00
Août 2024415,25
Nov. 2024420,50
Volume12470
Huile de colza (Euronext)
EchéanceClôture
Mars 2023698,50
Juin 2023698,50
Sept. 2023698,50
Volume0
Tourteaux de colza (Euronext)
EchéanceClôture
Mars 2023196,25
Juin 2023196,25
Sept. 2023196,25
Volume0

Cotations des marchés internationaux du 27 février 2024

EnergieEchéanceValeur à la clôture
Pétrole (Nymex)Avr. 202478,87 $
Indices des frets maritimesdu 27 févrierVariation
Baltic Dry Index (BDI)189928,00
Baltic Panamax Index (BPI)15813,00
Baltic Capesize Index (BCI)322461,00
Baltic Supramax Index (BSI)122022,00
Baltic Handysize Index (BHSI)66728,00

Les plus lus

À qui profitent vraiment les dons de blé russe?

Li Zhao Yu, Yann Lebeau, Roland Guiraguossian et Delphine Drignon, experts du département relations internationales…

Crues dans l'Yonne : quelques questionnements sur les rendements à venir

Les pics de crues atteints, tout va dépendre maintenant de la rapidité des eaux à baisser.

Pourquoi le Maroc devrait encore importer beaucoup de céréales en 2024/2025?

Yann Lebeau, responsable du bureau de Casablanca au sein du département relations internationales d’Intercéréales, a fait le…

Coopérative - Un nouveau directeur général chez Cerevia

Via cette nomination, Cerevia espère insuffler "une nouvelle dynamique" à son union de commercialisation.

 

La filière oléoprotéagineuse française dévoile sa vision de l'agriculture avant les élections européennes

Un communiqué commun de la FOP (fédération française des producteurs d'oléagineux et de protéagineux) et de Terres Univia (…

L'Inde redevient importateur en blé malgré une production record

L'Inde continue d'être un gros consommateur de blé.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne