Aller au contenu principal

Nutrition animale
Plan Protéines : Jean-Luc Cade espère que Duralim pilotera deux actions

Coop de France Nutrition animale est dans l’attente des annonces du gouvernement concernant la stratégie nationale en faveur des protéines végétales.

Jean-Luc Caden en tribune lors de la convention de Coop de France Nutrition animale, le 6 novembre à Paris, qu'il préside.,
© Eloïse de Latour

À l’occasion de la convention de Coop de France Nutrition animale, le 6 novembre à Paris, son président Jean-Luc Cade a rappelé l’engagement collectif de tout le secteur français en faveur de la durabilité de ses matières premières. « Les challenges auxquels nos matières premières doivent répondre s’additionnent au fil des ans. Aux enjeux économiques se sont ajoutés, au tournant du siècle, des enjeux sanitaires et, aujourd’hui, des enjeux de durabilité », rappelle-t-il.

L’origine des matières premières en question

Cette année, les sujets relatifs à l’origine des matières premières sont effectivement montés en puissance dans l’opinion publique et ont trouvé un relais dans les sphères politiques. Le couteau suisse de la nutrition animale, c’est l’association Duralim, fondée par les syndicats professionnels de la nutrition animale et élargie avec désormais 73 signataires. L’instance a fait de la durabilité du soja une priorité avec deux axes de travail : la production française de matières premières riches en protéines et la sécurisation de la durabilité de nos achats à l’étranger avec les importateurs et les acteurs de terrain au Brésil.

Sur le premier point, Jean-Luc Cade se réjouit que les propositions de Coop de France pour l’élaboration de la stratégie nationale des protéines végétales, auxquelles la section nutrition animale a contribué, aient été favorablement accueillies. Il attend les annonces du gouvernement dans les tout prochains jours et croit savoir que la plupart de ces propositions ont été retenues. « Deux actions du plan Protéines pourraient même être pilotées par Duralim, Coop de France et le Snia… mais je ne vous en dis pas plus… », ajoute-t-il en souriant. Duralim a déjà connu une première reconnaissance dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée en ce qui concerne le soja.

Héloïse de Latour

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Une protéine de levure développée par Biospringer
La filiale de Lesaffre lance une protéine pour les nouveaux marchés alimentaires.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne