Aller au contenu principal

Nord Céréales : les importations sauvent les meubles

La campagne dernière, le silo portuaire dunkerquois a exporté 1,328 Mt de marchandises, contre 1,088 Mt en 2016/2017.
En 2018/2019, l’objectif est d’atteindre 1,7-1,8 Mt de chargement.

Nord Céréales veut miser sur la diversification de ses débouchés en dehors des grains.
© Nord Céréales

« Si le résultat de Nord Céréales au 30 juin dernier est positif, c’est bien grâce à la diversification de ses trafics à l’importation, indique Joël Ratel, directeur général du terminal céréalier, basé sur le grand port maritime de Dunkerque. Après la concrétisation au mois de septembre 2017 d’un contrat portant sur le déchargement de 120 000 t par an de pellet de bois avec la société AOT, nous avons de belles perspectives de contrats à l’importation pour des produits non agricoles, qui devraient se finaliser rapidement. » Le développement des importations de la Sica, en réflexion depuis de nombreuses années, a trouvé son élément déclencheur dans la récolte catastrophique de 2016 qui a obligé les industriels de l’hinterland à importer de la matière première.

Des blés 2018 d’une qualité remarquable

« Pour la campagne en cours, en marge du développement des trafics à  l’importation, nous espérons exporter davantage qu’en 2017/2018, avec un objectif de 1,7-1,8 Mt pour 2018/2019 », projette Joël Ratel. Pour l’atteindre, le dirigeant de Nord Céréales table sur « l’excellente qualité » des blés tendres 2018 récoltés sur l’hinterland dunkerquois (12 % de protéines, 80 kg/hl de PS,  13 % d’humidité et 250-300 secondes de temps de chute d’Hadberg), qui   devraient trouver preneur sur les pays tiers, et « la demande affichée par les marchés belge et néerlandais pour du blé fourrager » (dont les productions locales sont moindres qu’en 2017). Mais, tempère-t-il : « C’est le marché mondial qui va dicter nos exportations hors UE et les coûts de transport  intracommunautaires qui décideront de la compétitivité de notre origine par rapport aux blés fourragers roumains et bulgares. » Quoi qu’il en soit, en  juillet, l’objectif mensuel de 20 000 t de chargement (blé tendre sur l’Algérie et orge de mouture sur la Chine) a été dépassé. En août, 250 000 t étaient  programmées à l’export, soit 0,1 Mt de plus qu’en août 2017. En 2017/2018, le silo portuaire a exporté 1,328 Mt de marchandises (1,088 Mt en 2016/2017), dont 895 540 t de blé tendre, 347 945 t d’orge fourragère et 84 740 t de pulpe de betterave. Il a importé, dans le même temps, 216 000 t de
produits (127 500 t de maïs, 60 000 t de pellet de bois, 16 900 t d’engrais, 8 490 t de pastille de soufre et 3 000 t d’orge de brasserie), contre 497 680 t en 2016/2017 (367 000 t de maïs et 130 000 t de blé tendre).

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Prix du blé tendre : « On pourrait dans les deux prochains mois tomber autour des 220 $/t »

Les stocks mondiaux de blé sont restreints, mais la Russie reste très agressive sur le marché international.

 

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne