Aller au contenu principal

NatUp : « les silos ne sont pas saturés, mais ils sont pleins »

Comme pour d’autres coopératives, la hausse des prix des céréales a contribué à l’amélioration des indicateurs financiers de NatUp. La campagne export de céréales 2022-2023 avait débuté sur les chapeaux de roues. C'est bien moins la cas en 2023-2024.

Photo de l'assemblée générale de NatUp
© NatUp

La campagne export 2023/2024 de céréales s’annonce plus compliquée que celle de 2022/2023 pour le groupe coopératif NatUp, ont indiqué ses représentants lors d’une conférence de presse le 12 décembre 2023. « 2023/2024 est exactement l’inverse de 2022/2023. Fin décembre 2023, nous devrions avoir exporté seulement 300 000 t. Les silos ne sont pas saturés, mais ils sont pleins, en raison d’une demande international assez réduite pour l’instant. (…) Le fait que l’Australie puisse de nouveau exporter vers la Chine, faisant que d’importants volumes d’orges australiennes ont déjà été expédiés, joue sur la situation. Néanmoins, nous sommes confiants sur le fait que la seconde partie de campagne sera meilleure », s’exprime Patrick Aps. Le président, Antoine Declercq, se veut rassurant : « j’ai moi aussi eu des inquiétudes. Mais cette situation a déjà été observée auparavant ».

La campagne d’export de céréales s’était avérée très dynamique lors du premier semestre 2022 pour le groupe coopératif NatUp. « Nous avions exporté, à fin décembre 2022, environ 800 000 t via le port de Rouen (la société dispose d’un silo portuaire, qui appartenait précédemment à Simarex, de la coopérative Interface) (…) 1,2 Mt avaient exportées au total sur l’ensemble de la campagne commerciale 2022/2023 », relève Patrick Aps, directeur général du groupe NatUp. Ces performances ont en partie contribué aux bons résultats lors de l’exercice 2022/2023. Le résultat net a progressé entre les exercices 2021/2022 et 2022/2023, passant de 18,9 M€ à 20,8 M€. Ceci en raison de l’augmentation du chiffre d’affaires notamment, passant de 1,46 milliard d’euros (Md€) à 1,6 Md€. 

Le haut niveau des cours des céréales, qui a décroché depuis, a lui aussi contribué à l’amélioration de la santé financière du groupe, rapportent les dirigeants. La collecte de grains 2023 de NatUp s’élève à presque 2 Mt (1 990 000 t plus exactement), contre 1,94 Mt en 2022. Reste à savoir comment ces volumes vont être expédiés lors du premier semestre 2024. 

NatUp/Biocer, une fusion avortée

Les représentants sont également revenus sur le refus de Biocer, coopérative de céréales bio, de fusionner avec NatUp. « Nous le regrettons. Pour que la fusion soit acceptée, il aurait fallu qu’au moins deux tiers des adhérents de Biocer valident le projet. Ça n’a pas été le cas, mais nous souhaitons poursuivre dans le bio. Raison pour laquelle nous avons créé le pôle bio. Des adhérents de Biocer ont évoqué le fait qu'ils ne souhaitaient pas intégrer une structure engagée dans le conventionnel », a déclaré Patrick Aps.

Lire aussi : Céréales biologiques - Les adhérents de Biocer rejettent la fusion avec NatUp

 

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Céréales : quels sont les principaux désaccords entre analystes privés et l'USDA au sujet des bilans mondiaux ?

Le rapport de l'USDA du 12 juin s'est avéré plutôt baissier pour les prix mondiaux du blé et du maïs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne