Aller au contenu principal

Négoce internationale
Louis Dreyfus Company annonce une baisse de son revenu entre 2018 et 2019

Le négociant rapporte une hausse des chargements, mais la baisse des prix mondiaux des commodités a pesé sur son résultat.

© echosystem-Pixabay

Louis Dreyfus Company (LDC), connu pour être le "D" du quartet mondial ABCD (représentant les géants du négoce international de grains), a annoncé, le 23 mars, un recul de son revenu net entre 2018 et 2019, passant de 364 millions de dollars (M$) à 230 M$. Le chiffre d'affaires passe de 36 milliards de dollars (Md$) à 33,6 Md$, et l'EBIDTA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 1 064 M$ à 836 M$.

La baisse des revenus de LDC s'explique par un contexte 2019 difficile : la peste porcine africaine et les tensions entre la Chine et les Etats-Unis sont notamment cités. « 2019 a été l'une des année les plus compliquées de notre époque récente », a commenté Margarita Louis Dreyfus, dans un communiqué du 23 mars. Elle ajoute que, malgré les changements dans les tendances de consommation, l'instabilité géopolitique et la forte volatilité des marchés, la stratégie de LDC reste la bonne, et que les résultats, bien qu'en baisse, « montre une certaine résilience ».

La société se réjouit, notamment, de la hausse des volumes exportés, de 1,3 % entre 2018 et 2019. La conjoncture internationale, marquée par une baisse des prix mondiaux (notamment des graines oléagineuses et des tourteaux), a constitué une des principales raisons justifiant la baisse des résultats du groupe. LDC compte donc maintenir sa stratégie mise en place en 2019, basée notamment sur l'amélioration de la logistique. Le négociant rappelle ses investissements dans « les wagons en Ukraine afin d'optimiser les exportations de céréales, la création d'une coentreprise d'entreposage de maïs en Chine et ses investissements dans des navires davantage écoresponsables ».

Trop tôt pour connaître les effets du Covid-19 sur l'activité du groupe

Concernant la pandémie de Covid-19, LDC estime qu'il est encore trop tôt pour en connaître les effets sur son activité. Le négociant précise qu'il s'efforce de remplir sa mission de fournir « des produits essentiels, comme les denrées alimentaires et les aliments pour animaux [...] et travaille pour assurer la santé et la sécurité de ses employés, clients et fournisseurs, en empêchant la propagation du virus ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Transgrain France va arrêter son activité !
L'annonce a été faite le 24 novembre par l'intermédiaire d'un laconique communiqué.
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
Une protéine de levure développée par Biospringer
La filiale de Lesaffre lance une protéine pour les nouveaux marchés alimentaires.
Cargill investit dans un fonds d’investissement sur l’aliment santé
Microbiote et digestibilité des aliments au menu de Cargill.
Axéréal pourrait fermer une centaine de sites et supprimer 220 postes !
En plus de  la partie Silos, des sites industriels, meunerie et nutrition animale, sont également visés par le plan de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne