Aller au contenu principal

Coopérative - Le groupe Lorca présente de « bons résultats financiers » en 2021-2022

Si la collecte a été dans la moyenne des dernières années, les prix de vente des céréales ont, quant à eux, augmenté tout au long de la campagne 2021-2022. Le prochain exercice s'annonce également bon en termes de prix payés aux agriculteurs. 

Le conseil d'administration du groupe Lorca, avec au centre Philippe Dessertenne, son directeur général, et, à sa gauche, Christian Sondag, son président.
© Groupe Lorca

« En 2021-2022, toutes les activités du groupe Lorca – collecte, approvisionnements, élevage, jardin & terroir, Matériaux, Energies et Espaces verts professionnels – sont au rendez-vous de leur budget et leurs résultats économiques, conformément aux prévisions du plan stratégique et ce, grâce aux conditions de marché [exceptionnelles avec des prix de céréales et d’intrants très élevés] », a commenté, le 8 décembre à la presse, Christian Sondag, son président. Et d’ajouter : « La rémunération du capital a atteint 7,5 % et le capital social a été revalorisé de 1,8 M€ (+27 %), pour atteindre 8,5 M€ ».

De bons résultats pour la coopérative agricole

Le chiffre d’affaires du groupe Lorca s’élève à 409,1 M€ en 2021/2022 (contre 333,5 M€ en 2020-2021). « Cela s’explique à la fois par le développement constant de nos activités mais aussi par l’inflation subie et inévitablement répercutée, bien que de manière très raisonnée, sur l’ensemble de nos activités », précise le rapport d’activité. Le revenu net, quant à lui, a baissé d’une campagne sur l’autre, à 7,549 M€ (contre 9,124 M€).

De son côté, l’excédent brut d’exploitation (EBE), qui s’établit à 16,6 M€ (contre 16,9 M€ en 2020-2021 et 10-12 M€ les campagnes précédentes), est qualifié d’« élevé » par Arnaud Cozette, secrétaire général du groupe Lorca. Et ce, grâce aux « résultats intéressants du pôle agriculture, avec la coopérative Lorca en tête », et à la « stratégie de diversification développée ». Le tout, en gardant un niveau d’endettement moyen/long terme « inférieur à 20 M€ » et des capitaux propres « supérieurs à 120 M€ ».

« Lorca est un groupe financier sain qui assure son développement par autofinancement [16,5 M€ de capacité d’autofinancement], avec un recours à l’emprunt [endettement net de 52,4 M€] dans des limites cohérentes par rapport aux choix du conseil d’administration », précise le dirigeant. C’est également « un acteur éthique, social et dynamique, ancré dans son territoire », qui développe une démarche RSE, dont « les lignes directrices consistent à servir l’agriculture, ses adhérents et les consommateurs », ajoute Philippe Dessertenne, nouveau directeur général du groupe Lorca, qui a succédé à Alexandre Raguet le 1er septembre dernier.

Une flambée des prix des grains sans précédent

La collecte de la coopérative Lorca 2021, qui a engrangé un chiffre d’affaires de 291,3 M€ au 30 juin 2022 (contre 224,6 M€ au 30 juin 2021) et un résultat net de 5,5 M€ (contre 4,1 Mt), s’est élevé à 594 000 t (contre 564 000 t en 2020), auxquelles il faut ajouter les 52 000 t de l’activité Négoce (Solagri).

Les moissons estivales, particulièrement tardives, se caractérisent par une mauvaise qualité de la récolte liée aux conditions météorologiques adverses. « Les poids spécifiques des céréales à paille se sont révélés très faibles et les orges de brasserie ont rencontrées des problèmes de germination », souligne Vincent Le Ber, responsable Céréales du groupe Lorca. Heureusement, les récoltes d’automne ont été excellentes, avec « 40 000 t de tournesol et de maïs collectées, un chiffre qui n’a pas été atteint depuis des années », remarque le dirigeant.

Les prix des grains sur la campagne de commercialisation 2021-2022 ont connu une volatilité sans précédent, en raison de l’impact du conflit Russie-Ukraine. Dans ce contexte de flambée des cours, « les prix payés aux adhérents ont atteint des records absolus », se réjouit Christian Sondag. Ils ont atteint en moyenne « 247 €/t base moisson en blé meunier pour une marchandise de qualité standard et aux normes, contre 183 €/t en 2020-2021, l’ancien record datant de 2012-2013 avec 237 M€ », précise Vincent Le Ber, qui ajoute : « en 2022-2023, le record de 2021-2022 sera battu, le prix d’acompte étant déjà supérieur au prix payé aux adhérents cette campagne ».

Les céréales bio, une activité récente

Les céréales bio représentent 3 247 t en 2021-2022, un volume en augmentation de 41 % d’une campagne sur l’autre grâce à l’arrivée de nouveaux adhérents, ce qui a conduit la coopérative à dédier un silo complet au bio (une ancienne installation, qui a été adaptée avec un nettoyeur, un groupe de froid et un système de désinsectisation), en plus de deux autres sites de réception. « En 2022-2023, nous envisageons de dédier un quatrième site au bio, au vu de la progression de la collecte », confie Vincent Le Ber. Côté marché, les flux de blé, dont les prix en 2021-2022 sont en baisse par rapport à la campagne précédente, se dirigent vers le nord communautaire, les besoins de la meunerie française semblant marquer le pas, indique le rapport d’activité. En revanche, la demande en protéagineux est importante.

En termes de volume, les moissons 2022 se sont soldées par « un petit volume collecté, les céréales de printemps ont beaucoup souffert de la sécheresse en fin de cycle », indique Vincent Le Ber. Le rendement moyen en blé ne s’élève qu’à « 67 q/ha, avec une qualité moyenne satisfaisante mais des problèmes de teneurs en protéines basses dans certains secteurs ». Les autres productions présentent un bon niveau de qualité. A la moisson, 280 000 t de grains ont été engrangées ; en fin de campagne, la récolte devrait s’établir aux alentours de 500 000 t, une fois que l’intégralité des marchandises stockées à la ferme sera rentrée, voire 550 000 t si l’on additionne la partie négoce (contre 646 000 t en 2021/2022).

Un chiffre d’affaires Approvisionements historique

Concernant l’activité Approvisionnements, le chiffre d’affaires a atteint 84,6 M€. Un chiffre qualifié d’historique par la direction de Lorca, en lien avec la flambée des cours des fertilisants qui a débuté en septembre 2021 et qui s’est amplifiée avec la guerre en Ukraine.

Quelques 119 000 t d’engrais solide, 42 000 t de solution azotée et 22 000 t d’engrais organique, sans oublier 5 000 doses de semence de tournesol, ont été commercialisés en 2021-2022.

Une transition numérique qui s’accélère

Le groupe Lorca, qui a su développer « une bonne expertise dans le cadre du passage au numérique, au service d’une meilleure visibilité et qualité de service », va continuer sur sa lancée en 2023, avec la mise en œuvre de quatre projets :

  • L’élargissement de l’offre sur la plateforme d’approvisionnement en ligne Aladin.farm by Lorca,

  • La refonte de l’extranet adhérents CRM, avec l’ajout d’un service après-vente,

  • Le lancement d’un service de Click & collect, pour permettre aux adhérents de gagner du temps en commandant en ligne leurs marchandises et en venant les récupérer même en dehors des heures d’ouverture de l’entrepôt : dans un premier temps, ce service ne concernera que certains produits en petits contenants, dans un objectif de dépannage,

  • Le développement d’une « bourse aux céréales », un outil numérique qui permettra aux adhérents de s’informer sur les cours et les tendances des marchés des céréales.

 

 

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Nutrition animale : vers une révision à la baisse des teneurs en mycotoxines

A l’occasion de sa journée annuelle de restitution, Oqualim s’est particulièrement concentré sur les mycotoxines pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne