Aller au contenu principal

Politique Agricole Commune
Les syndicats de producteurs de grandes cultures jugent "inacceptable" la dernière proposition de budget de la PAC 2021-2027

La dernière proposition de la Présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, d'augmenter le budget du Fonds européen agricole pour le développement rural de la PAC (Politique Agricole Commune) de 15 milliards d'euros sur sept ans est un trompe-l’œil, selon l'AGPB, l'AGPM, la CGB et la Fop.

© Alexas_Fotos-Pixabay

Les syndicats français des producteurs de grandes cultures n'ont pas tardé à réagir à la dernière proposition de budget de la PAC (Politique Agricole Commune) 2021-2027, élaborée par la Commission Européenne et présentée au parlement européen le 27 mai. « Conjuguée aux dernières annonces du «Green Deal», cette proposition, si elle était entérinée par les Etats Membres, fragiliserait encore plus les agriculteurs (…). Dans un contexte où les revenus des agriculteurs connaissent une baisse continue, cette situation n’est ni acceptable, ni viable ! », indiquent dans un communiqué commun l'AGPB (Association générale des producteurs de blé), l'AGPM (Association générale des producteurs de maïs), la CGB (Confédération générale des producteurs de betteraves) et la Fop (Fédération des producteurs d'oléagineux et de protéagineux) le 29 mai.

La hausse du budget consommée par l’inflation, selon les syndicats

Rappelons qu’Ursula von der Leyen, la Présidente de la Commission, proposait le 27 mai un renforcement du budget du Fonds européen agricole pour le développement rural (2ème pilier de la PAC) de 15 milliards d’euros, qui s’étalerait sur la période 2021-2027. Néanmoins, il s’agit d’un renforcement en trompe l’œil, estiment les syndicats agricoles français, puisque, « en tenant compte de l’inflation, le budget agricole serait en baisse de 9% par rapport au cadre financier actuel ».

Les syndicats rappellent leur volonté d’accompagner la transition agroécologique, à condition que cette dernière « soit soutenable économiquement pour les agriculteurs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Société des Malteries d’Alsace devient la propriété de Groupe Soufflet

Suite aux difficultés rencontrées par la société Grands Moulins de Strasbourg (cessation de paiement puis liquidation…

Alors que les consommateurs se ruent sur la farine, la Meunerie française veut les rassurer
Particulièrement sollicitée lors des premiers jours du confinement de printemps, la Meunerie française est confiante pour celui…
[Covid-19] Les filières de la transformation des grains sereines sur les livraisons pendant le reconfinement
Si des inquiétudes sur l'impact économique de ce nouveau confinement se font sentir, les transformateurs de grains se veulent…
Intersnack entre au capital de Nataïs à hauteur de 35 %
Nouvel actionnaire pour Nataïs qui devrait réaliser une bonne année 2020.
« Naturalité et clean label dominent partout »
Dirigeant du laboratoire d’essai des matériels et des produits alimentaire (Lempa) basé à Rouen, Pierre-Tristan Fleury…
Une protéine de levure développée par Biospringer
La filiale de Lesaffre lance une protéine pour les nouveaux marchés alimentaires.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne