Aller au contenu principal

Politique européenne
Le Royaume-Uni veut parler d’égal à égal avec l’Union européenne

Les négociations post-Brexit viennent tout juste de démarrer à Bruxelles. Petit tour d’horizon des volontés du gouvernement britannique avec comme horizon définitif le 31 décembre 2020.

© TheDigitalArtist (Pixabay)

Les négociations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni sur leurs futures relations ont démarré lundi 2 mars à Bruxelles. Là où les négociateurs européens souhaitent un cadre politique global reposant en grande partie sur ce qui a existé entre le Royaume-Uni et l’UE, les Britanniques plaident pour un rapport tout à fait nouveau. « Il faut bien comprendre que nous sommes désormais deux systèmes juridiques indépendants et autonomes et que la coopération, certes amicale, doit s’entendre entre pays souverains et égaux » a expliqué Theo Rycroft, directeur des relations avec l’UE pour le ministère des affaires étrangères britannique, intervenant le 4 mars à Paris à l’invitation de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il a précisé que son pays et ses citoyens voulaient désormais décider par eux-mêmes des lois et réglementations qui les concernent (« take control back home »).

Le Royaume-Uni promet que son retrait de l’UE ne diminuera pas son engagement internationaliste et qu’il continuera, plus que jamais, à travailler avec les pays européens pour assurer la sécurité de l’Europe.

Theo Rycroft a aussi insisté sur la très ancienne et très étroite relation de son pays avec la France : « Et elle le sera encore plus à l’avenir. Au final, la relation France Royaume-Uni dans le cadre de l’UE n’aura été qu’une goutte d’eau dans la très longue relation entre nos deux pays ». Il souhaite de l’ambition dans ces relations bilatérales comme à l’époque de la construction du tunnel sous la Manche tout en reconnaissant que certains sujets seront difficiles à négocier, comme la pêche.

Ni Singapour sur Tamise, ni dumping

Il a qualifié de "mythe" que Londres (la City) pourrait devenir un Singapour sur Tamise, c’est-à-dire une place financière très déréglementée, et de "fantasme" que le Royaume-Uni jouerait la carte du dumping fiscal, environnemental et social. À titre d’exemple, la nouvelle loi sur l’agriculture est présentée par Downing Street comme fondée sur "un système de contrats de gestion environnementale des terres" en lieu et place des "paiements directs aux agriculteurs en fonction de la superficie des terres agricoles qu’ils gèrent". L’accent sera mis sur les sols et de nouvelles dispositions seront prises pour l’utilisation des engrais.

Bien sûr, les négociations commerciales occuperont une bonne partie de l’avant de la scène. En matière de traité de libre-échange commercial, Theo Rycroft a plaidé en faveur de solutions qui ressembleraient plus à ce que l’UE et ses pays membres ont négocié avec le Canada (concessions réciproques) qu’à une situation à l’australienne (très libérale). Si le Royaume-Uni négocie un nouveau traité commercial de libre-échange avec les États-Unis, c’est au même titre que d’autres négociations avec d’autres pays ou zones économiques, ni plus, ni moins, selon le représentant britannique.

Theo Rycroft a assuré qu’il n’y aurait pas de nouveau report le 31 décembre 2020.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne